Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

Les survivants de Beeri célèbrent le retour de certains otages du kibboutz

"J'étais tellement heureuse quand on m'a dit hier soir qu'il rentrait à la maison, maintenant je suis vraiment impatiente de le voir", dit la grand-mère d'Amit Shani, 16 ans, libéré mercredi

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Simcha Shani, grand-mère d'Amit Shani, serrant dans ses bras les autres grands-parents de son petit-fils, Musa et Dahlia Weissman, après avoir reçu la nouvelle qu'Amit a été libéré des geôles du Hamas à Gaza, le 30 novembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)
Simcha Shani, grand-mère d'Amit Shani, serrant dans ses bras les autres grands-parents de son petit-fils, Musa et Dahlia Weissman, après avoir reçu la nouvelle qu'Amit a été libéré des geôles du Hamas à Gaza, le 30 novembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)

Après des heures d’attente anxieuse, des dizaines de membres du kibboutz Beeri ont crié de joie mercredi soir en regardant les images de six otages de leur communauté parmi 10 rentrant en Israël après 54 jours de captivité dans la bande de Gaza.

Les premières informations faisant état d’un « retard technique » se sont transformées en une attente épuisante, de nombreuses personnes faisant défiler nerveusement leur téléphone à la recherche de nouvelles alors qu’elles attendaient dans l’hôtel de la mer Morte où elles séjournent depuis leur évacuation du kibboutz.

Lorsque la nouvelle est finalement tombée après 23h, annonçant que les otages étaient sur le chemin du retour,  des cris de joie, des acclamations et des applaudissements ont retenti dans le lobby de l’hôtel, où un écran géant avait été installé pour retransmettre la libération.

Sur les dix citoyens israéliens libérés des geôles du Hamas mercredi soir dans le cadre de l’accord de libération des otages conclu avec le groupe terroriste palestinien, six étaient originaires du kibboutz Beeri, notamment Liam Or, 18 ans, Yarden Roman, 36 ans, Raaya Rotem, 54 ans, Amit Shani, 16 ans, et Gali Tarshansky, 13 ans et Raz Ben Ami, 57 ans.

Lorsque les noms des six otages ont été lus dans le journal télévisé, chacun d’entre eux a reçu une énorme salve d’applaudissements, avec une acclamation particulièrement forte pour Rotem qui avait été séparée de sa petite fille Hila en violation de l’accord avec le Hamas, lorsque l’adolescente de 13 ans a été libérée plus tôt cette semaine.

Les trois grands-parents d’Amit Shani regardaient la scène avec tout le monde dans le salon de l’hôtel et se sont serrés dans les bras avec joie lorsqu’ils ont vu que leur petit-fils avait été libéré.

Des membres du kibboutz Beeri regardant les informations avec anxiété à l’hôtel David, au bord de la mer Morte, où ils ont été évacués, en attendant de savoir si les otages, dont six de leur kibboutz, sont en route pour rentrer en Israël, le 29 novembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/The Times of Israel)

Simha Shani, l’une des grands-mères d’Amit, a déclaré qu’elle était « tellement heureuse » de voir son petit-fils sur le chemin du retour en Israël.

« Je ne croyais pas que nous arriverions à ce moment. J’étais tellement heureuse quand on m’a dit hier soir qu’Amit rentrait à la maison et je suis vraiment impatiente de le voir maintenant », a-t-elle déclaré.

« Les 53 derniers jours ont été très difficiles, chaque jour était si triste. Au début, on ne parlait même pas de négociations. Nous étions tellement inquiets, parce que c’est un enfant très sensible, doux et délicat. »

« Nous ne savions pas comment il pourrait survivre à quelque chose comme ça, et aujourd’hui je me demande ce qu’il a traversé mentalement. Où sera-t-il ? »

Les otages libérés le 29 novembre 2023. En haut, de gauche à droite : Raz Ben Ami, Yarden Roman, Liat Atzili, Moran Stela Yanai; middle: Liam Or, Itay Regev, Ofir Engel, Amit Shani. En bas : Gali Tarshansky, Raaya Rotem, Yelena Trupanob, et sa mère Irena Tati. (Crédit : Autorisation ; Montage photos du Times of Israel)

Sharon Segev, l’une des personnes présentes pour assister à la libération, a déclaré que l’attente éprouvante avait été « très difficile mais qu’elle en valait la peine », tout en fustigeant le Hamas pour ce qu’elle a qualifié de « guerre psychologique » contre les familles et les amis des otages qu’ils avaient enlevés.

Omer Weiss, dont les parents Yehudit et Shmulik Weiss ont tous deux été tués par le Hamas, affirme que les mauvais traitements infligés aux otages israéliens détenus à Gaza par le groupe terroriste palestinien signifient qu’ils doivent être ramenés à la maison « aussi vite que possible » pour assurer leur bien-être.

« Nous sommes très inquiets, nous savons que le temps joue contre les otages parce que ni la Croix-Rouge ni personne d’autre ne s’occupe d’eux, personne ne les voit, ils ne reçoivent pas assez de nourriture, ils ne sont pas traités correctement, il y a des personnes âgées là-bas et elles ne reçoivent pas ce dont elles ont besoin, elles ne voient pas la lumière du jour », s’est insurgé Weiss.

Il décrit le Hamas comme des « monstres méprisables » et des « sous-hommes » pour les crimes qu’ils ont commis le 7 octobre et contre les otages, décrivant les semaines qui se sont écoulées depuis comme « un long cauchemar ».

Omer Weiss, son épouse Zemer et leur fils de deux ans Amit attendant des nouvelles de la libération des otages du kibboutz Beeri, le 29 novembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/Times of Israel)

Shmulik Weiss, 65 ans, a été assassiné le 7 octobre et sa mère, Yehudit, a été emmenée en captivité. Omer affirme que la famille pense que Yehudit a été emmenée vivante, mais que son corps a été découvert lors de l’incursion terrestre de Tsahal près de l’hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza.

« Il m’est impossible d’accepter le fait que je suis maintenant orphelin, que je ne reverrai jamais mes parents ou les amis que j’aime. »

Racheli Benacot, dont la sœur a été assassinée lors de l’assaut terroriste et dont le frère a été tué en combattant les terroristes du Hamas dans le kibboutz, a déclaré qu’elle et la communauté de Beeri étaient incroyablement heureuses que certains des otages du kibboutz Beeri rentrent chez eux.

Mais elle a ajouté que ce bonheur était entaché de tristesse « pour ceux qui sont morts, et pour ceux qui sont toujours à Gaza », qu’ils attendent toujours, espèrent et attendent qu’ils rentrent chez eux.

Racheli Benacot et sa fille Geva, à l’hôtel David à Ein Boqek, le 29 novembre 2023. (Crédit : Jeremy Sharon/The Times of Israel)

« C’est un accord avec Satan », a-t-elle dit à propos de l’accord de libération des otages conclu avec le groupe terroriste palestinien. »Mais en fin de compte, ce sont nos gens et nous sanctifions la vie et non la mort, alors nous voulons qu’ils reviennent parmi nous vivants. »

Benacot a déclaré qu’elle s’opposerait à tout cessez-le-feu permanent, affirmant que les membres du kibboutz refuseraient de retourner chez eux « à moins que le Hamas ne soit anéanti » et qu’ils puissent vivre en sécurité.

« Aucune des villes du sud ne pourrait revenir en arrière, cela signifierait renoncer à notre maison, à nos racines, à notre histoire, renoncer à une partie du pays, ce serait renoncer au sionisme. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.