Les tableaux du peintre juif d’Auschwitz acquis par la Pologne
Rechercher

Les tableaux du peintre juif d’Auschwitz acquis par la Pologne

Olère fut “le seul prisonnier membre du Sonderkommando qui ait transmis par la peinture son expérience à l'ombre des cheminées des fours crématoires”

Une femme et ses enfants au seuil de la chambre en gaz. Relief de David Olère de 1960, exposé à la Maison des Combattants du Ghetto. (Crédit : Dr. Avishai Teicher/CC BY 2.5/WikiCommons)
Une femme et ses enfants au seuil de la chambre en gaz. Relief de David Olère de 1960, exposé à la Maison des Combattants du Ghetto. (Crédit : Dr. Avishai Teicher/CC BY 2.5/WikiCommons)

Dix-huit toiles de David Olère, Juif français d’origine polonaise, qui, sorti vivant d’Auschwitz, en a dépeint les horreurs, ont été acquises par le musée de l’ancien camp nazi allemand, a annoncé ce dernier.

Né en 1902 à Varsovie, Olère a fait des études aux Beaux-Arts dans cette ville, avant de partir pour Berlin et Paris, où il a choisi de s’établir. Membre de l’Ecole de Paris, il a produit des scénographies pour Paramount Pictures, Fox et Gaumont, ainsi que des affiches publicitaires. Il a été naturalisé en 1937.

Arrêté par la police française en 1943, envoyé au camp de Drancy, puis à Auschwitz, il a été intégré au Sonderkommando, une équipe spéciale créée par les nazis pour s’occuper du four crématoire et des chambres à gaz.

Olère fut « le seul prisonnier membre du Sonderkommando qui ait transmis par la peinture son expérience à l’ombre des cheminées des fours crématoires », montrant tant son travail quotidien que la volonté de survie d’un homme ayant connu la face la plus sombre d’Auschwitz, a souligné le directeur du Musée, Piotr Cywinski, cité dans un communiqué.

Avec les dix-huit toiles du peintre mort en 1985 en France à 83 ans, achetées par le ministère polonais de la Culture, le Musée d’Auschwitz détiendra la plus importante collection de ses œuvres au monde.

Quelques tableaux d’Olère se trouvent à l’Institut Yad Vashem à Jérusalem et quelques dizaines d’esquisses en noir et blanc à la Maison des Combattants des Ghettos, Lohamei Haghetaot, également en Israël, près d’Akko.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...