L’étudiant de McGill qui appelait à “frapper un sioniste” quitte le conseil étudiant
Rechercher

L’étudiant de McGill qui appelait à “frapper un sioniste” quitte le conseil étudiant

Igor Sadikov a démissionné après la controverse entourant son tweet du 6 février qui incitait à la violence

Igor Sadikov (Crédit : association des étudiants de premier cycle de la faculté des Arts de McGill)
Igor Sadikov (Crédit : association des étudiants de premier cycle de la faculté des Arts de McGill)

Igor Sadikov, le syndicaliste étudiant qui avait appelé sur Twitter à « frapper un sioniste aujourd’hui », a démissionné de son poste de directeur du conseil étudiant de l’université canadienne McGill. La veille, la Société des Arts de l’université avait voté contre sa destitution.

L’étudiant en sciences politiques de 22 ans a accusé des « interférences » de l’administration de McGill dans un communiqué publié jeudi.

La décision de Sadikov a apaisé les étudiants pro-Israël du campus et les organisations juives. La controverse Twitter a agité l’université pendant près de trois semaines, la partie pro-Israël affirmant que Sadikov avait incité à la violence avec son tweet alors que ce dernier avait parlé de « mauvaise blague ».

Sadikov, actif au sein du mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) contre Israël, a démenti être antisémite, soulignant que son père était juif et sa mère à moitié juive.

« C’est une victoire importante pour les étudiants juifs et pro-Israël et pour la tolérance en général à McGill », a déclaré Michael Mostyn, directeur exécutif de B’nai Brith Canada.

Sadikov reste membre du Conseil législatif de la société étudiante, mais une motion sera présentée le 9 mars pour le destituer pour « irrégularité et violation de la Constitution ».

Le tweet de quatre mots de Sadikov avait été publié le 6 février, et supprimé trois jours après.

Sadikov avait ensuite déclaré sur Facebook regretter « la manière dont j’ai formulé mon opposition au sionisme et le fait que certains de mes électeurs et camarades étudiants aient été blessés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...