Rechercher

L’historien Pascal Ory retrace l’histoire de la « judéophobie »

L'universitaire a également accusé Eric Zemmour d'alimenter la judéophobie musulmane et les Palestiniens d'avoir "contribué à relancer une judéophobie qui s’appelle ‘antisionisme’"

L’historien Pascal Ory sur le plateau de l’émission « Quotidien » sur TMC, le 21 octobre 2021. (Crédit : Capture d’écran « Quotidien » / MyTF1 / TMC)
L’historien Pascal Ory sur le plateau de l’émission « Quotidien » sur TMC, le 21 octobre 2021. (Crédit : Capture d’écran « Quotidien » / MyTF1 / TMC)

L’historien Pascal Ory, membre de l’Académie française, est spécialiste des mentalités et de l’identité nationale. Il a sorti en cette rentrée l’essai De la haine du juif (Bouquins) dans lequel il s’interroge sur les origines et la persistance de la judéophobie et de l’antisémitisme dans la société, notamment face à la montée de l’islamo-gauchisme.

L’ouvrage compte trois parties et un prologue, qui prend place avant l’ère chrétienne. Le premier « acte » s’interroge tout d’abord principalement sur les relations entre judaïsme, christianisme et islam, et place l’apparition de la « judéophobie » à la naissance du christianisme. Le deuxième s’interroge sur l’époque qui a vu une baisse de l’hégémonie chrétienne et la naissance d’une certaine science qui a inventé la « race » et l’ « antisémitisme ». Le troisième « acte » s’interroge sur l’antisémitisme à notre époque actuelle et l’« antisionisme », haine à l’origine « géopolitique, qu’on peut instrumentaliser à loisir, et qui n’a aucune (dé)raison de s’éteindre ».

« Voilà pourquoi la judéophobie ne remonte pas à la nuit des temps, mais prend date pour être éternelle », a écrit Pascal Ory.

Dans son livre, il préfère le terme de « judéophobie » à celui « d’antisémitisme » dans la mesure où ce dernier est né assez tardivement, au XIXe siècle, et qu’il le juge non pertinent, impliquant tous les « sémites » dont les Arabes. « ’Judéophobie’ est une déclinaison de la xénophobie. Il me paraît être le terme le plus neutre », a-t-il expliqué au journal L’Express.

Dans le même entretien, l’historien en a profité pour dénoncer les positions d’Eric Zemmour, candidat « non encore déclaré » à la prochaine présidentielle et Juif pratiquant.

Selon lui, Eric Zemmour « se focalise sur les musulmans comme ces derniers peuvent se focaliser sur les Juifs : pour des raisons géopolitiques. C’est la tendance dominante de ce que j’appelle la période moderne de la judéophobie, ouverte avec la fin de la Seconde Guerre mondiale et la proclamation, en 1948, de l’État d’Israël. En retour, il alimente la judéophobie musulmane. C’est une spirale redoutable ». 

Sur le plateau de l’émission « Quotidien » sur TMC, Pascal Ory est également revenu sur l’histoire plus globale du peuple juif, retraçant notamment celles du Royaume de David et de Salomon, et celle des Juifs des pays sous influence de l’islam.

Il a aussi brièvement expliqué l’origine des théories dites du « complot juif ».

Selon lui, les Palestiniens ont « contribué à relancer une judéophobie qui s’appelle ‘antisionisme’ mais qui glisse vers l’antisémitisme » et, dans le même temps, Israël, par l’entremise de Netanyahu et de la loi sur l’État-nation, a « apporté sur un plateau des arguments » à l’autre camp. « Les radicaux des deux camps se tiennent par la barbichette et sont très contents d’être symétriques », a-t-il estimé.

Pascal Ory a publié de nombreux ouvrages, dont L’Anarchisme de droite ou du mépris considéré comme une morale, Du fascisme ou encore La Grande encyclopédie du presque rien.

Il est Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite et Commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...