Rechercher

Liberman rejette l’idée que Lapid participe aux négociations avec les enseignants

Les négociations salariales entre le Trésor et le syndicat des enseignants israéliens, visant à éviter une menace de grève qui pourrait décaler la rentrée scolaire, se poursuivent

Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors d'une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 17 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman lors d'une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 17 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a rejeté dimanche les appels de plusieurs ministres demandant au Premier ministre Yair Lapid de s’impliquer dans les négociations salariales entre le Trésor et le syndicat des enseignants israéliens, visant à éviter une menace de grève qui pourrait décaler la rentrée scolaire.

« J’ai précisé lors de la réunion avec le Premier ministre et le ministre de l’Éducation que la seule personne qui gérait les négociations était le commissaire des salaires au ministère des Finances. Nous n’avons pas besoin d’observateurs ou de superviseurs casher », a déclaré Liberman dans un communiqué.

Il existe de « vrais écarts » de salaires entre les enseignants, selon Liberman.

La cheffe du Syndicat des enseignants d’Israël, Yaffa Ben David, a prévenu la semaine dernière que si l’impasse avec le ministère des Finances sur les salaires venait à se poursuivre, la prochaine année scolaire ne commencerait pas comme prévu le 1er septembre.

Yaffa Ben David a accusé les fonctionnaires du ministère des Finances de « traîner des pieds » et d’être « une bande de bonhommes qui pensent pouvoir décider de ce qui se passera, qui sèment la discorde et provoquent des conflits ».

Les négociations en vue d’un nouvel accord seraient bloquées en raison de la demande du Syndicat des enseignants de maintenir un système déterminant les augmentations de salaire en fonction du rang et de l’ancienneté.

Certains affirment que le système actuel de paiement basé sur l’ancienneté décourage de nombreux jeunes enseignants prometteurs de continuer à exercer la profession, car cela signifie que leurs salaires ne dépendent pas de la qualité de leur enseignement ou de l’effort qu’ils fournissent.

Mais Ben David a déclaré que la proposition faite mercredi par le Trésor d’ajouter 400 shekels aux salaires mensuels des enseignants expérimentés était une tentative de tromper les enseignants et de les priver de leur dû. Elle a dit espérer que l’implication du Premier ministre Yair Lapid apportera une « solution équitable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...