Rechercher

Yaffa Ben David prédit le « chaos » et une grève inévitable à la rentrée scolaire

La cheffe du Syndicat des enseignants espère que l'implication du Premier ministre Yair Lapid apportera une "solution équitable"

Yaffa Ben David, secrétaire générale du Syndicat des enseignants israéliens, s'exprimant lors d'une conférence de la Fédération des autorités locales à Ganei Tikva, le 18 août 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Yaffa Ben David, secrétaire générale du Syndicat des enseignants israéliens, s'exprimant lors d'une conférence de la Fédération des autorités locales à Ganei Tikva, le 18 août 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La cheffe du Syndicat des enseignants d’Israël, Yaffa Ben David, a prévenu que si l’impasse avec le ministère des Finances sur les salaires venait à se poursuivre, la prochaine année scolaire ne commencera pas comme prévu le 1er septembre.

Lors d’une conférence de la Fédération des autorités locales pour préparer la prochaine année scolaire qui s’est tenue à Ganei Tikva, Ben David a déclaré que les efforts du Trésor, pour empêcher une grève par le biais d’une décision de justice, échoueront.

« Ce sera le chaos », a-t-elle prévenu, si les négociations échouent. « Dans l’état actuel des choses, l’année scolaire ne commencera pas ».

Elle a accusé les fonctionnaires du ministère des Finances de « traîner des pieds » et d’être « une bande de bonhommes qui pensent pouvoir décider de ce qui se passera, qui sèment la discorde et provoquent des conflits ».

Les négociations en vue d’un nouvel accord seraient bloquées en raison de la demande du Syndicat des enseignants de maintenir un système déterminant les augmentations de salaire en fonction du rang et de l’ancienneté.

Certains affirment que le système actuel de paiement basé sur l’ancienneté décourage de nombreux jeunes enseignants prometteurs de continuer à exercer la profession, car cela signifie que leurs salaires ne dépendent pas de la qualité de leur enseignement ou de l’effort qu’ils fournissent.

Mais Ben David a déclaré que la proposition faite mercredi par le Trésor d’ajouter 400 shekels aux salaires mensuels des enseignants expérimentés était une tentative de tromper les enseignants et de les priver de leur dû.

Elle a dit espérer que l’implication du Premier ministre Yair Lapid apportera une « solution équitable ». Lapid a parlé avec Ben David plus tôt jeudi et a également rencontré les ministres de l’Éducation et des Finances la veille.

Le ministère des Finances a répondu dans un communiqué qu’il attendait que Ben David assiste à une réunion qu’il avait prévue avec elle à midi, a rapporté la Treizième chaîne.

La ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton avait auparavant fait part de sa consternation à l’égard du ministre des Finances Avidgor Liberman pour avoir présenté l’offre du Trésor lors d’une conférence de presse alors que les négociations étaient toujours en cours.

« J’ai été choquée lorsque le Trésor, juste après la réunion avec le Premier ministre, est sorti et a déclaré qu’il s’agissait d’une proposition finale », a déclaré Shasha-Biton. « Quiconque a dit qu’il s’agissait d’une proposition finale n’était pas venu aux négociations de bonne foi ».

La ministre de l’éducation Yifat Shasha-Biton s’exprimant lors d’une conférence de la Fédération des autorités locales avant l’ouverture de l’année scolaire à Ganei Tikva, le 18 août 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef de la Fédération des Autorités locales, Haim Bibas, a déclaré que son groupe soutenait également les enseignants.

« Nous pensons qu’en fin de compte, nous devons prendre en charge les salaires des enseignants », a-t-il déclaré. Le Trésor public ne dit que des bêtises. C’est un gros échec de la part du ministère des Finances ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...