L’Iran affirme que ses navires de guerre ont « chassé » les forces américaines et françaises
Rechercher

L’Iran affirme que ses navires de guerre ont « chassé » les forces américaines et françaises

Les avions et navires de guerre se seraient approchés "de façon provocante" dans le golfe d'Aden puis se seraient excusés avant de "rapidement changer de direction" après un avertissement iranien

Un navire américain dans le golfe d'Aden (Crédit : Kristopher Wilson/US Navy/Wikimedia Commons/File)
Un navire américain dans le golfe d'Aden (Crédit : Kristopher Wilson/US Navy/Wikimedia Commons/File)

L’Iran a affirmé dimanche que ses navires de guerre avaient « chassé »  des forces militaires américaines et françaises dans le golfe d’Aden.

« Des avions de reconnaissance, des hélicoptères et des navires de guerre  américains et français se sont approchés des navires de guerre iraniens de façon provocante », samedi soir dernier, selon les termes de l’agence de presse semi-officielle Fars. « Les navires et les aéronefs ont ensuite reçu un avertissement de l’agent destructeur iranien Alborz, se sont excusés et ont rapidement changé de direction. »

L’agence affirme que le même événement s’est produit lundi dernier, lorsqu’ « un navire de guerre américain et des avions militaires ont changé de direction alors qu’ils patrouillaient dans le golfe d’Aden, après qu’ils se sont rapprochés d’une flotte navale iranienne avec comme consigne de s’éloigner ».

Le rapport de Fars soutient que la 34e flotte de la marine iranienne, qui comprend l’agent destructeur Alborz et le  navire de guerre porte-hélicoptères Bushehr, mène depuis trois mois des « patrouilles anti-piraterie » dans le Golfe d’Aden et la mer Rouge. Fars cite le commandant de la flottille, Mostafa Tajeddini, qui est catégorique :  « La vérification de navires de guerre étrangers dans les eaux internationales et la surveillance des menaces potentielles pour les intérêts nationaux de l’Iran constituent notre responsabilité essentielle. »

Le rapport survient en pleine vague de rhétorique anti-américaine émise par les dirigeants et les chefs militaires iraniens, alors que le président américain Barack Obama cherche à rassurer les dirigeants du Golfe révoltés par l’accord nucléaire avec l’Iran. Obama tient un sommet à Camp David ce jeudi avec les pays du Conseil de coopération du Golfe : l’Arabie saoudite, le Koweït, les Émirats arabes unis, le Qatar, Bahreïn et Oman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...