Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Le chef du Hamas en Egypte mercredi pour discuter d’un cessez-le-feu

Le Jihad islamique publie une vidéo de 2 otages ; 132 militaires tués au total depuis le début de l'opération terrestre à Gaza * Les Houthis déterminés à poursuivre leurs attaques en mer Rouge * Tsahal élimine un financier du Hamas à Gaza

Des soldats israéliens dans la bande de Gaza dans une photo publiée le 18 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens dans la bande de Gaza dans une photo publiée le 18 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

Le Jihad islamique publie une vidéo de 2 otages qui appellent le gouvernement à obtenir leur libération

La branche armée du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien publie une vidéo des otages Gadi Mozes et Elad Katzir dans laquelle ils appellent les dirigeants israéliens à agir de toute urgence pour obtenir leur libération.

Parlant apparemment sous la contrainte, les deux hommes sont entendus dans des vidéos séparées et avertissent qu’ils pourraient mourir à tout moment à cause des frappes de Tsahal.

127 camions d’aide entrés mardi à Gaza via les points de passage israéliens et égyptiens

Des camions d’aide humanitaire attendant d'entrer à Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : COGAT/X)
Des camions d’aide humanitaire attendant d'entrer à Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : COGAT/X)

La liaison militaire israélienne avec les Palestiniens, le COGAT, indique que 127 camions d’aide humanitaire sont entrés à Gaza aujourd’hui.

Soixante-sept camions ont été inspectés au terminal israélien de Nitzana avant d’être transférés au terminal égyptien de Rafah et acheminés vers Gaza.

Soixante camions ont été inspectés au poste-frontière israélien de Kerem Shalom et sont entrés directement à Gaza à partir de là.

Ce nombre reste en deçà des 200 camions, qu’Israël s’était engagé à autoriser chaque jour d’avancée dans le cadre de l’accord d’otages du mois dernier.

Israël reproche à l’ONU et à l’Égypte de ne pas tenir le rythme du nombre de camions qu’il inspecte chaque jour, tout en affirmant que la campagne militaire israélienne en cours à Gaza rend impossible l’acheminement en toute sécurité de grandes quantités d’aide.

Le chef de l’ONU assiste à une projection privée des images des massacres du 7 octobre

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, regarde des images compilées par Tsahal de l'attaque du Hamas du 7 octobre, le 18 décembre 2023. (Crédit : Douzième chaîne)
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, regarde des images compilées par Tsahal de l'attaque du Hamas du 7 octobre, le 18 décembre 2023. (Crédit : Douzième chaîne)

Après des pressions considérables de la part d’Israël, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a regardé hier, au siège de l’ONU, la compilation de 47 minutes par Tsahal d’images de l’attaque du Hamas du 7 octobre, a rapporté la Douzième chaîne.

Netanyahu termine sa réunion avec les familles des otages et se dit déterminé à leur libération

Des familles d'otages détenus par le Hamas à Gaza et des sympathisants assistent à un rassemblement appelant à leur retour, à Tel Aviv, en Israël, le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)
Des familles d'otages détenus par le Hamas à Gaza et des sympathisants assistent à un rassemblement appelant à leur retour, à Tel Aviv, en Israël, le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a conclu après plus de deux heures sa rencontre avec les familles des 15 otages actuellement détenus à Gaza.

Son bureau publie une déclaration dans laquelle il affirme que le Premier ministre s’engage à obtenir leur libération.

De nombreuses familles d’otages étaient furieuses de ne pas avoir été invitées à la réunion, le chargé des affaires liées aux otages, Gal Hirsch, ayant plafonné la liste à 15 familles.

Haniyeh en Egypte mercredi pour discuter d’un cessez-le-feu

Le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, lors d'une allocution télévisée, le 13 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le chef du bureau politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, lors d'une allocution télévisée, le 13 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le chef du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas Ismaïl Haniyeh doit se rendre mercredi en Egypte pour des discussions sur un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et d’un accord de libération d’otages israéliens en échange de prisonniers palestiniens détenus en Israël, a indiqué mardi une source au sein du groupe terroriste.

Basé au Qatar, M. Haniyeh se rendra mercredi à la tête d’une délégation « de haut niveau » du Hamas en Egypte où il doit avoir notamment avec le chef du renseignement égyptien, Abbas Kamel, des discussions « sur l’arrêt de l’agression et de la guerre pour préparer un accord de libération de prisonniers, la fin du siège imposé à la bande de Gaza », a indiqué la source à l’AFP.

« Tout pays » agissant contre les Houthis en mer Rouge verra « ses navires pris pour cibles »

Mohammed Ali al-Houthi, chef du Haut comité révolutionnaire et important responsable politique des rebelles Houthis, le 20 septembre 2018. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)
Mohammed Ali al-Houthi, chef du Haut comité révolutionnaire et important responsable politique des rebelles Houthis, le 20 septembre 2018. (Crédit : MOHAMMED HUWAIS / AFP)

Un haut responsable des Houthis du Yémen a déclaré mardi que « tout pays » qui agirait contre eux verrait ses navires pris pour cible en mer Rouge, au lendemain de la création par Washington d’une force multinationale de protection maritime.

« Tout pays qui agit contre nous verra ses navires pris pour cibles en mer Rouge », a déclaré Mohammed Ali al-Houthi, dans une interview accordée au site d’al-Alam, la chaîne arabophone de la télévision officielle en Iran.

Hagari: l’armée a déployé une brigade supplémentaire à Khan Younès

Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de Tsahal, a déclaré que l’armée avait déployé une brigade supplémentaire à Khan Younès, dans le sud de Gaza.

« Dans le sud de Gaza, dans la région de Khan Younès, nous étendons et approfondissons nos opérations. Nous avons ajouté une brigade complète et des forces de génie de combat supplémentaires pour les opérations dans la zone, afin d’améliorer nos opérations », explique Hagari.

Concernant le vaste réseau de tunnels du Hamas et d’autres infrastructures que Tsahal s’efforce de détruire, Hagari déclare : « Nous devons démanteler le Hamas, et cela prendra autant de temps que nécessaire ».

Tsahal a « brisé les capacités opérationnelles » du Hamas dans le nord de Gaza-City

Le commandant de la 162e division, le général de brigade Itzik Cohen (au centre), avec d'autres officiers à Jabaliya, à Gaza City, dans une image publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le commandant de la 162e division, le général de brigade Itzik Cohen (au centre), avec d'autres officiers à Jabaliya, à Gaza City, dans une image publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le commandant de la 162e division, le général de brigade Itzik Cohen, affirme que ses forces ont réussi à « briser les capacités opérationnelles » de la brigade du Hamas dans le nord de la ville de Gaza, alors que les troupes prennent le contrôle total du quartier de Jabaliya.

« La 162e division a le contrôle opérationnel de Jabaliya », a déclaré le général Cohen. »Nous avons tué des centaines de terroristes à Jabaliya et arrêté environ 500 personnes soupçonnées d’activités terroristes, dont certaines ont participé aux événements du 7 octobre », ajoute-t-il.

Selon les évaluations militaires, près d’un millier de membres du Hamas ont été éliminés par les troupes israéliennes à Jabaliya. Trois mille cinq cents autres Palestiniens ont été capturés par Tsahal, dont au moins cinq cents sont soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes, notamment dans les attaques du 7 octobre contre le sud d’Israël.

Au moins 70 des quelque 1 500 terroristes qui ont perpétré les attentats du 7 octobre vivaient à Jabaliya et, à ce jour, 57 de leurs maisons ont été détruites par Tsahal.

Tsahal précise que certains des terroristes présumés qui se sont rendus aux troupes à Jabaliya s’étaient retranchés dans des sites civils, notamment des hôpitaux et des écoles.

De nombreux sites du Hamas, y compris des terrains d’entraînement, des centres de commandement, des ateliers de production d’armes et des tunnels, ont été détruits à Jabaliya, ajoute Tsahal.

La 162e division a également localisé du matériel de renseignement du Hamas au cours des opérations à Jabaliya, ce qui a contribué à la poursuite des opérations dans la région.

Cohen affirme que sa division a « conduit au démantèlement des capacités militaires » de la brigade du Hamas dans le nord de la ville de Gaza.

Gallant: L’opération terrestre va « s’étendre à d’autres zones » dans la bande de Gaza

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) visite la frontière de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) visite la frontière de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la défense, Yoav Gallant, annonce que l’opération terrestre « s’étendra à d’autres zones » de la bande de Gaza.

« Khan Younès est devenue la nouvelle capitale du terrorisme. Nous ne relâcherons pas notre action jusqu’à ce que nous atteignions les hauts responsables du Hamas », a-t-il déclaré lors d’une tournée à la frontière de Gaza, selon des propos publiés par son bureau.

Dans une déclaration, Gallant ajoute que « l’opération terrestre s’étendra à d’autres zones », faisant apparemment référence au centre de la bande de Gaza ou à la ville de Rafah, située à l’extrême sud.

Londres demande à Israël « une approche plus chirurgicale » envers le Hamas

L’ex Premier ministre britannique David Cameron quitte Downing Street, à Londres, le 13 nov. 2023, après avoir été nommé ministre des Affaires étrangères. (Crédit : James Manning/PA via AP)
L’ex Premier ministre britannique David Cameron quitte Downing Street, à Londres, le 13 nov. 2023, après avoir été nommé ministre des Affaires étrangères. (Crédit : James Manning/PA via AP)

Le chef de la diplomatie britannique David Cameron a demandé mardi à Israël « une approche plus chirurgicale, clinique et ciblée » dans sa lutte contre le Hamas, à l’issue d’un entretien à Rome avec son homologue italien Antonio Tajani.

« Ce que nous demandons à Israël, c’est de reconnaître qu’il doit minimiser les pertes civiles, respecter le droit humanitaire international à tout moment et poursuivre sa campagne contre le Hamas en gardant ces deux choses à l’esprit », a-t-il déclaré à la presse.

Notant qu’il y avait moins de victimes civiles dans le sud de Gaza que dans le nord, selon les Israéliens, il a exhorté les forces israéliennes à faire davantage d’efforts en ce sens.

M. Cameron et son homologue allemande Annalena Baerbock ont écrit dimanche un article commun dans l’hebdomadaire britannique Sunday Times appelant à un « cessez-le-feu durable » à Gaza, estimant que « trop de civils ont été tués » dans le conflit.

Interrogé sur ce cessez-le-feu durable, M. Cameron a déclaré mardi que l’arrêt des combats « n’est pas durable si vous les arrêtez définitivement et que le Hamas continue de contrôler ne serait-ce qu’une partie de Gaza ».

« Les gens disent que je veux un cessez-le-feu et une solution à deux États. Les deux choses ne peuvent pas aller ensemble. On ne peut pas s’attendre à ce que les Israéliens adoptent une solution à deux États, avec le Hamas contrôlant une partie de ce qui serait la Palestine », a estimé M. Cameron.

« Une solution durable signifie que le Hamas ne constitue plus une menace pour Israël, qu’il n’est plus en mesure de faire ce qu’il a fait le 7 octobre », a conclu le chef de la diplomatie britannique.

Au même moment à Londres, le Premier ministre britannique Rishi Sunak était pressé par une commission parlementaire d’indiquer s’il pensait que la réponse israélienne violait le droit international.

« Trop de civils meurent, bien sûr trop de civils meurent. Ce n’est pas la même chose que de dire que le droit humanitaire a été violé », a-t-il déclaré.

Le « cessez-le-feu durable » défendu par le Royaume-Uni ne pourra être obtenu « si des otages sont toujours détenus » par le Hamas et « si le Hamas, dont l’objectif déclaré est de détruire Israël, est toujours capable d’opérer dans des tunnels et de lancer des attaques de roquettes sur Israël », a-t-il ajouté.

Le Hamas refuse toute négociations sur les otages tant que Tsahal opère à Gaza

Des troupes israéliennes et des chars dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Des troupes israéliennes et des chars dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le Hamas réitère sa position de « rejet catégorique de toute forme de négociations sur un échange de prisonniers » dans le cadre de l’opération militaire israélienne en cours dans la bande de Gaza.

« Nous sommes toutefois ouverts à toute initiative qui contribuerait à mettre fin à l’agression contre notre peuple et à ouvrir les points de passage pour acheminer l’aide et soulager le peuple palestinien », déclare le groupe terroriste dans un communiqué.

Le groupe terroriste a également subordonné la conclusion d’un accord au retrait des troupes israéliennes de la bande de Gaza.

Ces deux conditions ne sont pas envisageables pour Israël.

Tsahal montre une unité d’élite de l’armée de l’air opérant à l’intérieur d’un tunnel du Hamas

L’armée israélienne diffuse des images de troupes de l’unité d’élite Shaldag de l’armée de l’air opérant à l’intérieur d’un tunnel du Hamas à Gaza-City.

Les soldats de l’unité Shaldag ont opéré à l’intérieur du tunnel pour le scanner et obtenir des renseignements.

L’armée israélienne affirme avoir découvert quelque 1 500 tunnels dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre et s’emploie à les démolir.

La grande majorité des tunnels ont été découverts dans des sites civils, notamment des écoles, des mosquées, des hôpitaux, des bâtiments de l’ONU et des logements résidentiels.

Netanyahu rencontre les familles des otages ; seulement 15 représentants invités

Les familles et les proches des otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza assistent à un rassemblement appelant à leur retour, à Tel Aviv, Israël, le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP/Leo Correa)
Les familles et les proches des otages israéliens détenus par le Hamas à Gaza assistent à un rassemblement appelant à leur retour, à Tel Aviv, Israël, le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP/Leo Correa)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre actuellement 15 représentants des familles des otages au quartier général militaire Kirya de Tsahal à Tel Aviv. Ces familles ont été triées sur le volet par Gal Hirsch, l’envoyé de Netanyahu auprès des otages, qui a déjà fait l’objet d’un feu nourri pour sa conduite dans ce rôle.

La décision de n’autoriser que 15 personnes à participer à la réunion a exaspéré les familles qui disent avoir insisté pendant des jours pour obtenir une réunion et avoir été tenues à l’écart.

Tsahal annonce la mort du sergent de première classe Maoz Fenigstein

Le sergent de première classe (res.) Maoz Fenigstein, 25 ans, a été tué lors de combats dans la bande de Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le sergent de première classe (res.) Maoz Fenigstein, 25 ans, a été tué lors de combats dans la bande de Gaza le 19 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Tsahal annonce la mort d’un soldat qui a été tué dans le nord de la bande de Gaza aujourd’hui, ce qui porte à 132 le nombre de soldats tués dans l’offensive terrestre contre le Hamas.

Il s’agit du sergent de première classe (réserviste) Maoz Fenigstein, 25 ans, du 7008e bataillon de la 551e brigade, originaire de Susya.

Herzog: Israël prêt à une nouvelle trêve pour libérer des otages, l’aide peut être triplée

Le président Isaac Herzog rencontre un groupe d'ambassadeurs étrangers dans sa résidence de Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : GPO)
Le président Isaac Herzog rencontre un groupe d'ambassadeurs étrangers dans sa résidence de Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : GPO)

Le président Isaac Herzog a fait savoir aux ambassadeurs de 80 pays qu’Israël était prêt à un deuxième cessez-le-feu en échange de la libération d’un plus grand nombre d’otages.

Le mois dernier, 105 otages ont été libérés lors d’une trêve de sept jours.

Herzog a informé les ambassadeurs de la situation à Gaza, en mettant l’accent sur l’effort humanitaire d’Israël, selon son bureau, et en exhortant les organisations internationales à faire davantage pour faciliter l’acheminement de l’aide à Gaza.

« La quantité d’aide humanitaire peut être triplée instantanément », a-t-il déclaré, affirmant qu’Israël inspectait chaque jour des centaines de camions au point de passage de Nitzana, mais que les agences des Nations Unies (ONU) et d’autres partenaires sur le terrain ne parvenaient pas à suivre le rythme, de sorte que seuls 125 à 100 camions entraient chaque jour dans la bande de Gaza.

L’ONU a contesté cette allégation, affirmant que l’acheminement de l’aide était entravé par les bombardements israéliens. Les États-Unis, pour leur part, ont blâmé le refus d’Israël de rouvrir le point de passage de Kerem Shalom, créant un engorgement dans l’acheminement de l’aide. Ils ont persuadé Israël de rouvrir le point de passage et, dimanche, près de 200 camions d’aide sont entrés dans la bande de Gaza pour la première fois depuis la dernière trêve.

« On pourrait facilement tripler le nombre de camions si les Nations unies et leurs partenaires faisaient un effort. Le monde doit savoir que des dizaines de milliers de tonnes supplémentaires auraient pu être acheminées chaque jour à Gaza », a affirmé Herzog.

« Le président a fait remarquer qu’Israël n’était pas en guerre contre le peuple palestinien, mais contre son ennemi, l’organisation terroriste du Hamas », peut-on lire dans le communiqué de presse israélien.

« Je tiens à réaffirmer qu’Israël est prêt à une nouvelle pause humanitaire et à ce que l’aide humanitaire soit augmentée afin de permettre la libération des otages. La responsabilité en incombe entièrement à Sinwar et aux dirigeants du Hamas », a affirmé Herzog aux ambassadeurs.

Le chef d’un hôpital de Gaza admet que son établissement a été investi par le Hamas et qu’il a hébergé un otage

Le directeur de l'hôpital Kamal Adwan de Gaza, Ahmed Kahlot, interrogé par le Shin Bet, sur une capture d’écran d'une vidéo diffusée le 19 décembre 2023. (Crédit : Shin Bet)
Le directeur de l'hôpital Kamal Adwan de Gaza, Ahmed Kahlot, interrogé par le Shin Bet, sur une capture d’écran d'une vidéo diffusée le 19 décembre 2023. (Crédit : Shin Bet)

Le directeur de l’hôpital Kamal Adwan de Gaza à Jabaliya révèle lors d’un interrogatoire mené par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet que son hôpital – qui est situé au nord de Gaza – a été transformé en installation armée sous le contrôle du groupe terroriste palestinien du Hamas et qu’à un moment donné, il a hébergé un soldat kidnappé.

Dans des images diffusées mardi par le Shin Bet et Tsahal, le directeur de l’hôpital, Ahmed Kahlot, explique aux soldats israéliens que le Hamas avait des bureaux à l’intérieur de l’hôpital et qu’il l’utilisait comme base pour ses activités opérationnelles.

Selon Kahlot, qui est lui-même lieutenant-colonel au sein du Hamas depuis 2010, quelque 16 membres du personnel de l’hôpital – dont des médecins, des infirmières et des auxiliaires médicaux – sont également des terroristes du Hamas qui servent dans les Brigades Ezzedine al-Qassam, l’aile armée du groupe terroriste palestinien.

Il ajoute que plusieurs terroristes des Brigades Al-Quds du Jihad islamique palestinien sont également employés à l’hôpital.

Limor Luria: le pays n’est pas équipé pour prendre en charge les traumatisés de guerre

Limor Luria, cheffe du département de la réhabilitation du ministère de la Défense, s'exprimant lors d'une réunion de la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Limor Luria, cheffe du département de la réhabilitation du ministère de la Défense, s'exprimant lors d'une réunion de la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Israël n’a pas la capacité de prendre en charge toutes les personnes blessées et traumatisées par la guerre en cours, explique Limor Luria, cheffe du département de la réhabilitation du ministère de la Défense.

S’adressant à la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé de la Knesset, Limor Luria indique aux députés que depuis le déclenchement de la guerre, son département a pris en charge 2 816 nouveaux patients, dont 18 % souffrent de problèmes de santé mentale et de troubles de stress post-traumatique (TSPT).

« Si nous ne bénéficions pas de ressources et de normes supplémentaires, nous ne pourrons pas nous occuper de tout le monde », affirme-t-elle, ajoutant que malgré son engagement à ce que ce soit fait, le ministère n’a pas créé de département distinct pour le traitement des soldats souffrant de TSPT.

Cette situation est d’autant plus préoccupante que le conflit actuel « ne ressemble à rien de ce qui s’est passé par le passé », souligne Idan Kleiman, qui dirige l’organisation des vétérans handicapés de Tsahal. « Nous nous attendons à ce qu’il y ait environ 10 000 personnes souffrant de TSPT. »

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 19 667 morts à Gaza

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé mardi que les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza avaient fait 19 667 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre.

Le Hamas, qui contrôle depuis 2007 ce  territoire palestinien de 2,4 millions d’habitants, a également recensé 52 586 blessés, d’après un communiqué du ministère.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et le Hamas ne fait pas de distinction entre les civils et les terroristes. Il ne fait pas non plus de distinction entre les personnes tuées par Israël et celles tuées par les centaines de roquettes qu’il a tirées et qui n’ont pas atteint Gaza. Israël affirme avoir tué plus de 7 000 terroristes à l’intérieur de Gaza.

La guerre a été déclenchée lorsque le Hamas a envahi le sud d’Israël, tuant plus de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et prenant quelque 240 otages.

Frappe aérienne de Tsahal contre une cellule terroriste à la frontière du Liban

Tsahal a déclaré avoir mené une frappe aérienne contre une cellule opérant à la frontière libanaise, près de Hanita.

Des chars ont également frappé un site du groupe terroriste du Hezbollah dans le sud du Liban, et l’artillerie a bombardé une zone à la frontière près de Yiron pour « éliminer une menace ».

Pendant ce temps, le Dôme de fer a intercepté une « cible aérienne suspecte » qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban, déclenchant des sirènes dans plusieurs communautés, ajoute Tsahal.

Tsahal simule les attaques du 7 octobre en Cisjordanie et dans le nord

L’armée israélienne a récemment conduit des exercices simulant une attaque massive sur les implantations de Cisjordanie et les communautés du nord d’Israël bordant la Ligne verte, similaire à l’attaque du 7 octobre dans le sud d’Israël.

L’exercice, qui a eu lieu la semaine dernière, a été signalé par la Douzième chaîne, puis confirmé au Times of Israel.

Selon des sources militaires, l’exercice fait partie d’une série de scénarios divers auxquels Tsahal se prépare en Cisjordanie, suite aux attaques du Hamas du 7 octobre sur le sud d’Israël, au cours desquelles quelque 1 200 personnes ont été tuées, dont la plupart étaient des civils, et 240 ont été prises en otage.

Tsahal découvre des caches d’armes et des usines de fabrications du Hamas à Gaza

Une cache d'armes du Hamas trouvée dans le nord de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)
Une cache d'armes du Hamas trouvée dans le nord de Gaza sur une photo publiée le 19 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes du 6651e bataillon de reconnaissance de la 261e brigade opérant dans le nord de Gaza, à Atatra et Jabaliya, ont localisé des caches d’armes et des usines de fabrication du groupe terroriste du Hamas, a indiqué Tsahal.

L’armée a précisé que les troupes ont récupéré un grand nombre d’armes à feu, de roquettes et d’explosifs.

Les troupes ont également procédé à des perquisitions dans les maisons de membres du Hamas situées à proximité, où d’autres armes et du matériel de renseignement ont été découverts, toujours selon Tsahal. Les soldats ont également trouvé des photos d’enfants portant des uniformes du Hamas et posant avec des armes.

Photos montrant des enfants en uniforme militaire du Hamas, posant avec des armes découvertes par les troupes de Tsahal dans le nord de Gaza, dans une photo publiée le 19 décembre 2023 (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal a précisé que ces derniers jours le 6651e bataillon a tendu des embuscades et tué des dizaines d’agents du Hamas. Le sergent-chef (réserviste) Daniel Yacov Ben Harosh, 31 ans, a été tué lors de l’une des batailles de dimanche.

Alerte à l’infiltration de drones dans le nord d’Israël

Une alerte à l’infiltration de drones a été déclenchée dans le nord d’Israël.

Les alertes ont retenti dans les communautés de Haute Galilée, y compris Ayelet HaShachar, Mishmar HaYarden et Sde Eliezer.

Le groupe terroriste libanais du Hezbollah a envoyé plusieurs drones chargés d’explosifs à travers la frontière ; il y a également eu plusieurs fausses alertes.

Ces dernières semaines, le groupe terroriste a également mené des dizaines d’attaques au missile et à la roquette.

Les Palestiniens affirment que 28 personnes ont été tuées lors de frappes à Rafah

Des Palestiniens inspectent les dégâts après une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le19 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)
Des Palestiniens inspectent les dégâts après une frappe israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le19 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Hatem Ali)

Une frappe sur une maison à Rafah a tué au moins 25 personnes, dont des femmes et des enfants, et une autre frappe a tué au moins trois personnes, selon des journalistes de l’Associated Press qui ont vu les corps arriver dans deux hôpitaux locaux plus tôt dans la journée.

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires spécifiques, mais a déclaré qu’une de ses frappes sur la ville de Gaza sud avait tué un financier du Hamas.

Il n’a pas été possible de déterminer immédiatement s’il s’agissait de la même frappe.

Tsahal cible des sites au Liban après des tirs de roquettes

Des tirs d'obus israéliens autour du village sud-libanais d'Aïta al-Shaab, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec le Liban, le 5 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des tirs d'obus israéliens autour du village sud-libanais d'Aïta al-Shaab, sur une photo prise du côté israélien de la frontière avec le Liban, le 5 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’armée isrélienne annonce avoir procédé à des tirs d’artillerie en direction de sites dans le sud du Liban ce matin, dans le cadre d’escarmouches répétées avec le Hezbollah.

Une roquette a été tirée depuis le Liban sur Metula il y a peu de temps, et a atterri dans une zone ouverte.

Les troupes bombardent le site de lancement, ajoute Tsahal.

Salve de roquettes sur le centre d’Israël ; Tel Aviv visé pour la première fois en une semaine

Une salve de roquettes est tirée sur le centre d’Israël, la première à viser la région de Tel Aviv depuis une semaine.

Des sirènes d’alerte retentissent dans le sud de Tel Aviv, à Jaffa et à Bat Yam. Les sirènes retentissent également à Rishon Lezion, Kfar Chabad et Beit Dagan.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas revendique ces tirs de roquettes.

Des réservistes suspendus pour s’être moqués de détenus palestiniens à Jenine

L’armée israélienne suspend un groupe de soldats enregistrés en train de fumer un narguilé et de badiner devant des Palestiniens qui ont été appréhendés et dont les yeux ont été bandés.

La vidéo, qui a été téléchargée sur les réseaux sociaux et qui a été vue des millions de fois au cours des deux derniers jours, montre des soldats en train de rire et de grignoter alors qu’au moins sept Palestiniens sont assis les yeux bandés dans la même pièce, dans la ville de Jénine, en Cisjordanie.

« Le comportement des soldats dans les vidéos est déplorable et contraste fortement avec les valeurs de Tsahal », déclare un porte-parole de l’armée. Après une audience disciplinaire, les soldats de réserve ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre, indique le porte-parole.

Un important argentier du Hamas a été tué lors d’une frappe à Gaza – Tsahal

Des Palestiniens inspectant les dégâts après une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Des Palestiniens inspectant les dégâts après une frappe israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 19 décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

L’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet annoncent qu’un Gazaoui impliqué dans le transfert de dizaines de millions de dollars à l’aile armée du groupe terroriste palestinien du Hamas a été tué lors d’une frappe aérienne.

Selon un communiqué commun, Subhi Farwanah et son frère travaillaient à transférer des fonds, en utilisant un bureau de change, au Hamas et à son aile armée au cours des dernières années.

Selon Tsahal, Farwanah a été tué lors d’une frappe aérienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Le communiqué indique que l’aile armée du Hamas dépend des fonds transférés par l’intermédiaire des bureaux de change pour pouvoir combattre.

Selon le Shin Bet, les intermédiaires financiers reçoivent des fonds de l’Iran et d’autres pays étrangers et les blanchissent pour le compte du Hamas en évitant les systèmes de financement internationaux, via le système informel de transferts de fonds « hawala » qui signifie mandat ou virement en arabe et qui permet de transférer des millions de dollars à travers le monde.

« Farwanah était l’un des rares et influents cambistes à pouvoir transférer à l’aile armée du Hamas la somme d’argent nécessaire aux combats [actions terroristes] », affirment Tsahal et le Shin Bet.

Le communiqué indique que Farwanah a transféré des dizaines de millions de dollars au groupe terroriste palestinien au cours des dernières années, ainsi que tout au long de la guerre en cours, « sachant que les fonds sont essentiels pour que l’aile armée du Hamas puisse continuer à se battre [leurs actions] ».

A LIRE : Résilient et diversifié, le financement du Hamas survivra à la guerre – experts

Les Houthis pro-Iran disent qu’ils poursuivront leurs attaques en mer Rouge

Un Yéménite portant une arme alors qu'il participe à une marche de solidarité avec la population de Gaza, à Sanaa, la capitale contrôlée par les rebelles houthis, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)
Un Yéménite portant une arme alors qu'il participe à une marche de solidarité avec la population de Gaza, à Sanaa, la capitale contrôlée par les rebelles houthis, le 2 décembre 2023. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

Les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, affirment qu’ils ne cesseront pas leurs attaques contre les navires de la mer Rouge, malgré l’annonce par les États-Unis de la création d’une nouvelle force de protection maritime.

« Même si l’Amérique réussit à mobiliser le monde entier, nos opérations militaires [terroristes] ne s’arrêteront pas (…) quels que soient les sacrifices que cela nous coûtera », a déclaré Mohammed al-Bukhaiti, haut responsable des Houthis, sur X.

Israël émet un avertissement de voyage pour les Maldives

Des touristes étrangers arrivent dans une résidence de vacances sur l'île de Kurumba aux Maldives, le 12 février 2012. (AP Photo/ Gemunu Amarasinghe, File)
Des touristes étrangers arrivent dans une résidence de vacances sur l'île de Kurumba aux Maldives, le 12 février 2012. (AP Photo/ Gemunu Amarasinghe, File)

Le ministère des Affaires étrangères déconseille aux Israéliens de se rendre aux Maldives, invoquant la montée du sentiment anti-israélien, alors que la guerre contre le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas fait rage.

Cette mise en garde est motivée par « l’aggravation de l’atmosphère anti-israélienne, y compris les commentaires publics de responsables ».

Le communiqué recommande aux Israéliens de ne pas se rendre aux Maldives pour le moment et à ceux qui s’y trouvent déjà d’envisager de les quitter.

L’avertissement indique que si les Israéliens ont besoin d’aide, le ministère des Affaires étrangères « aura du mal à leur fournir une assistance ».

Israël n’a pas de liens diplomatiques avec ce pays à majorité musulmane, mais les Israéliens ont été autorisés à se rendre dans ce pays célèbre pour ses atolls insulaires.

Dans le cadre d’un avertissement de voyage plus large émis à la suite de la guerre, Israël a déconseillé à ses citoyens de se rendre aussi dans d’autres nations musulmanes.

Tsahal découvre un engin explosif caché dans un dispensaire de Gaza

Des troupes et des chars israéliens, dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 19 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des troupes et des chars israéliens, dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 19 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les troupes de l’unité d’élite Yahalom du Corps du Génie Militaire ont découvert un engin explosif caché à l’intérieur d’un dispensaire dans le quartier de Shejaiya de Gaza City, indique l’armée israélienne.

Toujours à Shejaiya, Tsahal indique que les troupes de la Brigade Bislamach ont localisé de nombreuses armes appartenant au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans un autre secteur de la ville de Gaza, la 179e Brigade a localisé et détruit un puits de tunnel près de la côte. Après l’explosion du tunnel, les troupes ont identifié un groupe de terroristes fuyant vers un bâtiment voisin, qui a ensuite été frappé par un avion de chasse, selon Tsahal.

Dans le sud de la bande de Gaza, l’armée indique que des troupes de la 55e Brigade ont effectué un raid sur des sites du Hamas à Khan Younès, tuant un terroriste qui avait tiré un lance-grenade dans leur direction. Un dépôt d’armes a également été découvert par les soldats.

Tsahal indique que la marine a également continué à mener des frappes à Gaza, notamment sur des bâtiments situés le long de la côte et utilisés par des terroristes et des navires.

Un groupe britannique signale un « incident » maritime à l’entrée de la mer Rouge

Un groupe britannique signale un « incident » maritime à l’entrée de la mer Rouge, dans le cadre d’une nouvelle attaque possible des rebelles houthis soutenus par l’Iran.

L’agence britannique UKMTO (United Kingdom Maritime Trade Operations), dirigée par la Royal Navy, a reçu un rapport d’un navire voyageant à environ 90 miles au nord-est de Djibouti.

Les autorités mènent une enquête et de plus amples informations seront communiquées sous peu.

Ce signalement intervient au lendemain de l’annonce par les États-Unis d’une coalition de dix pays visant à mettre fin aux attaques de missiles et de drones des Houthis contre les navires transitant par la mer Rouge. La Grande-Bretagne, la France, Bahreïn et l’Italie figurent parmi les pays qui se sont joints à cette « initiative multinationale de sécurité ».

Blinken souligne l’engagement des États-Unis en faveur de la création d’un État palestinien

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à droite, rencontre le ministre saoudien de la Défense Khalid bin Salman, le mercredi 1er novembre 2023, au département d'État à Washington. (Crédit : AP Photo/Jacquelyn Martin)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à droite, rencontre le ministre saoudien de la Défense Khalid bin Salman, le mercredi 1er novembre 2023, au département d'État à Washington. (Crédit : AP Photo/Jacquelyn Martin)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a souligné l’engagement de l’administration Biden en faveur de la création d’un État palestinien lors d’un appel téléphonique avec son homologue saoudien, le prince Fayçal ben Farhan.

Blinken a également souligné « l’importance de répondre d’urgence aux besoins humanitaires à Gaza et d’empêcher que le conflit ne s’étende davantage », selon un communiqué de presse américain.

Le haut diplomate américain a « condamné les attaques continues perpétrées par les Houthis contre les navires commerciaux opérant dans les eaux internationales du sud de la mer Rouge et a exhorté tous les partenaires à coopérer pour maintenir la sécurité maritime », selon le département d’État.

La fille d’un otage filmé par le Hamas : « Ils ne tiendront plus très longtemps »

C, montrant De gauche à droite : Amiram Cooper, Chaïm Peri et Yoram Metzger, trois Israéliens retenus en otage depuis le 7 octobre dans la bande de Gaza, sur une capture d'écran d'une vidéo de propagande non datée diffusée par le groupe terroriste du Hamas le 18 décembre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
C, montrant De gauche à droite : Amiram Cooper, Chaïm Peri et Yoram Metzger, trois Israéliens retenus en otage depuis le 7 octobre dans la bande de Gaza, sur une capture d'écran d'une vidéo de propagande non datée diffusée par le groupe terroriste du Hamas le 18 décembre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La fille de l’otage Chaïm Peri, 79 ans, qui a été vu dans une vidéo de propagande diffusée hier par le Hamas hier, a estimé qu’il était encourageant d’avoir enfin un signe de vie de son père après un si grand nombre de journées passées en captivité, ajoutant toutefois qu’elle s’inquiétait pour la survie à moyen-terme du septuagénaire.

Peri, qui a été enlevé dans son habitation du kibboutz Nir Oz, apparaît sur les images aux côtés de deux autres membres de sa communauté, Amiram Cooper, 84 ans et Yoram Metzger, 80 ans.

« Cela a été très émouvant de revoir Papa après 73 jours », a dit sa fille, Noam, au micro de la Radio militaire.

« Mais nous sommes vraiment préoccupés. Cela ne change en rien ce que nous disons en permanence : ils ne tiendront plus très longtemps là-bas. Ils n’ont pas le temps, chaque jour en captivité met en péril leur vie ».

Les stations-service d’Iran de nouveau fonctionnelles après une cyberattaque

Des voitures et des motos font la queue pour faire le plein dans une station-service à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 26 octobre 2021, alors que le système de distribution de gaz est perturbé dans tout le pays. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Des voitures et des motos font la queue pour faire le plein dans une station-service à Téhéran, la capitale de l'Iran, le 26 octobre 2021, alors que le système de distribution de gaz est perturbé dans tout le pays. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Toutes les stations-service d’Iran sont de nouveau fonctionnelles ce matin, un jour après qu’une cyberattaque présumée a mis hors service 70 % d’entre elles.

Jafar Salari Nesab, PDG de la National Iranian Oil Products Distribution Company, a déclaré à l’agence de presse semi-officielle iranienne ISNA que toutes les stations-service fonctionnaient, mais que certaines avaient encore des problèmes avec le système de paiement et que seules 60 % d’entre elles étaient actuellement en mesure d’accepter les cartes de carburant.

Il espère que tous les problèmes seront résolus d’ici la fin de la journée.

Un groupe lié à Israël, connu sous le nom de « Gonjeshke Darande », ou « moineau prédateur », a revendiqué l’attaque, affirmant avoir désactivé « la majorité des pompes à essence dans tout l’Iran ».

Le groupe a affirmé avoir eu accès aux systèmes de paiement des stations-service touchées, ainsi qu’au serveur central et au système de gestion de chaque station.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.