Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Herzog: Israël prêt à une nouvelle trêve pour libérer des otages, l’aide peut être triplée

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président Isaac Herzog rencontre un groupe d'ambassadeurs étrangers dans sa résidence de Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : GPO)
Le président Isaac Herzog rencontre un groupe d'ambassadeurs étrangers dans sa résidence de Jérusalem, le 19 décembre 2023. (Crédit : GPO)

Le président Isaac Herzog a fait savoir aux ambassadeurs de 80 pays qu’Israël était prêt à un deuxième cessez-le-feu en échange de la libération d’un plus grand nombre d’otages.

Le mois dernier, 105 otages ont été libérés lors d’une trêve de sept jours.

Herzog a informé les ambassadeurs de la situation à Gaza, en mettant l’accent sur l’effort humanitaire d’Israël, selon son bureau, et en exhortant les organisations internationales à faire davantage pour faciliter l’acheminement de l’aide à Gaza.

« La quantité d’aide humanitaire peut être triplée instantanément », a-t-il déclaré, affirmant qu’Israël inspectait chaque jour des centaines de camions au point de passage de Nitzana, mais que les agences des Nations Unies (ONU) et d’autres partenaires sur le terrain ne parvenaient pas à suivre le rythme, de sorte que seuls 125 à 100 camions entraient chaque jour dans la bande de Gaza.

L’ONU a contesté cette allégation, affirmant que l’acheminement de l’aide était entravé par les bombardements israéliens. Les États-Unis, pour leur part, ont blâmé le refus d’Israël de rouvrir le point de passage de Kerem Shalom, créant un engorgement dans l’acheminement de l’aide. Ils ont persuadé Israël de rouvrir le point de passage et, dimanche, près de 200 camions d’aide sont entrés dans la bande de Gaza pour la première fois depuis la dernière trêve.

« On pourrait facilement tripler le nombre de camions si les Nations unies et leurs partenaires faisaient un effort. Le monde doit savoir que des dizaines de milliers de tonnes supplémentaires auraient pu être acheminées chaque jour à Gaza », a affirmé Herzog.

« Le président a fait remarquer qu’Israël n’était pas en guerre contre le peuple palestinien, mais contre son ennemi, l’organisation terroriste du Hamas », peut-on lire dans le communiqué de presse israélien.

« Je tiens à réaffirmer qu’Israël est prêt à une nouvelle pause humanitaire et à ce que l’aide humanitaire soit augmentée afin de permettre la libération des otages. La responsabilité en incombe entièrement à Sinwar et aux dirigeants du Hamas », a affirmé Herzog aux ambassadeurs.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.