Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

« Batailles féroces » à Gaza : le chef d’état-major organise un briefing dans l’enclave

Les familles d'otages "humiliées" exigent de rencontrer le cabinet et demandent la libération des captifs à "tout prix" * Tsahal frappe 200 sites du Hamas lors de frappes * 3 autres soldats tués, portant le bilan des opérations au sol à 75

  • Des véhicules militaires israéliens près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
    Des véhicules militaires israéliens près de la frontière avec la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
  • Le sergent de première classe (res.) Ben Zussman, 22 ans, le sergent major (res.) Neriya Shaer, 36 ans, et le sergent Binyamin Yehoshua Needham, 19 ans, qui ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 3 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
    Le sergent de première classe (res.) Ben Zussman, 22 ans, le sergent major (res.) Neriya Shaer, 36 ans, et le sergent Binyamin Yehoshua Needham, 19 ans, qui ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 3 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
  • De la fumée s'élève suite à une frappe israélienne, une photo prise depuis Rafah,  dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit :  SAID KHATIB / AFP)
    De la fumée s'élève suite à une frappe israélienne, une photo prise depuis Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 3 décembre 2023. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
  • Yael Adar, dont le fils Tamir Adar est otage du Hamas à Gaza, en conférence de presse le 4 décembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
    Yael Adar, dont le fils Tamir Adar est otage du Hamas à Gaza, en conférence de presse le 4 décembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donnant une conférence de presse, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donnant une conférence de presse, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)

Tsahal : environ 15 000 morts à Gaza depuis le 7/10, dont 5 000 terroristes du Hamas

De la fumée s'élève après des frappes israéliennes à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
De la fumée s'élève après des frappes israéliennes à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Des informations citant des responsables israéliens anonymes, provenant aussi bien de l’AP que de l’AFP, indiquent que l’armée israélienne estime que le bilan global des décès à Gaza avancé par le Hamas est plutôt précis, et que davantage de civils ont été tués que de membres du Hamas. Ces commentaires semblent provenir d’un briefing en off destiné à des journalistes étrangers et conduit par des responsables militaires.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que la campagne militaire menée par Israël après le 7 octobre a tué près de 16 000 personnes.

Environ deux civils ont été tués pour chaque combattant du Hamas mort dans la bande de Gaza, ont affirmé les hauts responsables militaires israéliens, sous couvert d’anonymat.

« Je ne dis pas que c’est bien que nous ayons un rapport de deux à un », a précisé un responsable lors d’une rencontre avec la presse, ajoutant que l’utilisation de boucliers humains faisait partie de la « stratégie de base » du Hamas.

« Il faut espérer que ce ratio sera beaucoup plus bas dans la prochaine phase de la guerre », a-t-il ajouté.

« Dans le sud, comme nous avons pratiquement doublé la population, les opérations sont beaucoup plus précises », a déclaré le responsable. « Nous prenons beaucoup plus de temps pour nous assurer que nos efforts (pour avertir les civils) sont efficaces ».

Les élections municipales, repoussées à cause de la guerre, auront lieu le 30 janvier

Une femme vote à Tel Aviv, en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
Une femme vote à Tel Aviv, en Israël, le 1er novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Les élections municipales initialement prévues fin octobre auront lieu le 30 janvier, annonce le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel.

Arbel indique que dans 100 communautés et villes évacuées suite à l’éclatement de la guerre, faisant partie de 14 villes ou conseils régionaux, les élections ne pourront pas avoir lieu le 30 janvier, notamment dans les villes de Sderot près de Gaza et Kiryat Shmona près du Liban.

Dans ces endroits, les élections se tiendront au plus tôt 150 jours après le retour des résidents, précise Arbel.

Ofir Libstein, le chef du conseil régional de Shaar Hanegev, qui se présentait à la réélection, a été assassiné par le Hamas le 7 octobre.

Sinwar a salué une série TV mettant en scène une attaque contre Israël

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, s'exprime lors d'une cérémonie en 2022 au cours de laquelle des prix ont été décernés à une série télévisée du Hamas représentant une invasion du Hamas en Israël. (Capture d'écran de la Douzième chaîne, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, s'exprime lors d'une cérémonie en 2022 au cours de laquelle des prix ont été décernés à une série télévisée du Hamas représentant une invasion du Hamas en Israël. (Capture d'écran de la Douzième chaîne, utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une série télévisée diffusée l’année dernière sur la chaîne de télévision du Hamas, qui mettait en scène des terroristes infiltrant Israël, avait été publiquement saluée par Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, comme « une partie indissociable de ce que nous préparons », selon la Douzième chaîne.

La série a été diffusée pendant le Ramadan à la fin du printemps 2022, selon le reportage télévisé israélien. Elle a mis en scène une attaque contre Israël avec l’utilisation de camionnettes blanches, la neutralisation des communications israéliennes, et des cibles comprenant des kibboutzim et des bases de l’armée israélienne, y compris la base de Réïm où est située la Division de Gaza de l’armée israélienne. Elle a également montré des soldats kidnappés et la création d’une base palestinienne sur une base de l’armée israélienne.

Aux côtés d’extraits de la série, la Douzième chaîne montre un extrait d’une cérémonie de remise de prix télévisée qui a eu lieu à Gaza plus tard en 2022, au cours de laquelle Sinwar a remis des prix aux producteurs de l’émission.

« Ce feuilleton est une partie indissociable de ce que nous préparons – les grandes préparations que nous faisons avec nos frères d’Ezzedine Al-Qassam », déclare-t-il. Sinwar évoque alors « les armes qu’ils produisent » et leur « collecte de renseignements ».

Il affirme que l’aile militaire du Hamas « planifie absolument la libération et le retour ».

Une délégation française attendue en Israël pour apaiser les tensions à la frontière libanaise

Des soldats israéliens près de l’endroit où un missile lancé depuis le Liban a touché un groupe de soldats israéliens et de civils au Moshav Beit Hillel, près de la frontière israélienne avec le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
Des soldats israéliens près de l’endroit où un missile lancé depuis le Liban a touché un groupe de soldats israéliens et de civils au Moshav Beit Hillel, près de la frontière israélienne avec le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Une délégation diplomatique française se rendra en Israël dans les prochains jours pour dialoguer avec des responsables israéliens et libanais et tenter de trouver une solution aux tirs transfrontaliers en cours ainsi qu’à la guerre plus large entre Israël et le Hamas.

La délégation sera composée d’Alice Rufo, directrice de la politique de défense au ministère français de la Défense, et de Frederic Mondoloni, directeur politique du ministère français des Affaires étrangères. Ils devraient discuter de Gaza avec les responsables israéliens, mais ne pénétreront pas dans la bande de Gaza. On ingore s’il iront à Beyrouth après leur passage en Israël.

L’administration française a une influence significative sur la politique interne libanaise et pourrait utiliser son influence pour œuvrer à la réduction des attaques contre Israël depuis la frontière nord.

Jusqu’à présent, l’objectif d’Israël dans le nord était de dissuader et de contenir les attaques, tout en planifiant la mise en œuvre complète de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies de 2006, qui prévoit le retrait des forces du Hezbollah entre 5 et 16 km de la frontière.

Le Hamas ne voulait pas que des femmes otages parlent – responsable américain

Des enfants à coté de terroristes du Hamas, à Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)
Des enfants à coté de terroristes du Hamas, à Khan Younès, dans la bande de Gaza, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)

Les efforts pour prolonger la « pause » dans les combats entre Israël et le Hamas à Gaza ont échoué en partie parce que le groupe terroriste islamiste palestinien ne voulait pas que des femmes otages révèlent ce qu’elles avaient subi, a déclaré lundi un responsable américain.

« Il semble que l’une des raisons pour lesquelles ils ne veulent pas libérer des femmes qu’ils retiennent en otage et que cette pause a volé en éclats, c’est qu’ils ne veulent pas que ces femmes racontent ce qui leur est arrivé pendant leur détention », a déclaré à la presse Matthew Miller, porte-parole du département d’Etat.

Le porte-parole s’est refusé à davantage de précision en mettant en avant le caractère sensible de la question mais a déclaré que les Etats-Unis n’avaient « aucune raison de douter » des informations sur des violences sexuelles imputées au Hamas.

« Il y a très peu de choses dont je pense que le Hamas ne soit pas capable s’agissant du traitement des civils et en particulier du traitement des femmes », a-t-il dit.

Les enquêteurs israéliens ont jusqu’ici recueilli « plus de 1 500 témoignages choquants et pénibles », a déclaré une policière la semaine dernière au Parlement israélien, évoquant « des filles déshabillées au-dessus et au-dessous de la taille » et rapportant le témoignage du viol collectif, de la mutilation et du meurtre d’une jeune femme.

L’une des jeunes femmes que l’on aperçoit dans une vidéo du 7 octobre, le pantalon maculé de sang au niveau de l’entrejambe, est toujours otage du groupe terroriste à Gaza.

 

Benjamin Netanyahu convoque une réunion du cabinet de guerre à Tel Aviv

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, convoquant une réunion du cabinet de guerre, à Tel Aviv, le 4 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, convoquant une réunion du cabinet de guerre, à Tel Aviv, le 4 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu convoque une réunion du cabinet de guerre au siège du ministère de la Défense à Tel Aviv, indique son bureau.

Il est rejoint par le chef d’état-major de Tsahal, le chef du Conseil de sécurité nationale (NSC), le chef de l’agence de renseignement du Mossad et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, ainsi que par les membres du cabinet, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre Benny Gantz.

Des infos antérieures au 7 octobre sur les plans du Hamas et les consultations des chefs de Tsahal quelques heures avant l’assaut révélées – média

Un diagramme montré sur la Douzième chaîne le 4 décembre 2023, tiré d'un reportage de Tsahal en juillet 2022, sur les plans d'invasion potentiels du Hamas. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Un diagramme montré sur la Douzième chaîne le 4 décembre 2023, tiré d'un reportage de Tsahal en juillet 2022, sur les plans d'invasion potentiels du Hamas. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Dans le dernier reportage sur les informations et les évaluations qui auraient dû permettre aux dirigeants militaires israéliens d’empêcher l’assaut du 7 octobre mené par le Hamas, la Douzième chaîne indique que l’officier de renseignement de la Division de Gaza avait préparé en juillet 2022 une présentation exposant « le plan d’invasion massive du Hamas. »

Un diagramme de la présentation montre une vingtaine d’escouades terroristes du bataillon de Khan Younès de l’unité dite « Nukhba » du Hamas envahissant le sud d’Israël depuis Gaza. Selon la présentation, les escouades terroristes seraient accompagnées d’équipes d’ingénieurs pour franchir la clôture frontalière et les défenses en de multiples endroits. Le document aurait inclus la phrase suivante : « Cette invasion constitue la menace la plus grave à laquelle les forces de Tsahal sont confrontées dans la défense [d’Israël]. »

La Douzième chaîne rapporte en outre que le Directorat des Renseignements militaires de Tsahal ont tenu une discussion trois mois avant le 7 octobre, au cours de laquelle un officier identifié comme le général de brigade P. a conclu : « Nous avons essayé, mais nous n’avons pas réussi. Nous ne pouvons pas dire comment [le chef du Hamas à Gaza, Yahya] Sinwar agira, et c’est pourquoi les commandants sur le terrain doivent prendre les précautions nécessaires. »

Le 1er octobre, le commandant de la Division de Gaza a ordonné une évaluation de la situation, qui a révélé une « forte augmentation des exercices par les forces de Nukhba. » Six bataillons du Hamas effectuaient des exercices une ou deux fois par semaine, selon le rapport relatif à cette évaluation. Il précise les noms des bataillons qui effectuaient des exercices, notamment dans le nord de la bande de Gaza et un à Khan Younès.

Néanmoins, selon la Douzième chaîne, l’officier de renseignement de la division avait conclu que « dans la tension entre les avantages économiques pour le Hamas et les troubles continus [qui avaient lieu à la frontière de Gaza], il semble que, pour le moment, les choses se dirigent vers un arrangement et un apaisement des troubles ».

Dans la nuit du 6 au 7 octobre, rapporte encore la Douzième chaîne, un courriel a été envoyé depuis une base de Tsahal à la frontière de Gaza au sujet d’une attaque imminente, décrivant « certains signes venant de Gaza. » Au même moment, l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a également vu des signes indiquant qu’il se passait quelque chose.

Le 7 octobre, vers 3h30 du matin, le chef d’état-major Herzi Halevi a été réveillé par son supérieur hiérarchique et mis au courant des différents signes. Il a convoqué une évaluation de la situation avec le chef du Directorat des Opérations de Tsahal et le chef du Commandement du Sud environ 90 minutes plus tard.

Après avoir discuté des signes d’une éventuelle attaque imminente, Halevi a demandé plus d’informations et a ordonné que l’armée de l’air israélienne soit mise au courant. Il a également ordonné que les renseignements soient vérifiés – et vérifié depuis une perspective sceptique à l’égard de l’hypothèse qui prévalait selon laquelle le Hamas n’était pas intéressé par une guerre.

Selon la Douzième chaîne, c’est peut-être là qu’a eu lieu la première remise en question de l’idée que le Hamas ne souhaitait pas la guerre. Mais pas assez pour que Halevi ordonne des préparatifs en vue d’un incident majeur.

Israël disposait de multiples sources d’information sur les exercices et autres préparatifs du Hamas en vue d’un assaut dans les semaines précédant le 7 octobre, y compris, semble-t-il, un plan d’attaque du Hamas datant de 2022.

Des images montrent une ex-otage se battant contre des terroristes le 7 octobre

Amit Soussana en train de se battre contre des ravisseurs du Hamas qui la traînent à Gaza le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Amit Soussana en train de se battre contre des ravisseurs du Hamas qui la traînent à Gaza le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des images récemment diffusées montrent l’ancienne otage du Hamas Amit Soussana, 40 ans, en train de se battre contre sept ravisseurs du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre alors qu’ils la traînaient vers Gaza.

Soussana a accepté que les images soient rendues publiques après sa libération. Elles ont été diffusées pour la première fois sur la Douzième chaîne.

Soussana, qui se cachait dans le placard de sa maison lorsqu’elle a été faite prisonnière, a été libérée le 30 novembre, dans le dernier groupe d’otages libérés dans le cadre de l’accord de trêve d’une semaine.

Hagari dément tout détournement de troupes de la frontière de Gaza vers la Cisjordanie avant le 7 octobre

Des tanks israéliens stationnés le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 24 avril 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des tanks israéliens stationnés le long de la frontière entre Israël et Gaza, le 24 avril 2021. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, déclare qu’il n’y a pas eu de changement dans le nombre de troupes chargées de la sécurité de routine à la frontière de Gaza avant l’attaque du Hamas du 7 octobre, suite à des rapports selon lesquels deux compagnies de la Brigade Commando ont été détournées vers la Cisjordanie deux jours avant les attaques.

« Le déploiement des forces qui mènent des activités opérationnelles régulières [à la frontière de] la bande de Gaza n’a pas changé avant le 7 octobre », a déclaré Hagari en réponse à une question posée lors d’une conférence de presse.

« Nous allons étudier en profondeur la décision concernant les forces de réserve, qui est une décision de l’état-major général prise régulièrement en fonction d’une évaluation de la situation », a-t-il ajouté.

Le terme « forces de réserve » ne désigne pas ici les membres de l’armée de réserve, mais plutôt les troupes qui renforcent diverses régions, sur la base d’évaluations effectuées par l’état-major général de Tsahal.

« Chaque week-end, nous positionnons les forces de réserve [dans différentes zones], en fonction des menaces », explique Hagari. « Nous étudierons cette question lorsque nous en aurons la possibilité opérationnelle. »

Une roquette a frappé une base censée abriter des missiles à capacité nucléaire le 7/10 – NY Times

Des roquettes lancées par des groupes terroristes palestiniens depuis la bande de Gaza vers Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP)
Des roquettes lancées par des groupes terroristes palestiniens depuis la bande de Gaza vers Israël, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP)

Une roquette lancée par le groupe terroriste du Hamas depuis la bande de Gaza le 7 octobre aurait touché une base sensible de l’armée de l’air israélienne dans le centre d’Israël, où seraient stockés de nombreux missiles israéliens à capacité nucléaire, selon un article du New York Times.

Publiant des images satellite, l’article indique qu’une roquette avait touché la base aérienne de Sdot Micha, près de Beit Shemesh, dans la matinée du 7 octobre, lorsque le Hamas a tiré des milliers de roquettes sur Israël lors de son attaque terrestre contre le sud du pays.

Le journal indique que la roquette a déclenché un incendie qui s’est approché de ce qui serait des sites de stockage de missiles Jericho et d’autres armes sensibles.

Selon des informations étrangères, Israël possède un stock d’armes nucléaires. Les missiles Jericho sont conçus pour être équipés de têtes nucléaires.

Les USA demandent à Israël d’autoriser l’entrée de davantage de carburant à Gaza

Un convoi de camions transportant du carburant et de l'aide dans le district de Zeitoun, dans la ville de Gaza, le 25 novembre 2023, au deuxième jour d'une trêve temporaire entre Israël et le Hamas. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un convoi de camions transportant du carburant et de l'aide dans le district de Zeitoun, dans la ville de Gaza, le 25 novembre 2023, au deuxième jour d'une trêve temporaire entre Israël et le Hamas. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les États-Unis ont appelé lundi leur allié israélien à laisser davantage de carburant entrer dans la bande de Gaza, le territoire palestinien faisant face à une grave pénurie.

« Nous avons signifié de manière claire que nous voulions voir (les niveaux de livraisons de carburant) remonter, pas seulement jusqu’aux niveaux de carburant entrés (à Gaza) durant la pause, mais plus haut encore », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller.

Pendant des semaines, Israël a refusé l’entrée de carburant dans la bande de Gaza après le déclenchement de la guerre, avant de céder.

Les expéditions régulières de carburant ont été autorisées dans le cadre de l’accord de trêve d’une semaine, mais n’auraient pas été suffisantes selon les agences humanitaires.

Les États-Unis affirment avoir constaté une « amélioration » dans les actions d’Israël

Des Palestiniens déplacés qui ont fui Khan Younis, devant des abris de fortune dans un camp de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des Palestiniens déplacés qui ont fui Khan Younis, devant des abris de fortune dans un camp de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les États-Unis affirment avoir constaté une certaine « amélioration » dans la façon dont Israël mène sa guerre à Gaza, alors que l’offensive se poursuit dans le sud.

« Nous avons constaté une demande d’évacuation beaucoup plus ciblée » que lors de la campagne précédente dans le nord, a déclaré aux journalistes le porte-parole du département d’État, Matthew Miller. « C’est donc une amélioration par rapport à ce qui s’est passé auparavant. »

Grâce à ces actions, « nous espérons que le nombre de personnes déplacées sera inférieur dans le sud de Gaza par rapport au nord », a-t-il ajouté. « Mais nous allons suivre de très près les résultats. »

Les troupes de Tsahal se livrent à des « combats féroces » à Gaza, selon l’armée

Des Palestiniens sur le site d'une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens sur le site d'une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

L’armée israélienne a affirmé que des « combats féroces » avaient eu lieu entre les troupes et des membres du Hamas dans la bande de Gaza ces dernières heures.

Elle a également publié des images de troupes du 601e bataillon du Corps du génie de combat faisant face à des membres du Hamas qui ont ouvert le feu sur elles depuis un bâtiment hier.

Pendant la bataille, deux soldats, le sergent Première classe (réserviste) Ben Zussman et le sergent Binyamin Yehoshua Needham ont été tués et deux autres soldats ont été blessés.

L’armée israélienne a affirmé que les troupes avaient tué des terroristes du Hamas lors de cet affrontement.

Alors que les combats s’intensifient, le chef de Tsahal procède à une évaluation à Gaza

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, tient une réunion dans la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, tient une réunion dans la bande de Gaza, le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a tenu aujourd’hui une évaluation militaire dans la bande de Gaza, a annoncé l’armée.

L’armée israélienne a affirmé que la visite et la rencontre avec les commandants de la 162e division intervenaient « dans le cadre de la poursuite des combats et des manœuvres au sol ».

L’ONU discute des allégations de viols d’Israéliennes par le Hamas le 7 octobre

Des manifestants rassemblés lors d'une manifestation "#metoo sauf si vous êtes Juives" devant le siège des Nations unies, à New York, le 4 décembre 2023. (Crédit : Charly Triballeau/AFP)
Des manifestants rassemblés lors d'une manifestation "#metoo sauf si vous êtes Juives" devant le siège des Nations unies, à New York, le 4 décembre 2023. (Crédit : Charly Triballeau/AFP)

Une session de l’ONU est actuellement en cours au siège des Nations unies à New York sur les violences sexuelles commises contre des Israéliennes par des terroristes palestiniens du Hamas.

La session est dirigée par la mission permanente d’Israël auprès de l’ONU, et comprendra des témoignages d’experts en droits des femmes ainsi que de premiers intervenants qui se trouvaient sur les lieux des atrocités commises par le Hamas le 7 octobre.

L’ancienne PDG de Facebook, Sheryl Sandberg, a également pris la parole lors de la session, affirmant que le silence sur la question est « dangereux ».

« Il [le silence] menace d’annuler des décennies de progrès, de défaire tout un mouvement. Le monde doit décider qui croire. Croyons-nous le porte-parole du Hamas… ou croyons-nous les femmes ? »

L’incursion terrestre se poursuit à Gaza tandis que l’armée de l’air frappe des cibles du Hamas

Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré que les forces terrestres avaient, au cours des dernières heures, affronté des terroristes palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza, et que l’armée de l’air avait frappé des sites de tirs de roquettes, des dépôts d’armes et d’autres sites appartenant au groupe terroriste.

Tsahal a déclaré que les troupes de la 7e brigade du Corps Blindé Mécanisé avaient repéré trois terroristes du Hamas au cours d’une bataille et procédé à une attaque de drone dans leur direction.

D’autres unités ont repéré des terroristes du Hamas qui tiraient sur eux avec un lance-roquettes et ont répondu par des tirs, tuant deux membres du Hamas, d’après Tsahal.

Tsahal a déclaré que, lors d’un autre incident, deux hommes armés du Hamas ont ouvert le feu sur les troupes depuis l’entrée d’un tunnel. Les soldats ont réagi en démolissant le tunnel, tuant les deux terroristes.

Les troupes ont également dirigé une frappe de drone sur trois terroristes du Hamas qui se trouvaient non loin, selon Tsahal.

L’armée n’a pas précisé les lieux précis où se sont déroulés ces différents combats à Gaza.

Une pleine page du New York Times contre les crimes sexuels du Hamas du 7 octobre

Une pleine page de publicité dans le New York Times sponsorisée par "Women Building an Alternative", le 4 décembre 2023. (Autorisation)
Une pleine page de publicité dans le New York Times sponsorisée par "Women Building an Alternative", le 4 décembre 2023. (Autorisation)

Un groupe d’activistes israéliens a publié une pleine page de publicité dans le New York Times appelant l’ONU en particulier, et le reste du monde en général, à reconnaître les abus sexuels commis par le groupe terroriste palestinien du Hamas sur les Israéliennes le 7 octobre.

Women Building an Alternative a sponsorisé l’annonce pleine page qui se lit comme suit : « Une lettre ouverte à toutes les femmes », citant la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui condamne les violences basées sur le genre.

« Aucune femme ne devrait fermer les yeux, en réalité personne ne devrait fermer les yeux devant la barbarie du viol. Alors pourquoi certains détournent-ils le regard ? Parlez maintenant. Le silence c’est consentir. »

« Ces deux derniers mois – depuis ce samedi – les preuves des crimes qui ont été perpétrés contre les femmes se multiplient et s’accumulent, et l’ampleur de l’horreur devient plus claire », a déclaré Moran Zer Katzenstein, fondatrice de l’organisation.

Zer Katzenstein fait partie des personnes qui présenteront des preuves recueillies lors de la session spéciale de l’ONU sur les violences sexuelles du 7 octobre, dirigée par la mission israélienne auprès de l’ONU aujourd’hui.

Knesset : Le projet de loi visant à financer 100 % des bourses d’études pour les combattants avance

Des étudiants de l'Université Ben Gurion du Neguev travaillant dans un centre logistique installé sur le campus, sur une photo non datée, au moment de la guerre entre Israël et le Hamas en 2023. (Autorisation)
Des étudiants de l'Université Ben Gurion du Neguev travaillant dans un centre logistique installé sur le campus, sur une photo non datée, au moment de la guerre entre Israël et le Hamas en 2023. (Autorisation)

La Knesset a fait avancer en première lecture un projet de loi visant à financer entièrement les bourses d’études pour les soldats combattants et défavorisés, dans le cadre du programme de bourses d’études MeMadim LeLimudim (« De l’uniforme aux études »), qui jouit d’une grande popularité.

Le programme est actuellement une bourse de frais de scolarité de 75 %, augmentée de 66 % en 2022 dans le cadre d’un compromis politique.

Le programme était à l’origine financé par des donateurs privés et laissait intentionnellement une part d’autofinancement afin d’encourager l’engagement des boursiers.

Le financement est passé au ministère de la Défense en 2022, et le programme est brièvement devenu un combat politique, car diverses factions politiques ont fait pression pour défendre leurs propres intérêts parallèlement à un débat sur la manière de financer le programme.

Être ensemble en captivité a été la clé de la survie selon un père dont la famille était otage

Sharon Avigdori et sa fille Noam retrouvant leur mari et père Hen  Avigdori avec le second fils de la famille, Omer Avigdori, après avoir été relâchées de captivité par le Hamas à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Famille Avigdori)
Sharon Avigdori et sa fille Noam retrouvant leur mari et père Hen Avigdori avec le second fils de la famille, Omer Avigdori, après avoir été relâchées de captivité par le Hamas à Gaza, le 25 novembre 2023. (Crédit : Famille Avigdori)

Hen Avigdori, mari de Sharon et père de Noam, 12 ans, a parlé de son épouse et de sa fille qui ont été enlevées avec la famille élargie de Sharon, y compris deux autres femmes de la famille et deux enfants âgés de 8 et 3 ans, dans leur mamad – la pièce sécurisée – au kibboutz Beeri.

Les six otages ont été gardés dans la même pièce à Gaza, et « le fait qu’ils étaient tous ensemble a été important pour eux et pour leur survie », a affirmé Avigdori.

Sa fille Noam est comme une grande sœur de substitution pour ses jeunes cousins.

« C’est ce qu’elle a fait pendant tous ces jours de captivité », a expliqué Avigdori.

Pendant les deux premières semaines de captivité de son épouse et de sa fille, Hen et son fils de 16 ans ne savaient pas si elles étaient mortes ou kidnappées.

« Le fossé entre ce que vous savez et la réalité est énorme et c’est une douleur permanente, a-t-il souligné.

Des semaines plus tard, lorsqu’il a finalement appris qu’elles seraient relâchées, leur libération a été retardée des heures durant par le Hamas, a déclaré Avigdori.

« Je me suis demandé ce qui se passerait s’ils faisaient demi-tour. J’ai seulement prié pour que personne ne les ramène pas dans la même pièce. »

Retrouver son épouse et sa fille a été « le plus beau moment de ma vie », dit-il.

« C’était la renaissance de votre famille, l’émotion était à son comble. »

Gallant : Le sort du Hamas dans le sud de Gaza sera « le même voire pire » que dans le nord

Le ministre de la Défense Yoav Gallant observant le nord de la bande de Gaza depuis la frontière, le 4 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant observant le nord de la bande de Gaza depuis la frontière, le 4 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Observant la ville de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, et le quartier de Shejaiya depuis la frontière israélienne, le ministre de la Défense Yoav Gallant affirme que les troupes de Tsahal y resteront jusqu’à ce que l’infrastructure du Hamas soit complètement détruite. Il a aussi menacé le groupe terroriste palestinien dans le sud de la bande de Gaza.

« Les troupes Golani sont retournées à Shejaiya pour ‘boucler la boucle’. Cette fois, elles ne le quitteront pas tant que toutes les infrastructures terroristes qui s’y trouvent n’auront pas été éliminées », a déclaré Gallant, faisant référence à une bataille difficile menée en 2014 par la brigade dans ce même quartier de Gaza City.

« L’armée fonctionne au mieux, le chef d’état-major gère les choses sans crainte et avec beaucoup de succès. Cette action qui se déroule actuellement, dans le nord de la bande de Gaza, conduira bientôt à briser [le Hamas dans] toute la zone de la ville de Gaza et du nord de la bande de Gaza », a-t-il ajouté.

« Dans le même temps, Tsahal a commencé à travailler dans le sud de la bande de Gaza. Le sort des terroristes des bataillons du Hamas y sera le même que dans le nord et pire encore », a prévenu Gallant. « Nous continuerons jusqu’à la victoire et jusqu’à ce que tous les objectifs soient atteints : l’élimination du Hamas et le retour de [tous les] otages en Israël. »

Tsahal frappe le dépôt d’armes du Hebzollah au Liban après un tir de mortier contre Israël

De la fumée s'élevant après une frappe israélienne entre les villages de Qaouzah et Ramia près de la frontière avec Israël, sur une photo prise depuis le sud du Liban, le 4 décembre 2023. (Crédit : AFP)
De la fumée s'élevant après une frappe israélienne entre les villages de Qaouzah et Ramia près de la frontière avec Israël, sur une photo prise depuis le sud du Liban, le 4 décembre 2023. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne a affirmé avoir frappé un dépôt d’armes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse à des tirs de mortier sur des postes de Tsahal le long de la frontière un peu plus tôt.

En outre, plusieurs roquettes ont été tirées sur Kiryat Shmona et un poste de l’armée près de Shtula, a indiqué l’armée.

Tsahal dit avoir riposté par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs.

Les sirènes de roquettes retentissent dans tout le sud d’Israël, dont Beer Sheva

Pour la première fois depuis le 11 novembre, des sirènes de roquettes entrantes ont retenti à Beer Sheva et dans les communautés voisines.

Plusieurs détonations ont été entendues en raison d’interceptions par le système Dôme de fer ou d’impacts de roquettes.

Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

La brigade d’infanterie Kfir opère dans la bande de Gaza, une première depuis 2005

Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Illustration : Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur cette photo publiée le 4 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Pour la première fois depuis 2005, la brigade d’infanterie Kfir opère dans la bande de Gaza, pour sa toute première manœuvre terrestre.

Dans un communiqué, Tsahal indique que durant les opérations de la brigade, elle a découvert une trentaine de puits de tunnels du Hamas et a dirigé une centaine de frappes d’artillerie contre les sites du groupe terroriste.

L’équipe de combat de la brigade à Gaza est composée de l’unité de reconnaissance Haruv et du 94e bataillon Duchifat, ainsi que des réservistes de la brigade Kiryati, des ingénieurs de combat et des forces d’artillerie.

« La brigade Kfir s’est beaucoup entraînée pour ce moment. Je suis fier de diriger la brigade dans sa première manœuvre de l’histoire », a déclaré le commandant de la brigade, le colonel Yaniv Barot.

À Gaza, la cheffe du CICR dénonce des souffrances « intolérables » et demande à voir les otages

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, lors d'un point presse à Avully, près de Genève, le 7 juin 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)
La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric Egger, lors d'un point presse à Avully, près de Genève, le 7 juin 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, est arrivée lundi dans la bande de Gaza, où elle a dénoncé les souffrances « intolérables » de la population.

« Je suis arrivée à Gaza, où les souffrances de la population sont intolérables. Je réitère notre appel urgent pour que les civils soient protégés conformément aux lois de la guerre et que l’aide puisse entrer sans entrave », a écrit Mme Spoljaric, sur le réseau social X (ex-Twitter).

M. Spoljaric, dont l’organisation a été critiquée par les deux parties au conflit pour ne pas avoir apporté une aide suffisante aux otages israéliens détenus par le Hamas et aux prisonniers palestiniens détenus par Israël, insiste sur le fait que « toutes les personnes privées de liberté doivent être traitées avec humanité ».

« Un flux d’aide régulier et sans entrave doit être autorisé à entrer dans Gaza. Toutes les personnes privées de liberté doivent être traitées avec humanité », a insisté Mme Spoljaric.

« Les otages doivent être libérés et le CICR autorisé à leur rendre visite en toute sécurité » », a-t-elle ajouté. « En tant qu’acteur neutre, le CICR est prêt à soutenir de nouveaux accords humanitaires qui réduisent les souffrances et les déchirements », a-t-elle ajouté.

Lapid : une AP déradicalisée devrait gouverner Gaza après guerre

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le leader de l’opposition Yair Lapid précise qu’il pense que l’Autorité palestinienne basée à Ramallah devrait faire partie de la gestion de l’après-guerre à Gaza, mais qu’elle doit d’abord être déradicalisée.

« J’ai dit que l’Autorité palestinienne devait faire partie de la gestion civile de Gaza », déclare Yair Lapid, mais qu’elle devait d’abord « passer par un processus de déradicalisation ».

En ce qui concerne la mise à jour du budget de guerre du gouvernement, qui fait son chemin à la Knesset cette semaine, Lapid a critiqué le plan de redistribution de 30 milliards de shekels pour les besoins de guerre parce qu’il permet de continuer à financer des priorités politiques qui ne sont pas liées à la guerre.

« Les fonds [de la coalition] sont une honte nationale », déclare Lapid.

Lapid accuse le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’hypocrisie, affirmant que si leurs rôles politiques étaient inversés, Netanyahu aurait demandé la « tête de M. Lapid sur un plateau ».

« Celui qui a échoué de cette manière ne peut pas continuer », déclare Lapid, ajoutant que le gouvernement actuel, sous la direction duquel le Hamas a tué plus de 1 200 personnes en Israël le 7 octobre et a déclenché la guerre actuelle, « devrait partir ».

La principale route nord-sud de Gaza « zone de combat » : Tsahal indique un nouveau corridor

L’armée israélienne annonce la création d’un nouveau corridor humanitaire dans le sud de la bande de Gaza, alors qu’elles avancent sur Khan Younès.

Le porte-parole de Tsahal en langue arabe, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, déclare sur X que la principale autoroute nord-sud de Gaza, Salah ad-Din, dans les zones situées au nord-est de Khan Younès, est une « zone de combat ».

« Les combats et l’avancée militaire de Tsahal dans la région de Khan Younès ne permettent pas la circulation des civils à travers l’axe Salah ad-Din dans les zones situées au nord et à l’est de la ville », précise-t-il.

Il affirme que Tsahal facilitera le déplacement des civils via un itinéraire de contournement à l’ouest de Khan Younès.

« Le passage des zones de Rafah et de Khan Younès vers Deir al-Balah et les camps [de réfugiés] du centre de Gaza sera possible par les routes suivantes : la route côtière al-Rashid et la rue al-Shuhada à Deir al-Balah », dit-il.

Tsahal frappe un centre de commandement du Hezbollah après des tirs de roquettes

L’armée israélienne affirme que des avions de combat et des drones ont frappé un centre de commandement du Hezbollah et d’autres sites appartenant au groupe terroriste en réponse à des attaques sur le nord d’Israël plus tôt dans la journée.

Il y a peu de temps, des roquettes ont également été tirées sur la communauté de Mattat, dans le nord du pays, et ont atterri dans des zones ouvertes. L’armée israélienne dit riposter par des tirs d’artillerie sur la source des tirs.

Des dizaines de chars israéliens dans le sud de Gaza – témoins

Des dizaines de chars, de transports de troupes et de bulldozers israéliens sont entrés dans le sud de Gaza, au niveau de la grande ville de Khan Younès, proche de la frontière avec l’Egypte, ont indiqué des témoins à l’AFP, alors que l’armée israélienne étend son offensive terrestre contre le Hamas.

Amine Abou Hola, 59 ans, a raconté que ces véhicules étaient entrés « sur une profondeur de deux kilomètres », dans le village d’al-Qarara, au nord-est de Khan Younès. « Les chars sont désormais sur la route Salaheddine », qui traverse du nord au sud le petit territoire côtier, a ajouté Moaz Mohammed, 34 ans.

De la fumée s’élevait pendant ce temps dans le ciel après des bombardements sur le nord de Gaza et au-dessus de Rafah, dans le sud, selon des images tournées par l’AFP.

Barrage de roquettes sur le centre d’Israël et les communautés frontalières de Gaza

Un barrage de roquettes est tiré sur le centre d’Israël et les communautés frontalières de Gaza.

Les sirènes d’alerte à la roquette ont retenti à Ramat Gan dans la région de Tel Aviv et à Kiryat Ono, Yehud-Monosson, Savyon et Or Yehuda, qui sont proches de l’aéroport international Ben Gourion.

Les sirènes ont également retenti à Pri Gan, Nir Itzhak et Sufa, à la frontière de Gaza.

Les habitants rapportent avoir entendu des explosions, probablement dues aux intercepteurs du Dôme de fer, mais il n’y a pas de blessés ou de dégâts signalés dans l’immédiat.

Berlin demande à Israël de garantir une protection « réelle » aux civils de Gaza

Le gouvernement allemand a exhorté lundi l’armée israélienne à garantir aux centaines de milliers de civils de la bande de Gaza une protection réelle et effective contre les combats qui s’intensifient dans tout le territoire.

« Nous attendons d’Israël de ne pas seulement demander aux civils de quitter la zone de danger, mais qu’ils soient aussi réellement et effectivement en mesure de trouver un abri sûr ailleurs », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères Sebastian Fischer, assurant que « trop de civils ont déjà été tués dans cette guerre ».

Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas a fait savoir que plus de 15 500 personnes avaient perdu la vie à Gaza depuis le début de la guerre, dont au moins 3500 femmes et 5500 enfants – des chiffres qui ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante et qui ne font pas la différence entre les civils et les membres du groupe terroriste, et qui comptent aussi les victimes des roquettes défaillantes qui, lancées vers le territoire israélien, sont retombées dans la bande.

Des images montrent Tsahal démolir le principal tribunal du Hamas à Gaza

Des images diffusées sur Internet montrent les forces israéliennes en train de démolir le principal palais de justice du Hamas dans la bande de Gaza.

Le somptueux bâtiment situé au centre de la bande de Gaza, connu sous le nom de Palais de justice, a été capturé par les troupes le mois dernier.

De nouvelles images montrent le site en train d’être détruit par une explosion contrôlée.

Israël a juré de renverser le Hamas après les massacres du 7 octobre.

Des roquettes ont été tirées depuis le Liban ; un drone qui se dirigeait vers Israël abattu

De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah, à la frontière entre Israël et le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah, à la frontière entre Israël et le Liban, le 3 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Tsahal indique que plusieurs roquettes ont été tirées depuis le Liban sur la zone du mont Dov à la frontière, qui ont toutes atterri dans des zones ouvertes, et qu’un autre projectile a été tiré sur la zone de Misgav Am.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Les troupes répondent par des tirs d’artillerie sur les sources des tirs, ajoute Tsahal.

Tsahal annonce également que des avions de chasse ont abattu un drone qui se dirigeait vers l’espace aérien israélien depuis le Liban hier.

Netanyahu nie ignorer les familles d’otages et affirme qu’une réunion est déjà prévu

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donnant une conférence de presse, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu donnant une conférence de presse, le 2 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu réfute les accusations des familles d’otages selon lesquelles le cabinet les ignore et affirme qu’une réunion avec elles a déjà été fixée pour mercredi.

« Une réunion entre le cabinet de guerre et les familles des otages a déjà été fixée hier pour mercredi », a déclaré son bureau dans un communiqué.

« En raison de la demande des familles, la possibilité d’avancer cette rencontre est à l’étude. »

Les familles d’otages « humiliées » affirment que le cabinet refuse de les recevoir

Yael Adar, dont le fils Tamir Adar est otage du Hamas à Gaza, en conférence de presse le 4 décembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Yael Adar, dont le fils Tamir Adar est otage du Hamas à Gaza, en conférence de presse le 4 décembre 2023. (Capture d'écran utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Les familles des otages encore retenus en captivité à Gaza demandent à rencontrer les membres du cabinet et menacent d’intensifier les manifestations contre le gouvernement s’ils refusent.

« Tout ce que nous demandons, c’est que le cabinet nous reçoive aujourd’hui, nous le méritons, nous ignorer est humiliant », a déclaré Yael Adar, mère de l’otage Tamir Adar, lors d’une conférence de presse.

« S’ils ne nous recoivent pas avant huit heures ce soir, nous devrons nous demander ce qu’il faut faire pour intensifier nos protestations », dit-elle, ajoutant que les familles se rassembleront à l’entrée du complexe du ministère de la Défense de Tel-Aviv, Kirya, et y resteront.

Elle explique que les familles veulent être rassurées sur le fait que la libération des otages reste la priorité du gouvernement après qu’Israël a rappelé ses négociateurs des pourparlers et repris son offensive terrestre à Gaza.

Elle rappelle les témoignages des otages libérés sur les mauvais traitements qu’ils ont subis en captivité au Hamas.

Daniel Lifshitz, dont les grands-parents Yocheved et Oded Lifshitz ont été pris en otage, appelle le gouvernement à libérer les otages « à n’importe quel prix ».

Yocheved a été libérée mais Oded, 83 ans, reste otage.

« Revenez immédiatement à la table des négociations et concluez un accord à n’importe quel prix. C’est ce que vous nous avez promis », dit-il.

Deux tireurs palestiniens recherchés tués lors d’un raid en Cisjordanie – Tsahal

Armes saisies à des tireurs palestiniens dans la ville de Qalqiliya en Cisjordanie, le 4 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Armes saisies à des tireurs palestiniens dans la ville de Qalqiliya en Cisjordanie, le 4 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne déclare que des troupes, des officiers de police de l’unité Gideonim, et des officiers de la police des frontières ont éliminé deux tireurs palestiniens dans la ville de Qalqiliya en Cisjordanie ce matin.

Selon un communiqué, les deux hommes étaient responsables de plusieurs attaques par balles contre les troupes dans la région.

Le communiqué indique que les forces ont poursuivi les hommes recherchés, que des affrontements ont éclaté et que les tireurs ont été tués.

Un fusil d’assaut et un pistolet ont été saisis.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne a déclaré avoir été informé de la mort des deux hommes et précise que leurs corps étaient détenus par les autorités israéliennes.

Eli Cohen rencontre le chef de l’OCDE

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen (droite) rencontre le chef de l'OCDE Mathias Cormann à Jérusalem le 4 décembre 2023. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen (droite) rencontre le chef de l'OCDE Mathias Cormann à Jérusalem le 4 décembre 2023. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, rencontre le chef de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Mathias Cormann, et lui assure que l’économie israélienne est forte et peut répondre aux exigences de la guerre en cours avec le Hamas.

« Israël est entré dans la guerre à Gaza dans une situation économique solide et avec la capacité de fournir la meilleure réponse aux besoins de l’économie », déclare Cohen. Il prévoit que la guerre n’aura pas d’impact majeur sur l’économie et qu’Israël connaîtra une période de croissance après la guerre.

Un communiqué du ministère des Affaires étrangères cite Cormann, qui prévoit que l’économie israélienne connaîtra une croissance de 4,5 % en 2025. La semaine dernière, l’OCDE a abaissé ses prévisions de PIB pour Israël à 2,3 % en 2023, contre 2,9 % prévus en juin, et à 1,5 % en 2024, contre 3,3 % précédemment, déclarant que la guerre avait un « impact significatif » sur l’économie israélienne.

La police militaire arrête le réserviste qui a abattu un civil sur les lieux d’un attentat

Yuval Doron Castleman. (Autorisation)
Yuval Doron Castleman. (Autorisation)

Un soldat réserviste soupçonné d’avoir tué un homme pris pour un terroriste lors d’une fusillade à Jérusalem la semaine dernière a été arrêté par la police militaire, selon l’armée israélienne.

Le soldat était l’un des deux militaires en repos qui ont réagi lors d’une attaque terroriste à un arrêt de bus de Jérusalem jeudi, tuant les deux terroriste mais également Yuval Castleman, un civil armé qui avait également ouvert le feu sur les terroristes.

Le soldat, qui a ouvert le feu sur Castleman alors que celui-ci avait baissé son arme et levait les mains en l’air, a été interrogé hier et s’est vu confisquer son arme.

Tsahal déclare que sa détention est une « arrestation préliminaire » et qu’il continuera à être interrogé aujourd’hui.

3 soldats légèrement blessés par des tirs de mortier nocturnes depuis le Liban

Tsahal déclare que cette nuit, plusieurs mortiers ont été tirés depuis le Liban sur un poste de l’armée près de Shtula, blessant légèrement trois soldats.

Des mortiers ont également été tirés ce matin sur un poste de l’armée dans la région de Yiftah, indique Tsahal.

L’armée précisé que les troupes ripostent par des tirs d’artillerie sur les sources de ces tirs.

Reprise du procès pour corruption de Netanyahu

Le procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour corruption, qui a été suspendu, comme toutes les autres affaires non urgentes après le 7 octobre, reprend aujourd’hui devant le tribunal de district de Jérusalem.

Cet état d’urgence que le ministre de la Justice Yariv Levin avait mis en place pour les tribunaux lorsque la guerre avec le Hamas a commencé a expiré la semaine dernière, et la plupart des tribunaux ont reçu l’ordre de reprendre leurs activités normales.

Netanyahu est actuellement dispensé d’assister aux audiences, mais il pourrait être appelé à témoigner dans quelques mois.

Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans une affaire, et de fraude et d’abus de confiance dans deux autres. Il nie avoir commis des actes répréhensibles.

Tsahal frappe 200 cibles du Hamas et trouve des armes et des tunnels dans une école

De la fumée s'élève après des frappes israéliennes à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)
De la fumée s'élève après des frappes israéliennes à Khan Younis dans le sud de la bande de Gaza, le 4 décembre 2023 (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

L’armée israélienne annonce avoir mené des frappes contre quelque 200 cibles du Hamas dans la bande de Gaza au cours de la nuit, alors que les forces terrestres continuent d’opérer dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué, Tsahal indique que sa Brigade du Néguev a détruit « l’infrastructure » du Hamas à l’intérieur d’une école à Beit Hanoun, dans le nord de Gaza, qui était utilisée par des agents pour attaquer les troupes. À l’intérieur du complexe scolaire, les troupes ont trouvé deux entrées de tunnel, dont l’une était piégée, ainsi que d’autres armes.

Les forces terrestres ont également coordonné des frappes aériennes au cours de la nuit, notamment contre des voitures transportant des missiles et des mortiers destinés aux agents du Hamas, contre une position de lancement de missiles antichars, contre un groupe d’agents du Hamas et contre un dépôt d’armes situé à proximité.

La marine israélienne a également mené des frappes cette nuit, ciblant des postes d’observation du Hamas et d’autres infrastructures le long de la côte de Gaza, selon l’armée.

Gal Gadot dénonce le silence international sur le sort des femmes violées le 7 octobre

Gal Gadot dans un entretien accordé à la Douzième chaîne, le 9 mai 2021.  (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)
Gal Gadot dans un entretien accordé à la Douzième chaîne, le 9 mai 2021. (Crédit : Capture d'écran/Douzième chaîne)

L’actrice israélienne Gal Gadot reproche à la communauté internationale son silence face à l’agression sexuelle généralisée des victimes du 7 octobre et à la prise d’otages de femmes par le groupe terroriste Hamas à Gaza.

« Le monde a laissé tomber les femmes du 7 octobre. Nous affirmons que nous sommes contre le viol et la violence à l’égard des femmes. Que nous ne laisserons pas les femmes être victimes puis réduites au silence. Nous disons que nous croyons les femmes, que nous sommes aux côtés des femmes, que nous parlons au nom des femmes », déclare Gadot dans un post Instagram.

« Le 7 octobre, le monde a été témoin de la mise en œuvre par le Hamas de ses plans violents en temps réel. Dans les heures qui ont suivi l’attaque du 7 octobre, la première vidéo à glacer le sang a émergé, montrant Shani Louk paradée nue et souillée par ses fiers agresseurs. Pourtant, deux mois plus tard, les femmes sont toujours les otages de ces violeurs et le monde n’a pas réussi à appeler cette situation par son nom : une situation d’urgence qui exige une réponse décisive », déclare-t-elle.

« C’est le moment pour nous, femmes et alliés des femmes, d’agir », demande-t-elle aux groupes internationaux, y compris aux Nations unies, « d’exiger du Hamas qu’il libère immédiatement toutes les femmes prises en otage ».

« Ces femmes ne peuvent survivre à un autre moment de cette horreur », ajoute-t-elle.

 

La famille de Yonatan Samarno, que l’on croyait otage à Gaza, informé qu’il a été tué

Yonatan Samarno (Autorisation)
Yonatan Samarno (Autorisation)

La famille de Yonatan Samarno, 21 ans, considéré comme retenu en otage à Gaza, a été informée qu’il avait été tué. Son corps est toujours détenu par le Hamas.

Dans l’avis de deuil, la famille déclare qu’elle organisera une cérémonie en son honneur plus tard dans la journée et commencera à observer la shiva, la semaine de deuil rituel.

Samarno, 21 ans, originaire de Tel Aviv, se trouvait au festival de musique Nova avec trois amis lorsque l’assaut du Hamas a été lancé le 7 octobre.

Il a informé sa mère qu’ils rentraient, mais le contact a été perdu.

Les corps de ses amis ont été retrouvés plus tard, mais il n’y avait aucune trace de Samarno. Ses proches ont déclaré qu’ils avaient été informés qu’il avait été blessé par balle, mais n’avait pas d’information sur son état de santé.

La famille a été informée par la suite qu’il faisait probablement partie des personnes détenues à Gaza. Ces derniers jours, les familles de plusieurs personnes que l’on croyait retenues en otage à Gaza ont été informées de la mort de leurs proches.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tsahal annonce la mort de 3 soldats tués en combattant le Hamas à Gaza

Le sergent de première classe (res.) Ben Zussman, 22 ans, le sergent major (res.) Neriya Shaer, 36 ans, et le sergent Binyamin Yehoshua Needham, 19 ans, qui ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 3 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le sergent de première classe (res.) Ben Zussman, 22 ans, le sergent major (res.) Neriya Shaer, 36 ans, et le sergent Binyamin Yehoshua Needham, 19 ans, qui ont été tués lors de combats dans la bande de Gaza le 3 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce la mort de trois autres soldats tués lors des combats contre le Hamas dans la bande de Gaza dimanche, ce qui porte à 75 le nombre de morts depuis l’offensive terrestre d’Israël à la fin du mois d’octobre.

Les soldats qui ont été tués dimanche sont :

Le sergent-major (res.) Neriya Shaer, 36 ans, du 6655e bataillon de la 55e brigade de parachutistes de réserve, originaire de Yavne.

Le sergent de première classe (res.) Ben Zussman, 22 ans, du 601e bataillon du génie de combat, de Jérusalem.

Le sergent Binyamin Yehoshua Needham, 19 ans, du 601e bataillon du génie de combat, de Zichron Yaakov.

En outre, Tsahal indique qu’un soldat du 601e bataillon du génie de combat a été grièvement blessé lors de combats dans le nord de Gaza hier.

Depuis le début de la guerre, le 7 octobre, Tsahal a annoncé la mort de 401 soldats. Parmi eux, 75 sont morts au cours de l’offensive terrestre dans la bande de Gaza. La grande majorité des autres ont été tués dans des combats avec des terroristes du Hamas dans le sud d’Israël, le jour de l’attaque initiale du Hamas, le 7 octobre.

Le retour de six otages libérés par le Hamas attendu lundi en Thaïlande

Six otages thaïlandais détenus depuis plusieurs semaines dans la bande de Gaza par le Hamas doivent arriver lundi dans le royaume, ont indiqué les autorités thaïlandaises.

Parmi les quelque 240 otages du Hamas, se trouvaient 32 Thaïlandais, dont le ministère des Affaires étrangères et des groupes musulmans thaïlandais ont négocié la libération.

Six d’entre eux devraient atterrir à l’aéroport de Suvarnabhumi à Bangkok, lundi, vers 14h00 locales (07h00 GMT), après des semaines de captivité.

Depuis leur libération, le groupe était en convalescence dans un hôpital en Israël.

Ce vol fait suite au retour de 17 citoyens thaïlandais fin novembre, lors d’une cessez-le-feu temporaire qui a permis la libération de 105 civils, donc 81 Israéliens, 23 Thaïlandais et un Philippin.

Selon le ministère des Affaires étrangères thaïlandais, neuf autres ressortissants thaïlandais sont toujours aux mains du Hamas.

Trente-neuf Thaïlandais ont été tués et 19 blessés pendant la guerre. Le royaume a également évacué plus de 8 500 de ses habitants, selon le ministère thaïlandais des Affaires étrangères.

Le KKL-JNF promet 54 M de $ pour réhabiliter les communautés frontalières de Gaza

Le Fonds national juif KKL-JNF, basé à Jérusalem, et le Fonds national juif-USA annoncent la création d’un fonds commun de 200 millions de shekels (54 millions de dollars) pour réhabiliter la zone frontalière de Gaza ravagée par l’attaque du Hamas le 7 octobre.

Le projet, dévoilé lors de la conférence annuelle du JNF-USA à Denver, dans le Colorado, semble marquer la fin d’une rupture de 15 ans entre les deux organisations.

Le JNF-USA s’est en effet séparé de son organisation mère à Jérusalem, a créé ses propres bureaux dans la capitale israélienne et a soutenu directement des projets menés par le KKL, ainsi que par d’autres ONG.

Une délégation américaine attendue en Israël pour parler du Gaza d’après-guerre

La vice-présidente Kamala Harris parle pendant une séance plénière du sommet sur le climat de la COP28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)
La vice-présidente Kamala Harris parle pendant une séance plénière du sommet sur le climat de la COP28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)

Une délégation formée de haut-responsables de l’administration Biden arrivera en Israël dans la journée pour rencontrer des officiels israéliens – des entretiens qui seront consacrés à la gouvernance de bande de Gaza au lendemain de la guerre, a fait savoir la Maison Blanche.

La délégation sera placée sous l’autorité du conseiller à la sécurité nationale de la vice-présidente Kamala Harris, Phil Gordon, qui se trouvait à ses côtés lors de rencontres avec les leaders arabes sur le sujet à Dubaï, ce week-end. Il sera en compagnie d’Ilan Goldenberg, conseiller sur les affaires du Moyen-Orient de Harris, et de plusieurs autres personnalités.

La délégation américaine s’entretiendra avec le chef du Conseil de sécurité nationale israélien, Tzachi Hanegbi, le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en Cisjordanie, selon le site Walla.

Si Israël garde majoritairement le silence sur l’après-guerre à Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a catégoriquement rejeté l’hypothèse d’un retour au pouvoir de l’Autorité palestinienne au sein de l’enclave côtière.

De son côté, les États-Unis prônent une gestion de Gaza qui serait temporairement assurée par des forces internationales pour préparer le retour, dans la bande, d’une Autorité palestinienne « revigorée ».

Kamala Harris s’entretient avec le président Herzog et avec Mahmoud Abbas, chef de l’AP

La vice-présidente Kamala Harris parle pendant une séance plénière du sommet sur le climat de la COP28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)
La vice-présidente Kamala Harris parle pendant une séance plénière du sommet sur le climat de la COP28 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 2 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)

La vice-présidente américaine Kamala Harris s’est entretenue séparément avec le président israélien Isaac Herzog et avec le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas aux premières heures de la journée alors qu’elle était à bord du vol qui la ramenait à Washington depuis Dubaï, a indiqué la Maison Blanche.

Harris se trouvait à Dubaï à l’occasion de la conférence sur le climat des Nations unies, où elle a pris la parole et où elle a aussi rencontré plusieurs leaders arabes pour évoquer la guerre en cours contre le Hamas, à Gaza, suite au massacre commis par le groupe terroriste sur le sol israélien, le 7 septembre ; parlant également de l’enlèvement des otages et « du lendemain » du conflit à Gaza.

Le conseiller à la sécurité nationale de Harris, le docteur Phil Gordon, est de son côté resté aux Émirats et il va partir en Israël et en Cisjordanie, cette semaine, pour des discussions supplémentaires, a noté la Maison Blanche.

Dans son appel téléphonique avec Herzog, Harris « a réaffirmé le fort soutien apporté par les Américains au droit à l’auto-défense d’Israël » et elle a évoqué les inquiétudes des États-Unis « face à des initiatives susceptibles d’entraîner une escalade des tensions et notamment les violences commises par les partisans extrémistes du mouvement pro-implantation » en Cisjordanie.

Harris a aussi répété « l’importance de préparer le lendemain de la fin de la guerre à Gaza et elle a souligné notre attachement à une solution à deux États ».

Samedi, Harris s’était montrée très critique d’Israël, en écho à des propos tenus par les officiels de l’administration qui ont demandé que l’État juif change la manière dont il gère sa guerre à Gaza de façon à mieux protéger les civils.

« Un trop grand nombre d’innocents ont été tués », a dit Harris depuis Dubaï. « Sincèrement, l’ampleur des souffrances des civils, les images et les vidéos qui émanent de Gaza sont dévastatrices ».

Dans son appel avec Abbas, cette nuit, Harris a réaffirmé le soutien apporté par les États-Unis au droit à la sécurité, à la dignité et à l’auto-détermination des Palestiniens, selon le compte-rendu.

Elle a déclaré à Abbas que les Palestiniens « doivent avoir un horizon politique clair » et elle a indiqué que les Américains soutenaient « une Cisjordanie et une bande de Gaza unies sous une Autorité palestinienne redynamisée ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.