Le membre du Hezbollah qui a tenté de pénétrer la frontière avec Israël, enterré
Rechercher

Le membre du Hezbollah qui a tenté de pénétrer la frontière avec Israël, enterré

Des personnes en deuil portent le cercueil de Mohamad Kassem Tahan, membre du mouvement Hezbollah soutenu par l'Iran, tué un jour plus tôt à la frontière avec le Liban, lors de ses funérailles dans le sud du Liban village d'Adloun, le 15 mai 2021. - Des centaines de personnes brandissant des drapeaux palestiniens et les couleurs jaunes du Hezbollah se sont rassemblées pour les funérailles. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)
Des personnes en deuil portent le cercueil de Mohamad Kassem Tahan, membre du mouvement Hezbollah soutenu par l'Iran, tué un jour plus tôt à la frontière avec le Liban, lors de ses funérailles dans le sud du Liban village d'Adloun, le 15 mai 2021. - Des centaines de personnes brandissant des drapeaux palestiniens et les couleurs jaunes du Hezbollah se sont rassemblées pour les funérailles. (Crédit : Anwar AMRO / AFP)

Des centaines de personnes dans le sud du Liban ont participé samedi aux funérailles d’un membre du Hezbollah, tué la veille par des tirs israéliens à la frontière alors qu’il tentait de saboter la barrière frontalière.

L’incident s’est produit après qu’un certain nombre de jeunes manifestants ont tenté de pénétrer dans la ville frontalière de Metulla, dans le nord d’Israël, selon les médias d’État libanais.

Des membres du Hezbollah en uniforme militaire ont porté le cercueil recouvert d’un drapeau jaune du mouvement chiite terroriste.

« Vers Jérusalem nous allons, Martyrs par millions », « Mort à Israël », « Nous répondrons à l’appel de Jérusalem », ont notamment scandé les participants en brandissant des drapeaux palestiniens ou du Hezbollah, selon la correspondante de l’AFP.

Le puissant mouvement chiite, ennemi juré d’Israël qu’il a combattu à plusieurs reprises, a salué vendredi la mémoire de Tahhan, tombé « en martyr ».

Samedi encore, sous le regard de soldats libanais mobilisés pour éviter tout débordement, des réfugiés palestiniens dans le sud du Liban ont manifesté près du village frontalier de Maroun al-Ras, commémorant la Nakba du 15 mai, qui marque pour les Palestiniens la « catastrophe » qu’a représenté la création de l’Etat juif en 1948.

C’est vous qui le dites...