Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Selon Blinken, un bon accord est sur la table : la balle est dans le camp du Hamas

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (à droite), et le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, tiennent une conférence de presse conjointe au Département d'État à Washington, le 9 avril 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (à droite), et le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, tiennent une conférence de presse conjointe au Département d'État à Washington, le 9 avril 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que le Hamas avait reçu une « offre très sérieuse » pour un accord portant sur une trêve et la libération d’otages, laquelle « devrait être acceptée ».

« Le Hamas pourrait mettre fin à tout, immédiatement, obtenir un cessez-le-feu profitable à la population de Gaza et permettant aux otages de rentrer chez eux. Le fait qu’il continue à ne pas dire ‘oui’ nous donne à voir tout l’intérêt qu’il a pour la population de Gaza, c’est-à-dire pas grand-chose », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse à Washington aux côtés du ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron.

Le Hamas « a aujourd’hui l’occasion d’accepter la proposition de cessez-le-feu et portant sur la libération des otages. La balle est dans le camp du Hamas. Le monde entier attend de voir ce qu’il va faire », a ajouté M. Blinken.

« L’essentiel de l’indignation et de la colère – bien compréhensibles – est dirigée contre Israël en raison de ce qui arrive aux civils palestiniens à Gaza, mais une partie revient également au Hamas. Je suis stupéfait de voir que le monde est d’un silence presque assourdissant quand il s’agit du Hamas. »

« Nous n’en serions pas là aujourd’hui si le Hamas n’avait pas choisi de s’engager dans l’un des actes de terrorisme les plus horribles, le jour du 7 octobre, et s’il ne refusait pas depuis des mois d’arrêter de se cacher derrière des civils, de déposer les armes, libérer les otages et se rendre. Où est l’indignation à ce propos ? »

Interrogé sur l’opinion donnée par Rachel, la mère de l’otage israélo-américain Hersh Goldberg-Polin, à savoir que les négociateurs avaient jusqu’à présent échoué, Blinken a répondu : « Jusqu’à ce que Hersh soit rentré chez lui, ce ne sera pas un succès. »

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.