Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Alors que près de 500 camions d’aide sont entrés à Gaza mardi, Washington déclare que l’augmentation n’est pas encore suffisante

Israël achète des tentes pour abriter près de 500 000 personnes avant son offensive sur Rafah ; Les familles des otages se rassemblent à Jérusalem ; Responsable US : Israël prêt à accepter un accord, la balle est dans le camp du Hamas

  • Hatem al-Ghamri, le chef du comité d'urgence du Hamas à Gaza, tué lors d'une frappe nocturne dans le camp de Maghazi, au centre de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Hatem al-Ghamri, le chef du comité d'urgence du Hamas à Gaza, tué lors d'une frappe nocturne dans le camp de Maghazi, au centre de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des soldats de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, autorisée à la publication le 9 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, autorisée à la publication le 9 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • De la fumée s'échappant de la zone d'une frappe aérienne israélienne sur le village de Khiam, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 8 avril 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)
    De la fumée s'échappant de la zone d'une frappe aérienne israélienne sur le village de Khiam, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 8 avril 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)
  • Des Palestiniens achetant des bonbons avant l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 avril 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
    Des Palestiniens achetant des bonbons avant l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 8 avril 2024. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
  • Les Palestiniens marchant à travers les destructions à Khan Younès après les batailles féroces entre Israël et le Hamas et le retrait des troupes israéliennes du sud de la bande de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
    Les Palestiniens marchant à travers les destructions à Khan Younès après les batailles féroces entre Israël et le Hamas et le retrait des troupes israéliennes du sud de la bande de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Fatima Shbair/AP Photo)
  • Des soldats de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, autorisée à la publication le 9 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Des soldats de l'armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée, autorisée à la publication le 9 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Un « changement radical » dans l’aide à Gaza est visible, mais doit encore augmenter, dit USAID

L’administratrice de l’Agence américaine pour le développement international, Samantha Power, a déclaré que l’aide humanitaire à Gaza avait fortement augmenté ces derniers jours et affirmé que ce niveau plus élevé de l’aide devrait être maintenu et encore augmenté davantage.

« Nous assistons à un changement radical, que nous espérons durable et élargi », a déclaré Power lors d’une audition de la sous-commission des crédits du Sénat américain qui supervise les dépenses diplomatiques et d’aide étrangère des États-Unis.

« Nous devons aller bien au-delà des 500 camions », a dit Power, faisant référence au volume d’aide arrivé dans la bande de Gaza avant la guerre.

« Nous vivons dans des conditions proches de la famine à Gaza alors qu’il y a des supermarchés remplis de nourriture à quelques kilomètres de là », a-t-elle déclaré lors de l’audience.

Le monde a perdu sa « boussole morale » à propos de Gaza, selon la chef adjointe de l’ONU

La communauté internationale a perdu sa « boussole morale » face à Gaza, ravagée par la guerre, a déclaré la vice-secrétaire générale des Nations unies, Amina Mohammed.

« Pour moi, ce qui est très préoccupant, c’est que nous avons perdu notre boussole morale sur Gaza, en tant qu’humanité et communauté internationale », a déclaré Mohammed lors d’une conférence de presse.

« Nous devons faire quelque chose rapidement – nous sommes en retard », a-t-elle ajouté. « Il y a des milliers d’enfants qui continuent de perdre la vie, qui sont amputés. Il y a des centaines d’otages qui attendent de rentrer chez nous. »

La vice-présidente américaine Harris informe les familles des otages américains de l’état des négociations

La vice-présidente américaine Kamala Harris a rencontré des proches d’otages américains enlevés le 7 octobre, les informant de l’état des négociations en cours sur les otages et soulignant l’engagement continu de l’administration Biden à obtenir la libération des personnes retenues à Gaza.

Harris « a souligné que le président Biden et elle-même n’avaient pas de priorité plus élevée que de réunir les otages avec leurs proches », selon un communiqué américain publié à l’issue de la réunion de la Maison Blanche. « Eux et leurs proches restent au premier plan de ses préoccupations et dans ses prières alors que l’administration s’efforce d’obtenir la libération de tous les otages. »

« Elle a également réaffirmé l’engagement des États-Unis à rapatrier les restes de ceux dont le décès a été tragiquement confirmé », indique le communiqué.

La vice-présidente a répété sa condamnation du Hamas, notamment de son recours à la violence sexuelle, et a souligné la nécessité d’éliminer la menace posée par le groupe terroriste.

Elle a également dénoncé l’antisémitisme dans le monde, en forte hausse depuis le 7 octobre.

Israël dit avoir touché un poste de l’armée syrienne utilisé par le Hezbollah

L’armée israélienne affirme avoir mené une frappe contre une position de l’armée syrienne dans le sud de la Syrie, près de la frontière israélienne, qui a été identifiée comme étant utilisée par le Hezbollah libanais.

L’armée israélienne affirme disposer de renseignements indiquant que des membres du Hezbollah ont utilisé le poste de l’armée syrienne.

« Tsahal tient le régime syrien pour responsable de toutes les activités qui se déroulent sur son territoire et n’autorisera aucune tentative d’action qui pourrait conduire au retranchement du Hezbollah sur le front syrien », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Parallèlement, des frappes ont également été menées contre des postes d’observation du Hezbollah et d’autres infrastructures dans le sud du Liban au cours des dernières heures, selon l’armée israélienne.

Les zones proches de Dhayra et Tayr Harfa, dans le sud du Liban, ont également été bombardées par l’artillerie pour « éliminer les menaces », selon l’armée.

L’ONU affirme qu’il n’y a pas d’augmentation réelle de l’aide entrant dans la bande de Gaza

L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens a contesté les affirmations d’Israël et des États-Unis selon lesquelles l’aide à Gaza aurait considérablement augmenté ces derniers jours.

« Il n’y a eu aucun changement significatif dans le volume des fournitures humanitaires entrant à Gaza ni dans l’amélioration de l’accès au nord », a indiqué l’UNRWA dans son rapport de situation quotidien.

Les responsables du Croissant-Rouge égyptien ont affirmé que plus de 350 camions avaient traversé la frontière vers Gaza lundi et 258 dimanche. C’est bien plus que ces dernières semaines, où ce nombre était généralement inférieur à 200, ont-ils déclaré.

Cependant, l’UNRWA, la principale agence des Nations unies à Gaza, a affirmé que 223 camions étaient entrés lundi, soit moins de la moitié des 500 camions nécessaires quotidiennement.

Israël affirme que 468 camions d’aide sont arrivés à Gaza mardi et 419 lundi. Certains camions sont entrés dans Gaza via des points de passage terrestres avec Israël. Mais l’ONU affirme que de nombreux camions ne sont qu’à moitié pleins, ce qui gonfle le décompte israélien.

Le porte-parole de l’agence humanitaire des Nations unies (OCHA), Jens Laerke, a déclaré qu’Israël comptait généralement comme une unité les camions à moitié remplis qui passent par un processus de contrôle initial, et non pas uniquement les camions pleins et réemballés pour livraison à l’intérieur de Gaza.

« Les camions qui entrent, contrôlés par le COGAT, ne sont généralement qu’à moitié pleins. C’est une exigence qu’ils ont mise en place à des fins de contrôle. Mais les camions que l’on compte de l’autre côté, une fois rechargés, sont pleins », a expliqué Laerke.

Il a affirmé qu’Israël restreignait toujours la circulation de la plupart des camions.

Il n’y a eu aucune réponse de la part des autorités israéliennes.

Israël prêt à un accord de trêve, le Hamas doit y être poussé, dit Jake Sullivan

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré qu’il pensait qu’Israël était prêt à accepter un accord de cessez-le-feu avec le Hamas.

Il a été demandé à Sullivan lors d’un point presse à la Maison Blanche ce que l’échec de Biden à parvenir à un accord sur les otages avant la fin du Ramadan cette semaine, après avoir cherché à négocier un accord avant le début du mois sacré, disait de sa capacité à ramener la paix dans le monde.

« Cela en dit plus sur le fait que vous avez un groupe, le Hamas, qui détient des innocents qu’il a pris en otage il y a six mois », a répondu Sullivan. « Cela n’attire pas beaucoup d’attention dans les commentaires. »

« Il pourrait y avoir un cessez-le-feu en place aujourd’hui qui s’étendrait sur plusieurs semaines et pourrait s’étendre plus longtemps si le Hamas était prêt à libérer certaines de ces personnes. Attirons donc l’attention là où elle doit être, ce que le monde devrait dire au Hamas en ce moment est qu’il est temps. Allons-y. Obtenons ce cessez-le-feu. »

« Je pense qu’Israël est prêt et le Hamas devrait l’être également », a-t-il ajouté.

L’armée bombarde son drone abattu par le Hezbollah

Un Elbit Hermes 900 en vol pendant l'opération Aube, au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Un Elbit Hermes 900 en vol pendant l'opération Aube, au début du mois d'août 2022. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a frappé les restes de son drone Elbit Hermes 900 qui a été abattu par le Hezbollah au-dessus du sud du Liban il y a quelques jours.

Dans un communiqué, l’armée israélienne affirme que « l’armée de l’air a frappé l’aéronef plus tôt dans la journée et l’a détruit ».

Le Hezbollah a abattu le drone avec un missile sol-air samedi.

L’armée israélienne a répondu en frappant des sites appartenant à l’unité de défense aérienne du groupe terroriste à Baalbek, dans le nord-est du Liban.

Trêve à Gaza : la Maison Blanche juge les déclarations du Hamas « pas très encourageantes »

La Maison Blanche a jugé mardi les déclarations du Hamas sur une proposition de trêve associée à une libération des otages à Gaza « pas très encourageantes », même si les médiateurs attendent encore une « réponse » officielle du groupe terroriste palestinien.

« Nous avons vu Israël faire quelques pas en avant en matière de ce qu’il met sur la table. Et bien sûr, nous avons vu les déclarations publiques du Hamas qui ont été, disons, pas très encourageantes », a déclaré à la presse le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

Le responsable a cependant dit s’être entretenu mardi matin avec le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahman Al-Thani, lequel a indiqué n’avoir « pas encore reçu de réponse du Hamas » à la proposition d’accord.

Cette proposition a été soumise lors d’une réunion « marathon » dimanche au Caire, selon M. Sullivan, en présence de représentants du gouvernement israélien et du Hamas via les médiateurs de l’Egypte, des États-Unis et du Qatar.

« Je l’ai pressé d’essayer d’obtenir une réponse de leur part, le plus rapidement possible, et dès que nous aurons plus d’informations à ce sujet, nous vous les communiquerons », a ajouté M. Sullivan.

« Il est temps. Concluons ce cessez-le-feu. Nous sommes prêts. Je pense qu’Israël est prêt. Et je pense que le Hamas devrait venir à la table et être prêt à le faire également », a-t-il affirmé.

Le Hamas a annoncé mardi étudier un projet de trêve de plusieurs semaines dans les combats et les raids aériens à Gaza, assorti de la libération de dizaines d’otages israéliens, en dépit du rejet de certaines de ses demandes.

Israël affirme que plus de 450 camions d’aide sont entrés à Gaza mardi, marquant un nouveau record

Des Palestiniens dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des Palestiniens dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires palestiniens (COGAT) a indiqué que 468 camions d’aide humanitaire avaient été inspectés et transférés aujourd’hui vers la bande de Gaza.

L’unité hybride civilo-militaire a affirmé qu’il s’agissait du plus grand nombre de camions entrés en une journée depuis le début de la guerre, après le record d’hier de 419 camions.

47 camions transportant de la nourriture ont été « coordonnés vers le nord de Gaza pendant la nuit », a ajouté le COGAT.

Au cours des trois derniers jours, plus de 1 200 camions humanitaires ont été inspectés par les autorités israéliennes et sont entrés dans Gaza, précise le communiqué.

Le COGAT a également indiqué que 303 colis transportant « des centaines de milliers de repas » avaient été largués aujourd’hui au-dessus de l’enclave palestinienne.

Smotrich : Sinwar sent la faiblesse, nous continuons à nous éloigner de nos lignes rouges

Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit , Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances et chef du parti HaTzionout HaDatit , Bezalel Smotrich, dirigeant une réunion de faction, à la Knesset, à Jérusalem, le 19 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a semblé critiquer l’approche du gouvernement en matière de négociations concernant les otages, affirmant qu’Israël avait plié à plusieurs reprises sur ses lignes rouges au cours des négociations.

« Le Hamas a dit non », a déclaré le ministre d’extrême droite lors d’une conférence des dirigeants municipaux. « Nous nous éloignons sans cesse de nos lignes rouges en envoyant des offres améliorées », a-t-il dit.

Smotrich a dit qu’Israël continuait d’espérer que le Hamas appréciera sa flexibilité, « mais [le chef du Hamas à Gaza, Yahya] Sinwar identifie une faiblesse ».

Smotrich affirme que « la seule façon de rendre les otages est de faire pression militairement sur le Hamas avec toute la force possible. Aller à Rafah et mettre fin à l’aide humanitaire du Hamas et la fournir nous-mêmes. C’est la seule façon de gagner ».

Selon l’armée, ses soldats ont quitté Khan Younès pour se préparer à l’offensive à Rafah

Des hommes blessés marchent avec des béquilles devant des enfants assis sur les décombres d'un immeuble effondré, le long d'une rue de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : AFP)
Des hommes blessés marchent avec des béquilles devant des enfants assis sur les décombres d'un immeuble effondré, le long d'une rue de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne a confirmé que sa 98e division s’était retirée de Khan Younès, dans le sud de Gaza, pour que les soldats se préparent à de nouvelles opérations, à commencer par l’offensive attendue à Rafah.

Selon les autorités militaires, la 98e division a combattu à Khan Younès durant quatre mois consécutifs et y a atteint ses objectifs.

L’armée israélienne assure faire tout son possible pour que davantage de convois d’aide humanitaire entrent dans la bande de Gaza, ce afin de se donner plus de légitimité pour poursuivre les combats contre le Hamas.

L’armée israélienne serait par ailleurs prête à faire face à toute éventualité en cas de conclusion d’un accord avec le Hamas sur le sort des otages.

En d’autres termes, l’armée israélienne estime qu’elle n’aura aucun problème à reprendre les combats en cas de longue trêve, et qu’elle pourra s’accommoder du possible retour des Palestiniens dans le nord de Gaza dans le cas d’un accord avec le groupe terroriste, ce qui était une des demandes du Hamas.

Une évaluation du Royaume-Uni conclut que les ventes d’armes à Israël peuvent se poursuivre

Une évaluation du gouvernement britannique sur la poursuite de la guerre à Gaza par Israël a déterminé que Londres pouvait continuer à exporter des armes vers Israël, a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron.

« La dernière évaluation laisse inchangée notre position sur les licences d’exportation. Cela est conforme aux conseils que moi-même et d’autres ministres avons reçus. Comme toujours, nous garderons cette position à l’étude », a déclaré Cameron lors d’une conférence de presse à Washington aux côtés du secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Le gouvernement britannique a fait face à des appels croissants pour mettre un terme aux ventes d’armes à Israël, notamment la semaine dernière de la part du maire de Londres, Sadiq Khan.

Israël reste un partenaire de sécurité vital pour le Royaume-Uni, a noté Cameron, tout en affirmant que Londres continuait d’être gravement préoccupé par la situation humanitaire à Gaza.

Selon Blinken, un bon accord est sur la table : la balle est dans le camp du Hamas

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (à droite), et le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, tiennent une conférence de presse conjointe au Département d'État à Washington, le 9 avril 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken (à droite), et le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, tiennent une conférence de presse conjointe au Département d'État à Washington, le 9 avril 2024. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que le Hamas avait reçu une « offre très sérieuse » pour un accord portant sur une trêve et la libération d’otages, laquelle « devrait être acceptée ».

« Le Hamas pourrait mettre fin à tout, immédiatement, obtenir un cessez-le-feu profitable à la population de Gaza et permettant aux otages de rentrer chez eux. Le fait qu’il continue à ne pas dire ‘oui’ nous donne à voir tout l’intérêt qu’il a pour la population de Gaza, c’est-à-dire pas grand-chose », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse à Washington aux côtés du ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron.

Le Hamas « a aujourd’hui l’occasion d’accepter la proposition de cessez-le-feu et portant sur la libération des otages. La balle est dans le camp du Hamas. Le monde entier attend de voir ce qu’il va faire », a ajouté M. Blinken.

« L’essentiel de l’indignation et de la colère – bien compréhensibles – est dirigée contre Israël en raison de ce qui arrive aux civils palestiniens à Gaza, mais une partie revient également au Hamas. Je suis stupéfait de voir que le monde est d’un silence presque assourdissant quand il s’agit du Hamas. »

« Nous n’en serions pas là aujourd’hui si le Hamas n’avait pas choisi de s’engager dans l’un des actes de terrorisme les plus horribles, le jour du 7 octobre, et s’il ne refusait pas depuis des mois d’arrêter de se cacher derrière des civils, de déposer les armes, libérer les otages et se rendre. Où est l’indignation à ce propos ? »

Interrogé sur l’opinion donnée par Rachel, la mère de l’otage israélo-américain Hersh Goldberg-Polin, à savoir que les négociateurs avaient jusqu’à présent échoué, Blinken a répondu : « Jusqu’à ce que Hersh soit rentré chez lui, ce ne sera pas un succès. »

Cameron : la communauté internationale doit se préparer à l’invasion de Rafah en cas d’échec des pourparlers

Illustration : Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron témoignant devant une commission des Affaires étrangères de la Chambre des communes, à Londres, le 9 janvier 2024. (Crédit : PRU/AFP)
Illustration : Le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron témoignant devant une commission des Affaires étrangères de la Chambre des communes, à Londres, le 9 janvier 2024. (Crédit : PRU/AFP)

Le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, a déclaré que les grandes puissances mondiales devaient se préparer à la possibilité que les pourparlers sur les otages ne portent pas leurs fruits et qu’Israël mène effectivement son opération à Rafah, dans le sud de Gaza.

L’idéal selon lui serait que les États-Unis, le Qatar et l’Égypte parviennent à ce qu’Israël et le Hamas concluent un accord en vue de la libération des otages assorti d’une trêve susceptible de déboucher sur un cessez-le-feu durable au cours duquel les dirigeants du Hamas quitteraient Gaza et l’infrastructure terroriste serait démantelée. « C’est le processus politique qui permettrait de mettre fin à la guerre », a déclaré M. Cameron lors d’une conférence de presse aux côtés du secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Washington.

« Nous devons être conscients que si cela ne fonctionne pas, il faut avoir un plan B – qu’est-ce que les organisations humanitaires pourraient faire pour qu’en cas de conflit à Rafah, les gens soient en sécurité – aient de la nourriture, de l’eau et des médicaments », a poursuivi le chef de la diplomatie britannique, ajoutant qu’il évoquerait la question aujourd’hui avec Blinken.

Cameron a déclaré que la politique du Royaume-Uni sur la guerre comptait quatre volets : aider à la libération des otages, faire parvenir davantage d’aide à Gaza, agir sur la scène internationale grâce à des initiatives telles que la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU du mois dernier appelant à un cessez-le-feu et à la libération des otages et soutenir le droit d’Israël à se défendre contre le Hamas.

Le rappel de ce quatrième volet est notable face aux appels croissants, que ce soit au Royaume-Uni ou ailleurs, à limiter l’aide à Israël en raison du nombre élevé de morts à Gaza.

« Nous voulons 500 camions par jour, nous voulons que l’approvisionnement en eau soit rétabli, nous voulons qu’Ashdod et un autre point de passage dans le nord soient ouverts et, surtout, nous voulons un mouvement vers la déconfliction parce que l’acheminement de l’aide à Gaza ne suffira pas. Il faut être capable d’acheminer de l’aide tout autour de Gaza », a conclu Cameron.

Tsahal s’attire les foudres de l’extrême droite en plaçant en résidence surveillée un mineur d’une implantation

Illustration : Des résidents d’implantations israéliens lançant des pierres sur des Palestiniens près de l'implantation israélienne d'Yitzhar, en Cisjordanie, le 7 octobre 2020. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Illustration : Des résidents d’implantations israéliens lançant des pierres sur des Palestiniens près de l'implantation israélienne d'Yitzhar, en Cisjordanie, le 7 octobre 2020. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Un habitant de Yitzhar âgé de 14 ans a reçu une assignation administrative à résidence lui interdisant de quitter son implantation de Cisjordanie à la nuit tombée.

Selon l’organisation d’aide juridique Hoenu, qui représente régulièrement des résidents d’implantation extrémistes et d’autres Israéliens accusés de crimes à motivation nationaliste, l’ordre a été émis par le chef du commandement central de Tsahal, le général de division Yehuda Fox, et est valable trois mois.

Honenu a qualifié cet acte administratif de « fou » et a dénoncé Fox, devenu une figure honnie d’une grande partie du mouvement des implantations et de l’extrême-droite israélienne, qui selon elle, « persécute les gens des implantations ».

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, partisan d’une ligne dure en faveur des implantations, s’en est ouvertement pris à Fox et au ministre de la Défense Yoav Gallant au sujet de cette décision qualifiée d’« insensée ».

Les États-Unis ne savent pas quelle date aurait été fixée pour l’opération à Rafah, selon Blinken

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’Israël n’avait pas informé l’administration Biden de la date à laquelle l’armée israélienne envisageait de lancer une invasion sur la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, un jour après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’Israël en avait décidé la date.

Le plus haut diplomate américain a déclaré lors d’une conférence de presse à Washington aux côtés du ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron que l’administration Biden continuait de discuter avec Israël concernant une éventuelle opération à Rafah, exprimant son opposition à une telle offensive en raison de sa conviction que Tsahal ne serait pas en mesure d’évacuer en toute sécurité près de 1,5 million de Palestiniens réfugiés à Rafah et de les protéger une fois qu’ils auront été déplacés.

« Nous discutons avec eux de moyens alternatifs et efficaces pour résoudre les problèmes qui doivent être résolus, mais en le faisant d’une manière qui ne mette pas en danger les innocents », a déclaré Blinken, notant qu’une délégation de hauts responsables israéliens se rendra à Washington la semaine prochaine pour discuter davantage de la question.

« Nous sommes déterminés à garantir que le Hamas ne puisse pas gouverner ou dicter l’avenir de Gaza ou quoi que ce soit d’autre, mais la manière dont Israël mènera ses opérations ultérieures à Gaza est très importante », a-t-il ajouté.

Des manifestants réclamant un accord sur les otages bloquent une rue à Jérusalem

Des manifestants bloquent les routes, appelant à un accord sur les otages, sur la place Yigal Shiloh à Jérusalem, le 9 avril 2024. (Crédit : Maya Zanger-Nadis/Times of Israel)
Des manifestants bloquent les routes, appelant à un accord sur les otages, sur la place Yigal Shiloh à Jérusalem, le 9 avril 2024. (Crédit : Maya Zanger-Nadis/Times of Israel)

Des manifestants ont bloqué brièvement la rue Ruppin devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem alors qu’ils appellent le gouvernement à accepter un accord pour le retour des otages de Gaza.

« Nous avons appris que le Premier ministre [pourrait] retarder de nombreuses chances de parvenir à un accord », a déclaré le manifestant Gil Dickmann, dont la cousine Carmel Gat est retenue captive à Gaza. « À l’heure actuelle, nous entendons dire qu’un accord est sur la table. »

« Nous devons veiller à ne pas perdre cette chance, sinon il pourrait y avoir un cessez-le-feu… sans le retour des otages. C’est notre plus grande crainte en ce moment. »

Le groupe a quitté la route et est revenue sur les trottoirs après un court instant en réponse aux ordres de la police.

Un petit nombre de contre-manifestants se trouvent à proximité, appelant les dirigeants à ne pas « se plier au Hamas ».

Blinken : Israël a promis d’augmenter son aide à Gaza, 400 camions sont entrés lundi

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’Israël avait pris des « engagements importants » pour accroître l’aide à Gaza, que le pays avait donné suite à certains d’entre eux et qu’il espérait mettre en œuvre d’autres mesures promises dans les prochains jours.

Israël a accepté d’ouvrir un autre passage nord vers Gaza pour l’aide, d’autoriser les livraisons d’aide maritime via son port d’Ashdod, d’étendre l’aide qu’il autorise via la Jordanie et de développer des mécanismes de déconfliction plus efficaces pour garantir la protection des travailleurs humanitaires.

Plus de 400 camions d’aide sont entrés à Gaza hier, « mais ce qui compte… ce [sont] des résultats durables et… cela implique de s’assurer que l’aide… soit distribuée efficacement dans tout Gaza », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse à Washington aux côtés du ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron.

Blinken a noté que les États-Unis et le Royaume-Uni avaient des citoyens retenus en otages par le Hamas et qu’ils travaillaient avec Israël, l’Égypte et le Qatar pour conclure un accord prévoyant une trêve, la libération des otages et une augmentation de l’aide à Gaza.

Le chef naval du CGRI menace de fermer le détroit d’Ormuz, annonce une réponse à l’attaque du consulat

Le sous-marin iranien Ghadir dans le port sud de Bandar Abbas en Iran, le 28 novembre 2012. (Crédit : AP/Agence de presse Fars, Ebrahim Norouzi)
Le sous-marin iranien Ghadir dans le port sud de Bandar Abbas en Iran, le 28 novembre 2012. (Crédit : AP/Agence de presse Fars, Ebrahim Norouzi)

Le commandant de la marine du Corps des Gardiens de la révolution islamique iranien a déclaré qu’il pourrait fermer le détroit d’Ormuz, une route maritime clé par laquelle passe une grande partie du pétrole mondial, si cela était jugé nécessaire.

« Nous pouvons fermer le détroit d’Ormuz, mais nous ne le faisons pas. Cependant, si l’ennemi vient à nous perturber, nous reverrons notre politique », a déclaré le commandant de la marine des Gardiens de la révolution, Alireza Tangsiri, au journal libanais pro-Hezbollah al-Meyadeen.

Il a affirmé que, si des navires nucléaires américains entraient dans les eaux iraniennes, le détroit d’Ormuz « deviendra inutilisable pendant plusieurs années ».

L’Iran avait déjà menacé de fermer le détroit en réponse aux tensions avec Israël et les États-Unis par le passé.

Le commandant a également affirmé que la présence israélienne aux Émirats arabes unis était considérée comme une menace par Téhéran.

« Nous savons que les sionistes n’ont pas été amenés aux Émirats arabes unis à des fins économiques, mais plutôt à des fins sécuritaires et militaires. C’est une menace pour nous et cela ne devrait pas se produire », a déclaré Tangsiri.

Il a également affirmé que l’Iran prend son temps, mais que le pays finirait par répondre à une frappe aérienne israélienne présumée sur son consulat dans la capitale syrienne le 1er avril, qui a tué sept officiers des Gardiens de la révolution, dont deux hauts commandants.

« Nous ne nous laissons pas être touchés sans riposter, mais nous ne nous précipitons pas non plus dans nos représailles », a déclaré Tangsiri.

Pas de génocide à Gaza ni le 7 octobre ni pendant la guerre, dit le chef américain de la Défense

Les États-Unis n’ont aucune preuve qu’Israël commet un génocide à Gaza dans sa guerre contre le Hamas, a déclaré mardi le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin lors d’une audition au Sénat.

« Nous n’en avons aucune preuve », a déclaré Austin à la commission sénatoriale des services armés.

Il a également refusé de qualifier de génocide les atrocités commises par le Hamas le 7 octobre, les qualifiant plutôt de « crime de guerre ».

Austin a affirmé qu’une jetée en construction par les troupes américaines pour faciliter les livraisons humanitaires via une route maritime serait prête d’ici le troisième week-end de ce mois.

Il a affirmé qu’il restait à déterminer qui, à Gaza, distribuerait l’aide apportée au quai.

Les remarques d’Austin ont été temporairement interrompues par des manifestants qui ont brandi un drapeau palestinien et qui ont crié de cesser d’envoyer des armes à Israël. « Arrêtez le génocide », ont-ils dit, levant leurs mains colorées en rouge.

Le ministère israélien des Affaires étrangères s’en prend à Oslo concernant sa position sur le Hamas

Le ministère israélien des Affaires étrangères s’en est pris à la Norvège, affirmant que ce pays européen était le seul parmi les « pays partageant les mêmes idées » sur la guerre à Gaza à continuer de soutenir le groupe terroriste du Hamas tout en refusant de condamner les violences sexuelles contre les victimes israéliennes.

« Il est choquant que les meurtres, viols et autres atrocités commises par les terroristes du Hamas n’aient pas du tout changé la position du gouvernement norvégien », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lior Haiat, sur X.

Ces propos font suite à une déclaration du ministre norvégien des Affaires étrangères dimanche, qui s’attaquait à Israël pour sa gestion de la guerre à Gaza, alléguant « un manquement total au respect des règles du droit humanitaire ».

La déclaration n’évoque que brièvement le massacre du Hamas du 7 octobre et la crise actuelle des otages, mais fait état des efforts déployés par « des pays partageant les mêmes idées et plusieurs pays arabes » pour mettre fin à la guerre.

« Nous avons recherché la déclaration norvégienne et n’avons trouvé aucune référence aux horribles crimes sexuels perpétrés par le Hamas contre des femmes et des hommes israéliens le 7 octobre », a déclaré Haiat.

« La Norvège fait preuve d’un manque de proportionnalité et de deux poids, deux mesures à l’égard de l’État d’Israël », a-t-il accusé.

Les familles d’otages se mobilisent pour un accord avant une réunion de responsables

Des dizaines de personnes convergent vers la place Yigal Shiloh à Jérusalem pour appeler le cabinet de sécurité à rapatrier tous les otages détenus par le Hamas, avant sa réunion du 9 avril 2024. (Crédit : Maya Zanger-Nadis/Times of Israel)
Des dizaines de personnes convergent vers la place Yigal Shiloh à Jérusalem pour appeler le cabinet de sécurité à rapatrier tous les otages détenus par le Hamas, avant sa réunion du 9 avril 2024. (Crédit : Maya Zanger-Nadis/Times of Israel)

Des dizaines de manifestants, dont des proches d’otages détenus à Gaza, se rassemblent sur la place Yigal Shiloh à Jérusalem dans l’espoir de faire pression sur le cabinet de sécurité israélien pour qu’il parvienne à un accord libérant les otages.

Les familles des otages appellent les membres du cabinet à « les regarder dans les yeux » avant de prendre une décision, selon un communiqué du Forum des otages et de leurs proches.

« Le gouvernement est responsable de la vie des otages », scandent-ils. « Le temps presse, ramenez tout le monde, maintenant ! »

Le rassemblement a lieu alors que le cabinet de sécurité s’apprête à tenir une réunion pour discuter des pourparlers sur les otages au Caire, à la suite d’une réunion du cabinet de guerre sur le même sujet en cours.

La réunion est prévue à 19 heures.

Tsahal boucle un exercice militaire dans le nord d’Israël

Un navire de la marine israélienne à proximité de la frontière libanaise lors d'un exercice, dans une image publiée le 9 avril 2024. (Crédit : Forces de défense israéliennes)
Un navire de la marine israélienne à proximité de la frontière libanaise lors d'un exercice, dans une image publiée le 9 avril 2024. (Crédit : Forces de défense israéliennes)

L’armée israélienne a annoncé la fin d’un exercice à grande échelle, dans le nord d’Israël, impliquant la 146e division de réserve, la marine et l’armée de l’air, ainsi que la police et les services de secours.

Selon l’armée, la 146e division, la plus importante division de réserve de Tsahal, intervient en Galilée occidentale depuis le début de la guerre.

Toujours selon l’armée, l’exercice a eu pour objet de simuler plusieurs scénarios, notamment celui de la défense de la région, d’une évacuation des blessés sous le feu et de diverses attaques.

L’armée israélienne affirme que l’exercice a vocation à « améliorer encore l’état de préparation et renforcer la coopération entre les forces ».

« L’armée israélienne continue de s’entraîner avec beaucoup de détermination pour faire face à toutes les menaces et tentatives de l’ennemi de nuire aux citoyens d’Israël ou de son territoire », a ajouté Tsahal.

Le nord d’Israël fait l’objet d’attaques quotidiennes de la part de l’organisation terroriste du Hezbollah.

Israël a indiqué ne plus tolérer la présence du Hezbollah le long de sa frontière suite à l’attaque du Hamas, le 7 octobre dernier, ajoutant qu’à défaut d’une solution diplomatique, une action militaire serait menée pour repousser le Hezbollah vers le nord.

Israël achète des tentes pour abriter près de 500 000 personnes avant son offensive sur Rafah

Israël veut acquérir un stock de tentes d’une capacité suffisante pour abriter près d’un demi-million de personnes en prévision de son offensive sur Rafah, qu’elle considère comme le dernier bastion du Hamas dans la bande de Gaza, a indiqué mardi à l’AFP une source gouvernementale.

L’appel d’offre publié sur le site internet du ministère de la Défense porte sur l’achat de 40 000 tentes de 12 places chacune, soit 480 000 places.

« Je confirme qu’un appel d’offres a été ouvert, destiné à la bande de Gaza », a indiqué la source ayant requis l’anonymat, sans préciser où les tentes seront installées.

L’armée israélienne estime que le Hamas conserve quatre bataillons à Rafah, ville de l’extrême sud de la bande de Gaza près de la frontière fermée avec l’Egypte, où se sont réfugiés environ 1,5 million de Gazaouis ayant fui les bombardements et les combats qui font rage depuis l’attaque du groupe terroriste islamiste palestinien en Israël le 7 octobre.

Tsahal diffuse des images de l’interception d’un drone au-dessus d’Eilat

Tsahal diffuse des images de l’interception, la nuit dernière, d’un drone au-dessus de la région d’Eilat, par le système de défense aérienne Dôme de fer monté sur un navire, connu sous le nom de C-Dome.

Dans un communiqué, Tsahal confirme que le drone a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis l’est.

La cible a été suivie tout au long de l’incident et, en coordination avec le contrôle du trafic aérien, une corvette de classe Sa’ar 6 a tiré des missiles d’interception sur le drone et l’a abattu, selon Tsahal.

La Résistance islamique d’Irak, une coalition de groupes paramilitaires soutenus par l’Iran, affirme ce matin avoir visé une « cible vitale » non précisée en Israël ainsi que la base aérienne de Hatzerim, près de Beer Sheva.

Une frappe aérienne sur Khan Younès a tué un terroriste qui avait participé au massacre du 7 octobre – Tsahal

L’armée israélienne déclare qu’une récente frappe aérienne dans le sud de Gaza, à Khan Younès, a tué un terroriste qui avait participé à l’assaut du 7 octobre.

Au cours de la journée de lundi, l’armée de l’air israélienne a également frappé plusieurs sites appartenant à des groupes terroristes dans la bande de Gaza, y compris des bâtiments, des positions de lancement de roquettes et d’autres infrastructures, selon l’armée.

Parmi les cibles se trouvaient également un bâtiment et des puits de tunnel adjacents à un site de lancement utilisé lors d’une attaque à la roquette sur Réïm hier, selon Tsahal.

Tsahal ajoute que la Brigade Nahal continue d’opérer dans le centre de Gaza, où elle affirme que les troupes ont tué plusieurs hommes armés au cours de la journée écoulée dans des combats rapprochés.

D’autres hommes considérés par les troupes comme une menace ont été tués lors de frappes aériennes et de tirs de snipers, ajoute Tsahal.

Tsahal publie un rectificatif après la publication d’une vidéo présentée par erreur comme une frappe sur un commandant du Hezbollah

Contactée par le Times of Israel, l’armée israélienne a publié la vidéo correcte d’une frappe dans la région d’As-Sultaniyah, au Sud-Liban, au cours de laquelle un commandant du Hezbollah a été tué.

La vidéo initialement publiée par Tsahal était celle d’une autre frappe sur une position du Hezbollah à Kafr Kila, et était accompagnée d’une légende – erronée – comme étant la frappe sur le commandant.

« L’incident a fait l’objet d’une enquête et les leçons nécessaires ont été tirées pour éviter de futures erreurs », a déclaré Tsahal en réponse à une question.

Tsahal déclare avoir ciblé des sites de l’armée syrienne dans le sud de la Syrie après des tirs de roquettes sur le plateau du Golan

Tsahal a ciblé cette nuit des sites appartenant à l’armée syrienne dans la ville de Mhajjah, en réponse à des tirs de roquettes sur le plateau du Golan, selon l’armée.

Un autre poste de l’armée syrienne a été bombardé par l’artillerie, de même que le site de lancement des roquettes, ajoute l’armée.

Cette nuit également, deux projectiles ont été tirés depuis le Liban sur la zone de Misgav Am, touchant des zones ouvertes et ne faisant aucun blessé, selon l’armée.

Tsahal confirme une frappe nocturne dans le centre de Gaza visant le chef du « comité d’urgence » du Hamas

Hatem al-Ghamri, le chef du comité d'urgence du Hamas à Gaza, tué lors d'une frappe nocturne dans le camp de Maghazi, au centre de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Hatem al-Ghamri, le chef du comité d'urgence du Hamas à Gaza, tué lors d'une frappe nocturne dans le camp de Maghazi, au centre de Gaza, le 8 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne confirme avoir effectué une frappe dans le camp Maghazi de Gaza la nuit dernière, visant Hatem al-Ghamri, le chef du « comité d’urgence » dans la partie centrale de la bande.

Le comité d’urgence est un organe du Hamas chargé de maintenir l’ordre public et le contrôle civil dans les municipalités de la bande de Gaza.

Selon Tsahal, al-Ghamri était également un agent de l’aile militaire du Hamas, responsable des tirs de roquettes depuis la région de Maghazi.

Les médias palestiniens ont rapporté qu’au moins cinq personnes ont été tuées dans cette attaque.

La Turquie restreint ses exportations vers Israël

La Turquie a restreint mardi les exportations vers Israël de nombreuses marchandises, dont des produits faits d’acier, de fer et d’aluminium, a annoncé le ministère turc du Commerce.

« Cette décision restera en vigueur jusqu’à ce qu’Israël déclare un cessez-le-feu immédiat et autorise l’accès continu de l’aide humanitaire à Gaza », a affirmé le ministère dans un communiqué.

Gallant informe Austin sur le retrait des forces israéliennes de certaines parties de la bande de Gaza et sur les futurs plans de guerre

Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et son homologue israélien Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et son homologue israélien Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe, à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a souligné « la nécessité urgente d’accroître considérablement l’acheminement de l’aide humanitaire à Gaza, notamment en mettant en œuvre les mesures approuvées par le cabinet de guerre israélien, lors d’un appel téléphonique avec le ministre de la Défense, Yoav Gallant, qui a eu lieu lundi, selon le Pentagone.

Les deux hommes ont également discuté de l’enquête menée par Tsahal sur la frappe meurtrière contre le convoi de la World Central Kitchen la semaine dernière et « de la nécessité de modifier les procédures pour que de tels incidents ne se reproduisent plus », selon le communiqué américain.

« Gallant a fourni des détails sur le retrait des forces israéliennes de certaines parties de Gaza et sur l’avenir de la campagne israélienne contre le Hamas », ajoute le communiqué.

« Austin a exprimé son engagement à soutenir le retour inconditionnel de tous les otages et a exprimé l’espoir que les négociations en cours aboutissent à une pause dans les hostilités. »

Il « a également affirmé le soutien indéfectible des États-Unis à la défense d’Israël à la lumière des menaces posées par l’Iran et son réseau de mandataires », ajoute le communiqué.

 

 

Le Hamas affirme que la proposition « intransigeante » d’Israël ne répond à aucune demande palestinienne

Dans un communiqué publié tôt dans la matinée, le Hamas affirme que la proposition de trêve et d’accord de libération d’otages qu’Israël a reçue des médiateurs qatari et égyptien ne répond à aucune des demandes des factions palestiniennes.

Toutefois, le groupe terroriste ajoute qu’il étudiera la proposition, qu’il qualifie « d’intransigeante », et qu’il transmettra sa réponse aux médiateurs.

Cette déclaration s’inscrit dans le cadre des efforts intensifs déployés par les États-Unis pour parvenir à un accord sur la libération de plus de 100 otages détenus par des groupes terroristes dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, en échange d’une trêve dans la guerre en cours.

L’accord actuellement en discussion prévoirait la libération de quelque 40 prisonniers israéliens détenus à Gaza en échange d’une trêve et la libération de centaines de prisonniers de sécurité palestiniens, dont certains ont été reconnus coupables d’attaques meurtrières.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.