Rechercher

L’ONU marque l’anniversaire du Plan de partition de 1949, Erdan fulmine

L'ambassadeur a rappelé que les Juifs avaient accepté le vote du 29 novembre 1947, alors que les Arabes avaient décidé de déclarer la guerre

L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan lance une campagne pour protester contre la décision de l'ONU de mettre en avant le droit au retour des Palestiniens à l'occasion de l'anniversaire de l'adoption en 1947 du plan de partage qui a vu la création d'un État juif. (Crédit : Shahar Azran)
L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan lance une campagne pour protester contre la décision de l'ONU de mettre en avant le droit au retour des Palestiniens à l'occasion de l'anniversaire de l'adoption en 1947 du plan de partage qui a vu la création d'un État juif. (Crédit : Shahar Azran)

Israël a protesté lundi contre le fait que les Nations unies aient choisi de marquer le 74e anniversaire du vote historique sur le plan de partition, qui prévoyait un État juif aux côtés d’un État arabe dans la Palestine mandataire britannique, en organisant un événement de solidarité avec les Palestiniens.

L’ambassadeur israélien auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a qualifié de « scandaleuse » la décision de tenir un événement à l’Assemblée générale visant à renforcer le « droit au retour » des Palestiniens en ce jour.

Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies a voté pour reconnaître la création d’un État juif dans certaines parties du mandat. Les Juifs ont accepté le plan avec enthousiasme, tandis que les Palestiniens et les États arabes voisins l’ont rejeté et ont lancé ce qui allait devenir la guerre d’indépendance d’Israël.

« Le 29 novembre, il y a exactement 74 ans, les Nations unies ont reconnu le droit du peuple juif à un État. Les Juifs et Israël ont accepté ce plan de partage et les Palestiniens et les pays arabes l’ont rejeté et ont essayé de nous détruire », a déclaré Erdan.

« Les Palestiniens et les pays arabes n’ont pas seulement attaqué Israël, l’État juif, ils ont également persécuté, massacré et finalement expulsé les communautés juives dans leurs propres pays », a-t-il ajouté, accusant la communauté internationale d’ignorer ces événements et de se concentrer uniquement sur les Palestiniens.

« Au lieu de cela, l’ONU a l’audace d’organiser un événement de solidarité avec les Palestiniens le jour anniversaire de la décision des Palestiniens de choisir la violence. Et le jour où les Palestiniens ont choisi la violence, l’ONU ose également mettre en avant… le scandaleux, le faux ‘droit au retour’, une demande qui conduirait à l’effacement total de l’État juif », a-t-il déclaré.

Le « droit au retour » est l’un des principaux points de litige dans le conflit israélo-palestinien. Les Palestiniens affirment que cinq millions de personnes – des dizaines de milliers de réfugiés originaires de ce qui est aujourd’hui Israël, et leurs millions de descendants – ont le droit de retourner sur leurs terres ancestrales.

Israël rejette cette demande, affirmant qu’elle représente une tentative des Palestiniens de détruire Israël démographiquement. La population d’Israël compte près de neuf millions d’habitants, dont les trois quarts sont juifs. Un afflux de millions de personnes signifierait qu’Israël ne pourrait plus être un État à majorité juive.

Pour mettre en exergue ces problèmes, la mission d’Israël auprès de l’ONU a lancé lundi une campagne en collaboration avec le Congrès juif mondial. Des camions circuleront dans New York avec le message « N’effacez pas l’histoire juive ».

Erdan souhaite particulièrement rappeler le sort des centaines de milliers de Juifs qui ont été expulsés des terres arabes après la création de l’État d’Israël et dont les biens ont été confisqués.

« En mettant en avant et en amplifiant d’un côté le récit faux et dangereux des Palestiniens et en taisant… les vraies… histoires tragiques des réfugiés juifs qui ont été expulsés des pays arabes et d’Iran, l’ONU efface l’histoire juive et déforme la vérité et nous ne permettrons jamais que cela se produise », a déclaré Erdan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...