L’Union sioniste manifeste un soutien mitigé à la zone de prière mixte au mur Occidental
Rechercher

L’Union sioniste manifeste un soutien mitigé à la zone de prière mixte au mur Occidental

Le projet d'un espace égalitaire est une impasse politique, et ne serait "pas important" pour "la plupart des israéliens"

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Un policier se tient devant une cloison de fortune érigée devant un office de prière orthodoxe à l'esplanade égalitaire du mur Occidental, le 14 juin 2016 (Capture d'écran: Facebook)
Un policier se tient devant une cloison de fortune érigée devant un office de prière orthodoxe à l'esplanade égalitaire du mur Occidental, le 14 juin 2016 (Capture d'écran: Facebook)

L’Union sioniste a attribué sa motion de censure lors de la session plénière à l’incapacité du gouvernement à mettre en œuvre un projet pour établir une section non-confessionnelle au mur Occidental.

Cependant, à la lumière de récents évènements, le député qui a présenté la motion, Nachman Shai, a condamné les efforts du gouvernement pour conserver l’avant-poste d’Amona dans une législation controversée.

Lorsqu’il évoque l’impasse politique qui entoure la section de prière non-orthodoxe, Shai reconnaît que « pour la plupart des Israéliens, ce n’est pas important », mais il ajoute : « ça l’est pour le judaïsme américain ».

« Ils s’attendent à recevoir, et non pas à donner », dit-il.

Le ministre sans portefeuille Tzachi Hanegbi, représentant le gouvernement, espère que le projet avancera en dépit des objections des ultra-orthodoxes.

Mais il exhorte tous ceux qui sont impliqués à ne pas « attiser le feu » et à ne pas rentrer en conflit avec les autres fidèles au mur Occidental.

Il accuse les courants non-orthodoxes de cette impasse, associant le gel de la mise en œuvre ainsi que la controverse à la réponse enthousiaste des juifs conservateurs et réformés à l’annonce de la décision initiale du gouvernement.

« Parfois, quand on gagne, il ne faut pas le célébrer », reproche Hanegbi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...