Lutter contre l’extrémisme est une responsabilité régionale et mondiale
Rechercher

Lutter contre l’extrémisme est une responsabilité régionale et mondiale

Le roi Abdallah II de Jordanie a rappelé que "le terrorisme représente le plus grand danger pour notre région"

Le roi Abdallah II de Jordanie lors d'une interview avec la journaliste Christiane Amanpour, mai 2011 (Crédit : capture d’écran Youtube/ABCnews)
Le roi Abdallah II de Jordanie lors d'une interview avec la journaliste Christiane Amanpour, mai 2011 (Crédit : capture d’écran Youtube/ABCnews)

Le roi Abdallah II de Jordanie a souligné dimanche que les « groupes terroristes » étaient « une menace pour de nombreux pays », affirmant que la lutte contre l' »extrémisme est une responsabilité régionale et internationale commune ».

« Le terrorisme représente le plus grand danger pour notre région (…) en particulier celui de certains groupes extrémistes qui menacent de nombreux pays de la région et du monde », a déclaré le roi Abdallah II, faisant allusion au groupe djihadiste Etat islamique (EI) qui contrôle de vastes zones de la Syrie et de l’Irak voisins.

« Faire face à l’extrémisme relève de la responsabilité régionale et de la coopération internationale, mais surtout de nous, musulmans, contre ceux qui cherchent à détourner nos communautés et nos générations vers le fanatisme et l’extrémisme », a-t-il ajouté.

« La Jordanie continuera de répondre aux tentatives de détourner notre religion, en luttant contre les forces du mal, l’injustice et le terrorisme, parce qu’avant tout autre chose c’est notre position et notre message qui sont pris pour cible par les ennemis de l’islam », a déclaré Abdallah II qui s’exprimait à l’occasion de la nouvelle session parlementaire.

Les déclarations du monarque jordanien surviennent deux jours après les attentats revendiquées par l’EI qui ont ensanglanté Paris, faisant au moins 129 morts. L’EI avait aussi revendiqué des attentats ayant tué 44 personnes dans un fief du Hezbollah à Beyrouth jeudi.

L’EI contrôle de vastes zones en Irak et en Syrie où la guerre a fait au moins 250 000 morts depuis mars 2011.

Le roi de Jordanie a part ailleurs appelé à une solution globale à la crise syrienne, réaffirmant la nécessité de « mettre fin à la souffrance prolongée, avec la participation de toutes les composantes du peuple syrien pour assurer l’unité de la Syrie et la stabilité de son avenir ».

Selon le HCR, la Jordanie, qui partage avec la Syrie quelque 370 kilomètres de frontière, accueille plus de 600 000 réfugiés syriens. Le gouvernement jordanien estime leur nombre à plus de 1,4 million, soit 20 % de la population du royaume.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...