Mahmoud Abbas reçu vendredi à l’Elysée
Rechercher

Mahmoud Abbas reçu vendredi à l’Elysée

"Le temps n'est pas à une initiative française", a précisé Emmanuel Macron au roi de Jordanie

Le roi de Jordanie Abdallah II, à gauche, et le président français Emmanuel Macron au Palais de l'Elysée , à Paris, le 19 juin 2017. (Crédit : Gonzalo Fuentes/Pool/AFP)
Le roi de Jordanie Abdallah II, à gauche, et le président français Emmanuel Macron au Palais de l'Elysée , à Paris, le 19 juin 2017. (Crédit : Gonzalo Fuentes/Pool/AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas sera reçu vendredi matin par Emmanuel Macron, deux semaines après le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a annoncé mardi le président français après un entretien avec le roi Abdallah II de Jordanie.

La France a « la volonté de discuter avec les deux parties » israélienne et palestinienne « auxquelles nous ne pouvons nous substituer pour construire la paix », a expliqué M. Macron.

« Je pense que c’est une erreur » de vouloir « faire ce processus à leur place », a-t-il ajouté devant la presse.

« Le temps n’est pas à une initiative française » sur ce dossier, selon lui.

Le 10 décembre, à l’issue d’un déjeuner à l’Elysée, le chef de l’Etat français avait appelé Netanyahu à faire des « gestes courageux » envers les Palestiniens pour « sortir de l’impasse actuelle » et permettre « la reprise du dialogue israélo-palestinien ».

Emmanuel Macron et Mahmoud Abbas à l’Élysée le 5 juillet 2017 (Crédit : capture d’écran Elysée)

Le roi Abdallah II a pour sa part indiqué qu’il avait « bon espoir qu’il y ait une avancée ».

« Nous allons attendre que, dans les deux à trois prochains mois, les Américains présentent leur plan » comme Washington l’a annoncé. Avec, pour Amman, la volonté que « les Palestiniens puissent établir leur Etat indépendant avec Jérusalem-est comme capitale ».

Macron a confirmé son intention de se rendre au printemps ou à l’été 2018 en Jordanie, qui « est un partenaire incontournable » pour la France au Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...