Manifestation pro-palestinienne à Londres
Rechercher

Manifestation pro-palestinienne à Londres

Lors d'un événement organisé au King's college, en présence de l'ancien chef du Shin Bet, une manifestation a dégénéré

Vue aérienne sur le Parlement britannique à Londres (Crédit :	Josep Renalias/Wikimedia commons/CC BY 3.0)
Vue aérienne sur le Parlement britannique à Londres (Crédit : Josep Renalias/Wikimedia commons/CC BY 3.0)

Une manifestation lors d’un événement pro-israélien dans une université de Londres mardi est devenue violente lorsque des activistes pro-palestiniens ont brisé une fenêtre et jeté des chaises.

Ils auraient également agressé un organisateur.

La police a dû être appelée sur place pour réprimer la mêlée à l’événement organisé au King’s College où l’ancien chef du Shin Bet, Ami Ayalon, devait intervenir.

Un responsable du gouvernement britannique a qualifié l’émeute de « totalement inacceptable ».

Les manifestants ont réagi ainsi à leur exclusion de la salle de conférence bondée où l’événement se tenait en tapant sur les fenêtres et en scandant « libérez la Palestine » et en déclenchant les alarmes d’incendie dans le bâtiment, a signalé le Jewish Chronicle.

Esther Endfield, l’une des organisatrices de l’événement, a dit sur Facebook qu’elle avait également été agressée lors de la manifestation.

Endfield a également publié une vidéo montrant la mêlée.

Aucune arrestation n’avait été faite en début de soirée. La police a déclaré qu’une femme a été frappée par un manifestant, mais personne n’a été blessé.

Dans un tweet, la baronne Susan Williams, la sous-secrétaire d’État parlementaire du département des Communautés et du Gouvernement local du Royaume-Uni, a déclaré qu’elle était « consternée d’entendre les rapports sur les manifestations violentes lors de la réunion du Kings College Israel Society hier. [C’est] totalement inacceptable ».

L’ambassade d’Israël à Londres a déclaré au Chronicle que l’incident était « choquant et honteux ».

L’université a lancé une enquête sur l’incident, selon le journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...