Rechercher

Mansour Abbas balaie d’un revers de main les accusations de trahison de Sinwar

Le chef du parti islamiste Raam a répondu au chef du groupe terroriste à Gaza, qui l'a accusé d'avoir commis le "crime impardonnable" de soutenir le gouvernement israélien

Le chef du parti Raam, le député Mansour Abbas à gauche, assiste à une conférence à Tel Aviv, le 11 avril 2022 ; Yahya Sinwar, gouverneur du Hamas à Gaza à droite, prend la parole lors d'une réunion dans la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90 ; Mahmud Hamas/AFP)
Le chef du parti Raam, le député Mansour Abbas à gauche, assiste à une conférence à Tel Aviv, le 11 avril 2022 ; Yahya Sinwar, gouverneur du Hamas à Gaza à droite, prend la parole lors d'une réunion dans la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90 ; Mahmud Hamas/AFP)

Le leader du parti Raam, Mansour Abbas, a répondu à Yahya Sinwar dans une interview samedi.

Le chef du mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas, à la tête de la bande de Gaza, avait déclaré que le chef du parti islamiste commettait un « crime impardonnable » en soutenant le gouvernement d’Israël.

« Nous ne devons rien à Yahya Sinwar ni à personne d’autre. Nous faisons ce qui est bon pour la communauté arabe et la nation palestinienne », a déclaré Abbas à la Douzième chaîne.

Plus tôt dans la journée de samedi, Yahya Sinwar avait prononcé un long discours dans lequel il avait fait l’éloge de la récente vague de terrorisme qui a fait 15 morts parmi les Israéliens, et il avait mis en garde Israël contre toute action entreprise sur le Mont du Temple de Jérusalem, après des affrontements quasi-quotidiens sur le lieu saint.

Il avait critiqué le parti Raam et avait appelé Abbas « Abou Righal » – un traître légendaire dans la légende pré-islamique.

« Que vous serviez de soutien à ce gouvernement qui viole Al-Aqsa est un crime impardonnable », a déclaré Sinwar. « Le fait que vous serviez de couverture de sécurité à ce gouvernement est un crime pour lequel vous ne serez jamais pardonné. Vous rejetez votre religion, votre identité arabe et votre identité nationale. »

« Pour un Arabe, dire qu’il s’agit d’un État juif est le comble de la dégénérescence », avait déclaré Sinwar. « Vous obtenez quelques réalisations pour la société arabe, en échange de la violation d’Al-Aqsa ? »

Des Palestiniens – l’un d’entre eux brandit un drapeau du Hamas – affrontent la police israélienne à la mosquée al-Aqsa, sur le mont du Temple de Jérusalem, le 22 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Répondant à Sinwar, Abbas a déclaré qu’il croyait que Raam tentait actuellement de mener à bien un processus qui, à terme, facilitera la paix entre Israël et les Palestiniens.

« Nous pensons que le processus que nous menons à l’intérieur de l’État d’Israël, ce processus de partenariat, de dialogue tolérant, fera également progresser la paix de manière plus générale entre le peuple d’Israël et le peuple palestinien », a-t-il dit dans l’interview.

« Nous ne lui devons rien. Nous prenons nos décisions ici, dans le cadre de nos institutions. Nous demanderons conseil auprès de tous les membres de la communauté arabe… et personne ne nous dira ce que nous pouvons faire ou ce que nous ne pouvons pas faire », a ajouté Abbas.

Des responsables de Raam ont déclaré à la chaîne publique Kan que le discours de Sinwar était une « incitation » au soulèvement contre le parti.

« Nous n’écouterons pas les sermons de Sinwar. Il s’occupera de Gaza, et nous nous occuperons des Arabes israéliens », ont déclaré des responsables du parti à Kan.

Les responsables du Mouvement islamique seraient toutefois mécontents qu’Abbas se soit frotté à Sinwar. Le Raam est l’aile politique du Mouvement islamique du Sud, une organisation inspirée par les Frères musulmans.

« Il n’était pas nécessaire de répondre aux propos de Sinwar. Nous n’avons aucun intérêt à nous disputer avec le Hamas », ont déclaré des responsables du Mouvement islamique à la Douzième chaîne.

Raam a suspendu son adhésion à la coalition après les récents affrontements entre Palestiniens et policiers à Al-Aqsa. Bien que les tensions ne se soient pas aggravées, Raam n’a pas encore réintégré officiellement le gouvernement.

Abbas a publiquement adopté un programme politique qui cherche à obtenir des résultats tangibles pour les Arabes israéliens. Dans des entretiens en arabe et en hébreu, l’islamiste a déclaré qu’Israël « était un État juif et le restera ».

Le site jumeau en hébreu du Times of Israel, Zman Yisrael, a rapporté vendredi que le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et Abbas avaient conclu un accord pour que Raam revienne au bercail. Dans son interview de samedi, Abbas a déclaré : « Nous sommes actuellement en pourparlers et nous essayons de trouver des solutions. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...