Manuel Valls s’exprime sur le plan d’annexion israélien
Rechercher

Manuel Valls s’exprime sur le plan d’annexion israélien

L’ancien Premier ministre français et actuel conseiller municipal de Barcelone a déclaré qu’il faut "avancer vers la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël"

L'ancien Premier ministre français Manuel Valls au cours du sixième forum global de lutte contre l'antisémitisme au centre de convention de Jérusalem, le 22 mars 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
L'ancien Premier ministre français Manuel Valls au cours du sixième forum global de lutte contre l'antisémitisme au centre de convention de Jérusalem, le 22 mars 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Manuel Valls estime que le plan d’annexion israélien pourrait « peut-être [représenter] l’occasion pour l’Europe et pour la diplomatie de changer de discours » au sujet d’Israël, a-t-il affirmé dimanche sur la chaine i24NEWS.

L’ancien Premier ministre français et conseiller municipal de Barcelone a ajouté « qu’on voit bien que le plan Trump a bousculé les éléments, que la réalité sur le terrain n’est plus la même que celle que nous avons connue au moment des négociations d’Oslo ».

« Les diplomates européens et donc français doivent intégrer toutes ces nouvelles donnes. Je considère qu’il faut avancer vers la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et qu’il faut que les Palestiniens saisissent les occasions de discuter », a-t-il ajouté.

« Beaucoup de responsables politiques français ou européens ne connaissent pas la réalité du terrain. Disons-le clairement : c’est quoi pour nous Israël ? C’est un ami. C’est aussi d’abord un allié stratégique. Nous partageons les mêmes valeurs universelles », a déclaré Manuel Valls.

Israël pourrait annexer de larges pans de Cisjordanie et de la vallée du Jourdain à partir du 1er juillet, dans le cadre du plan de paix proposé par l’administration Trump.

Le mois dernier, Manuel Valls s’était notamment exprimé sur la situation de l’antisémitisme en France – et notamment sur Internet.

« Je combats l’antisémitisme », avait-il expliqué. « On a fait preuve de cécité quand les actes antisémites ont augmenté dans les années 1980 et au début des années 2000 quand la haine des Juifs s’est mélangée à la haine de l’Etat d’Israël. L’anti-sionisme rime avec antisémitisme. Le message, cela doit être celui de la confiance, bien sûr de la vigilance. Car dans ce monde connecté que nous connaissons, l’on cherche toujours des boucs émissaires. »

Ces dernières semaines, Manuel Valls est régulièrement intervenu dans les médias français. Interrogé par RTL sur un éventuel retour politique en France, il a laissé plané le doute, sans répondre directement à la question.

Il avait prévu de se rendre en Israël ce printemps dans le cadre d’une rencontre où il devait s’exprimer sur son parcours personnel et politique. L’évènement a finalement été reporté à une date ultérieure, non précisée, en raison de l’épidémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...