Rechercher

Matières premières en hausse : les menaces des entrepreneurs en Israël

Les groupes de constructeurs exigent que les contrats soient réajustés pour refléter les hausses réelles des coûts de construction

Des membres de l'Association des constructeurs israéliens protestent contre le gouvernement israélien à Tel Aviv, le 31 juillet 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90 )
Des membres de l'Association des constructeurs israéliens protestent contre le gouvernement israélien à Tel Aviv, le 31 juillet 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90 )

L’Association des constructeurs israéliens, une organisation qui représente les entreprises de construction et d’infrastructure du pays, a déclaré que le secteur de la construction en Israël avait atteint un stade critique et qu’il s’effondrerait si on ne l’aidait pas à davantage absorber les coûts des matières premières qui ne cessent d’augmenter.

Les entreprises chargées de travailler sur les bâtiments publics et les infrastructures ont menacé d’arrêter tous les projets de construction, affirmant qu’elles ne peuvent continuer à livrer aux prix contractuels convenus.

Les entreprises se plaignent d’être obligées d’absorber les hausses vertigineuses des prix des projets publics, car le gouvernement ne réagit pas de manière adéquate à l’inflation galopante des matières premières. Ces coûts ne se contentent pas de réduire les bénéfices potentiels, mais les détruisent complètement, faisant en sorte que les contrats signés lorsque les matériaux coûtaient moins cher se transforment en perte d’argent pour les entreprises concernées, ont-elles expliqué.

Une manifestation organisée en début de semaine à Tel Aviv a montré une industrie qui tente de se faire entendre. Le président du syndicat du bâtiment et des industries connexes, Yitzhak Moyal, a menacé que « si le gouvernement continue à l’ignorer, nous fermerons toute l’industrie de la construction ».

« Nous sommes avec vous. Il n’est pas possible que l’État ignore vos justes revendications. Il n’est pas possible que cette crise se poursuive sans l’aide du gouvernement », a-t-il déclaré aux manifestants.

Le Times of Israel a précédemment rapporté que le coût des matières premières de construction a augmenté au-delà de toute attente pendant une longue période, en raison des perturbations causées d’abord par la pandémie COVID-19, puis par la guerre initiée par la Russie contre l’Ukraine.

Vue d’un chantier de construction dans la ville israélienne de Be’er Ya’akov, située dans le centre du pays, le 22 février 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Israël dispose d’un mécanisme établi pour gérer cette situation, connu sous le nom d’indice de construction. Il s’agit d’un outil utilisé lorsque le prix d’un projet est fixé avant que la construction ne soit achevée. Il crée un lien qui permet au prix du travail restant d’augmenter en fonction de la hausse des coûts des matériaux de construction, de sorte que les entrepreneurs prennent moins de risques sur la rentabilité des projets.

Les derniers chiffres du Bureau central des statistiques montrent des hausses de 4,4 % entre janvier et juin pour l’indice de la construction résidentielle, de 5,3 % pour l’indice de la construction commerciale et de 5,1 % pour l’indice du pavage et du pontage. Ces hausses sont importantes, si l’on se réfère aux augmentations historiques des indices. Mais des sources mondiales suggèrent que les augmentations réelles des coûts des matières premières de construction cette année devraient se situer entre 10 et 25 %, les prix des produits de base tels que le ciment, l’aluminium et le bois augmentant considérablement.

Les entreprises de construction israéliennes affirment que des gouvernements tels que l’Italie, la Grèce, la France et la Bulgarie ont trouvé différents moyens de compenser les entrepreneurs pour les hausses de prix en appliquant des augmentations rétroactives et en subventionnant de nouveaux projets.

Les dirigeants du secteur de la construction affirment que le gouvernement israélien n’a pas su proposer de solutions. Ils estiment que les augmentations de l’indice de la construction sont insuffisantes et qu’elles ne s’appliquent pas de manière générale aux travaux du secteur public. Bien qu’il y ait déjà eu des négociations sur cette question avec le gouvernement, ces discussions n’ont pas abouti.

Selon l’Association des constructeurs, l’incapacité à résoudre efficacement la situation a entraîné la faillite de plus de 600 entrepreneurs en 2021, et de nombreux autres souffrent de l’incertitude quant à leur avenir dans le cadre des dispositions actuelles.

Les constructeurs exhortent le gouvernement à offrir des fonds supplémentaires pour les projets dépassant l’indice de construction, afin de refléter le fait qu’il est beaucoup plus coûteux de construire aujourd’hui qu’il y a un an. Ils affirment que les marges bénéficiaires sur ces projets sont insuffisantes pour absorber le niveau d’augmentation des coûts des matières premières que l’on observe actuellement.

Raul Sargo, président de l’association des constructeurs, a déclaré cette semaine dans un communiqué que « le gouvernement israélien doit considérer l’entrepreneur comme un partenaire et non comme un ennemi… La situation est grave et nuit aux entrepreneurs et aux travailleurs. Pour le bien de l’industrie et pour le bien d’Israël, nous demandons au gouvernement de s’engager à nos côtés et de nous aider à tenir nos engagements ».

Ce n’est pas la première fois que l’Association des constructeurs israéliens déplore l’augmentation des coûts des matières premières et l’effet limité de l’indice de la construction, mais elle semble maintenant faire monter les enchères alors que les augmentations de prix dans le monde entier ne montrent aucun signe d’apaisement et que les retards et les pénuries ne cessent de se multiplier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...