Mont du Temple : Aucune décision prise après la rencontre du cabinet de sécurité
Rechercher

Mont du Temple : Aucune décision prise après la rencontre du cabinet de sécurité

Les ministres se réuniront à nouveau lundi après-midi pour continuer le débat à propos des détecteurs de métaux sur le lieu saint

Benjamin Netanyahu, Yuval Steinitz et Gilad Erdan, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, dimanche 23 novembre (Crédit : Ohad Zwigenberg/POOL/FLASH90)
Benjamin Netanyahu, Yuval Steinitz et Gilad Erdan, lors de la réunion hebdomadaire du cabinet, à Jérusalem, dimanche 23 novembre (Crédit : Ohad Zwigenberg/POOL/FLASH90)

Le cabinet sécuritaire a mis un terme à plus de six heures de délibérations sur la crise du mont du Temple aux premières heures de la matinée de lundi sans que soit prise aucune décision majeure.

Les ministres se réuniront à nouveau dans l’après-midi lundi pour continuer leurs débats sur les tensions et les violences en cours qui surviennent autour de ce lieu saint de Jérusalem, selon la Dixième chaîne.

Il n’y a eu aucune déclaration officielle à l’issue de la réunion.

Ce forum de haut-niveau s’était réuni pour évoquer les moyens de réduire les tensions dans un contexte d’agitations qui se sont largement propagées à Jérusalem et en Cisjordanie suite à un attentat terroriste au cours duquel un terroriste palestinien a sauvagement assassiné trois membres d’une même famille au cours d’un dîner de Shabbat. Ils ont été enterrés dimanche en fin d’après-midi à Modiin.

Les ministres ont également discuté d’un incident survenu à l’ambassade israélienne en Jordanie. Un gardien israélien a été poignardé et a tué son attaquant et un autre homme, ce qui pourrait potentiellement encore aggraver des tensions qui se sont accélérées entre Jérusalem et Amman.

Le cabinet avait été réuni à l’origine pour réexaminer la question de l’usage continu des détecteurs de métaux – mis en place sur le mont du Temple après l’assassinat de deux policiers israéliens par des terroristes arabes armés du lieu saint, le 14 juillet dernier. Une rencontre précédente dans la nuit de jeudi avait mené à prendre la décision d’autoriser la police à laisser les détecteurs à leur place, contre l’avis de l’armée israélienne et des services de sécurité du Shin Bet, ont néanmoins fait savoir certaines sources.

Depuis que les détecteurs de métaux ont été installés il y a une semaine, cinq Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres blessés lors d’émeutes.

Vendredi soir, trois membres de la famille Salomon, qui fêtaient la naissance d’un petit-fils, ont été tués à l’arme blanche dans leur habitation de l’implantation de Halamish par un terroriste palestinien de 19 ans.

Des amis et des proches se recueillent sur la tombe de Yosef Salomon, 70 ans, sa fille Haya, 46 ans, et son fils Elad, 36 ans, après leurs funérailles qui ont réuni des milliers de personnes au cimetière de Modiin, le 23 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/ FLASH90)
Des amis et des proches se recueillent sur la tombe de Yosef Salomon, 70 ans, sa fille Haya, 46 ans, et son fils Elad, 36 ans, après leurs funérailles qui ont réuni des milliers de personnes au cimetière de Modiin, le 23 juillet 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/ FLASH90)

Des personnalités politiques et des chefs religieux musulmans palestiniens ont mis de l’huile sur le feu en prétendant qu’Israël tente de briser un statu-quo fragile et d’étendre son contrôle sur le lieu saint de Jérusalem sous prétexte de sécurité. Israël dément cela avec véhémence.

Le ministre de la Sécurité intérieur Gilad Erdan, partisan affirmé des mesures de sécurité, a soulevé dimanche la possibilité du retrait des détecteurs de métaux si une alternative était trouvée.

Il a indiqué que les mesures de sécurité sur cette esplanade de presque 15 hectares, avec huit portes d’entrée à destination des fidèles musulmans, étaient insuffisantes avant l’attentat terroriste.

« Nous avons besoin de mesures de sécurité différentes et de moyen pour pouvoir contrôler (ceux qui entrent) ici », a-t-il indiqué à la Deuxième chaîne.

Erdan a estimé qu’il est « certainement possible que les détecteurs de métaux soient retirés » si la police recommande un plan sécuritaire différent, mais a ajouté qu’il n’avait « actuellement pas connaissance d’un tel programme ».

La police, dans la nuit de samedi à dimanche, a installé de nouvelles mesures de surveillance, notamment des caméras, à proximité de la Vieille Ville de Jérusalem, principal point d’accès pour les fidèles musulmans désireux de se rendre au complexe adjacent du mont du Temple.

Les points de contrôle mis en place par la police dans la vieille ville pour contrôler les fidèles en route vers le mont du Temple, le 21 juillet 2017 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israel)
Les points de contrôle mis en place par la police dans la vieille ville pour contrôler les fidèles en route vers le mont du Temple, le 21 juillet 2017 (Crédit : Judah Ari Gross / Times of Israël)

Selon des informations parues dans les médias israéliens, les caméras sont capables d’identifier des suspects transportant des armes sans utilisation de détecteurs de métaux. Les individus remarqués pour un comportement suspect pourraient alors être contrôlés par la police à l’aide d’un détecteur de métaux manuel.

Dimanche dans l’après-midi, les portiques au centre de la controverse étaient encore en place. Toutefois, a fait savoir la police, tous les fidèles qui cherchent à entrer dans le complexe ne sont pas dans l’obligation de les traverser et les vérifications sont évaluées au cas par cas.

Les chefs musulmans du Waqf ont pour leur part signalé dans la matinée de dimanche qu’ils rejetteraient toute nouvelle proposition visant la mise en place de mesures supplémentaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...