Mont Meron : 70 000 personnes aux funérailles en ligne d’un ado américain
Rechercher

Mont Meron : 70 000 personnes aux funérailles en ligne d’un ado américain

Les familles sont venues en Israël pour assister à l'inhumation de deux jeunes Américains, de deux étudiants, un ressortissant canadien et un citoyen argentin, morts à Lag BaOmer

Donny Morris, 19 ans, originaire du New Jersey, l'une des 45 victimes de la bousculade géante du mont Meron pendant Lag BaOmer. (Autorisation)
Donny Morris, 19 ans, originaire du New Jersey, l'une des 45 victimes de la bousculade géante du mont Meron pendant Lag BaOmer. (Autorisation)

Ce sont des dizaines de milliers de personnes qui ont pris part, dimanche soir, aux funérailles d’un Américain et d’un Canadien, alors que l’État juif a enterré les dernières victimes du mouvement de foule meurtrier qui a endeuillé les festivités de Lag BaOmer sur le mont Meron.

Quarante-et-une victimes avaient d’ores et déjà été inhumées dimanche à midi, mais les quatre dernières cérémonies – celles de Daniel (Donny) Morris, 19 ans, originaire de Teaneck, dans le New Jersey; de Yossi Kohn, 22 ans, de Cleveland; de Dubi Steinmetz, 21 ans, de Montréal et d’Avrohom Daniel Ambon, un ressortissant argentin, ont été retardées de manière à permettre à leurs proches de faire le déplacement depuis l’étranger.

Les funérailles d’Ambon – ce seront les dernières – partiront de la yeshiva Heichal Yitzhak à Jérusalem lundi, à 9 heures du matin.

Plusieurs milliers de personnes étaient là pour dire adieu à Morris. Les funérailles ont commencé à la yeshiva Shaalavim, dans le centre d’Israël, où le jeune homme était étudiant.

Shaalvim est une yeshiva hesder, qui combine études religieuses et service militaire.

La cérémonie a été diffusée sur internet pour permettre à ses amis et à sa famille d’y assister.

Les parents de Donny Morris, tué dans la bousculade du mont Meron, lors de ses funérailles, le 2 mai 2021. (Capture d’écran)

Presque 70 000 personnes ont regardé la cérémonie en ligne.

« J’ai tant de questions qui nécessitent tant de réponses que je n’ai pas », a déclaré sa mère, Mirlana Morris, en sanglotant, évoquant « une douleur trop forte pour qu’une mère puisse la supporter ».

« Mais ce que je sais assurément, c’est que tu étais adoré par tant de gens », a-t-elle ajouté.

« Nous avons toujours su combien tu étais un être merveilleux mais au cours des dernières 72 heures, d’innombrables personnes sont entrées en contact avec moi pour me dire combien tu avais su entrer dans leur vie par ta gentillesse et l’amour que tu portais en toi », a-t-elle continué.

Le rabbin Yechiel Morris, son oncle, l’a qualifié de « mensch de premier ordre ».

Morris a été enterré sur le mont des Oliviers, le vieux cimetière qui surplombe la Vieille Ville de Jérusalem.

Des milliers de personnes ont accompagné Kohn et Steinmetz, étudiants à la yeshiva Mir de Jérusalem, jusqu’à leur sépulture.

Des hommes ultra-orthodoxes lors des funérailles de Yossi Kohn, 21 ans, de Cleveland, dans l’Ohio, décédé pendant la fête de Lag BaOmer sur le mont Meron, à Jérusalem, le 2 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Oren Ben Hakoon)

Steinmetz a été enterré à Jérusalem. Sa famille est directement arrivée au cimetière depuis l’aéroport Ben-Gurion.

« Dubi n’était pas là pour lui – il était là pour sa famille, pour ses frères, pour ses sœurs, pour tous. Il a toujours donné aux autres : c’est la leçon que nous devons tirer de sa vie parmi nous, donner aux autres », a commenté son frère.

Kohn a été enterré à Bnei Brak, dans le centre du pays.

Dov Steinmetz, 21 ans, décédé lors de la catastrophe du mont Meron. (Autorisation)

Un ami qui se trouvait avec lui sur le mont Meron a déclaré qu’il « était toujours souriant, toujours désireux d’apporter son aide ».

« Nous avions dansé ensemble quelques minutes avant la catastrophe », a continué l’ami. « A chaque fois que je le rencontrais, il s’adressait à moi comme si nous étions des amis de toujours », a-t-il poursuivi.

La plus grande partie des funérailles ont eu lieu dans la soirée de samedi, avec des hommes, des adolescents et des enfants qui ont été accompagnés à leur dernière demeure par des centaines de personnes avec la fin du processus d’identification des victimes de la part des autorités.

Deux frères franco-israéliens originaires de Jérusalem, Moshe Mordechai Elhadad, 12 ans, et Yosef David Elhadad, 18 ans, ont été enterrés dans la nuit de samedi à proximité de Meron, théâtre de la catastrophe. D’autres cérémonies ont été organisées à Jérusalem, Bnei Brak, Beit Shemesh, où vivaient un grand nombre des défunts.

Avant le début du Shabbat, vendredi soir, 32 victimes sur 45 avaient été formellement identifiées à l’Institut médico-légal Abu Kabir de Tel Aviv, et 22 corps avaient été rendus aux familles pour l’inhumation. Des cérémonies de funérailles avaient été organisées pour 13 victimes. L’Institut avait cessé son travail d’identification dans la soirée, suite à un jugement émis par le Grand-Rabbin qui avait estimé que cette tâche difficile ne pouvait pas continuer pendant Shabbat.

Des personnes en deuil portent le corps de Shragee Gestetner, un chanteur canadien décédé lors des célébrations de Lag B’Omer au mont Meron, dans le nord d’Israël, lors de ses funérailles à Jérusalem, le 30 avril 2021. (Crédit : AP Photo / Ariel Schalit)

Le travail d’identification avait repris samedi dans la soirée, après la fin du Shabbat, et l’Institut avait fait savoir dimanche matin avoir identifié toutes les victimes.

La tradition juive veut que les morts soient enterrés le plus rapidement possible. Les familles dont les proches ont été les premiers identifiés se sont empressées de le faire vendredi, avant le début du jour de repos juif, avec des centaines de personnes présentes à la plupart des cérémonies.

Vendredi, lors d’un moment particulièrement émouvant, Yonathan, le fils de quatre ans de Yehuda Leib Rubin, mort à Meron, a récité la prière traditionnelle des morts pour son père.

En signe de deuil, un homme découpe le tee-shirt de Yonathan, 4 ans, fils de Yehuda Leib Rubin mort pendant la tragédie de Hébron, le 30 avril 2021. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)

Avigdor Hayut, un résident de Bnei Brak blessé dans la bousculade, a pu quitter l’hôpital pour assister aux funérailles de son fils de 13 ans, Yedidia. Hayut a déclaré que les funérailles de Yedidia devaient initialement avoir lieu vendredi, mais que les autorités avaient accidentellement rendu le corps d’un autre garçon pour l’enterrement.

Des centaines de personnes ont assisté à ses funérailles à Bnei Brak samedi soir.

« Nous avons acheté des parcelles funéraires à côté de la tienne », a déclaré Avigdor Hayut lors des funérailles de son fils adolescent, promettant qu’ils ne seraient jamais séparés. »

Shmuel Meir Hayut, 10 ans, a déclaré aux journalistes lors des funérailles qu’il avait crié la prière traditionnelle du Shema alors qu’il étouffait, bloqué sous la foule avec son père et son frère, pensant qu’il mourrait rapidement. Il a finalement réussi à s’extraire de la foule et a alerté les médecins pour qu’ils s’occupent de son père blessé, mais a perdu de vue son frère aîné.

Avigdor Hayut, assis, à gauche, pendant les funérailles de son fils Yedidia Hayut dans un cimetière de Petah Tikva, le 2 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Des centaines de personnes ont également participé aux funérailles de Yosef Mastorov, 17 ans, à Ramle. Son père a déclaré dans son éloge funèbre que « nous avions un rêve de le voir [se marier] sous la houppa, avec ses frères et sœurs ».

« Il m’a dit : ‘Je vais à Meron’ « , a ajouté le père.

« J’ai dit : Pourquoi as-tu besoin d’y aller ?  »

« Il m’a répondu : ‘Papa, je veux prier toute la nuit, et ensuite je retournerai à la yeshiva. »

« Je sais maintenant qu’il étudie au paradis », a-t-il continué.

Les funérailles d’Eliiyahu Shmuel Cohen, l’une des victimes de la bousculade de Meron, le 1er mai 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Yaakov Elhanan Strikovsky, 20 ans, d’Elad a été inhumé samedi soir au cimetière de Yarkon à Petah Tikva.

« Mon enfant est parti. Pourquoi ? Pourquoi ? », a dit sa mère, Rachel Strikovsky, sanglotant.

Menachem Knoblowitz, 22 ans, de Borough Park, Brooklyn, a été enterré à Jérusalem sans la présence des membres de sa famille proche ni de sa fiancée. Ce juif hassidique du mouvement Gur était fiancé à une jeune femme de Lakewood, New Jersey, selon les réseaux sociaux.

Menachem Knoblowitz, 22 ans, de Borough Park, Brooklyn, a été tué dans la catastrophe de Meron. (Autorisation)

Avec 45 morts et des dizaines de blessés, la catastrophe, survenue dans la nuit de jeudi à vendredi, est considérée comme la pire tragédie en temps de paix de l’histoire d’Israël, dépassant le bilan de 44 morts lors de l’incendie de forêt du mont Carmel en 2010.

Parmi les victimes, de nombreux enfants et adolescents, et notamment deux fratries composées de deux frères chacune, ainsi que de jeunes pères et des rabbins. Au moins neuf étrangers ont perdu la vie, dont six ressortissants américains, deux Canadiens et un citoyen argentin.

Plus de 100 000 personnes prenaient part au rassemblement annuel de Lag BaOmer, jeudi, dans le nord de la Galilée, qui comprend une visite au tombeau du rabbin Shimon Bar Yochai, sage décédé au 2e siècle, et des feux de joie sur le versant de la montagne. Une cérémonie pour un feu de joie, organisé par la communauté hassidique Toldot Aharon, avait été organisée sur le site du pèlerinage, à proximité du tombeau.

Alors qu’une foule hyper-compacte commençait à quitter les lieux en empruntant un passage étroit, certains ont glissé, entraînant des chutes par effet domino et un mouvement de foule qui s’est avéré meurtrier, le tout apparemment aggravé par une barrière qui aurait été installée par la police au bas de la rampe en pente.

En haut, de gauche à droite : Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Shraga Gestetner, Shimon Matalon ; 2ème rang, de gauche à droite : Yosef David Elhadad, Moshe Mordechai Elhadad, Moshe Natan Neta Englander, Yehoshua Englander ; 3è rang, de gauche à droite : Haim Seler, Yedidia Hayut, Daniel (Donny) Morris, Nahman Kirshbaum ; 4è rang, de gauche à droite : Abraham Daniel Ambon, Yedidya Fogel, Yisrael Anakvah, Moshe Ben Shalom.
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...