Montée de l’antisémitisme en Suède, notamment à la télévision
Rechercher

Montée de l’antisémitisme en Suède, notamment à la télévision

Deux participants d'un programme de télé-réalité ont été exclus pour des propos antisémites alors qu'un autre candidat avait soutenu dans le passé des courants néo-nazis suédois

Isabel Pereira a été exclue du programme de tv réalité Big Brother en Suède après avoir déclaré "Je hais les Juifs".  (Capture d'écran)
Isabel Pereira a été exclue du programme de tv réalité Big Brother en Suède après avoir déclaré "Je hais les Juifs". (Capture d'écran)

JTA — Deux participants ont été exclus d’un programme de télé-réalité après une conversation au cours de laquelle l’un des deux avait dit détester les Juifs, alors qu’un troisième candidat qui reste dans le jeu a par le passé exprimé son soutien aux idées néo-nazi sur les réseaux sociaux.

Les commentaires, effectués lors du programme en direct de télé-réalité « Big Brother », ont entraîné une réponse rapide du réseau diffusant le show, mais aussi une large couverture médiatique en Suède.

Les responsables de la communauté juive ont également réagi avec inquiétude, soulignant la montée de l’antisémitisme à travers le pays scandinave.

« Malheureusement, nous avons récemment vu une augmentation de l’antisémitisme en Suède, avec un nombre important d’incidents graves ces dernières années », a déclaré le président du Conseil des communautés juives suédoises au site d’information juif Expressen. Je pense que quand une personne sur un tel programme comme ‘Big Brother’, que beaucoup de jeunes regardent, dit quelque chose de ce genre, cela légitime l’antisémitisme. »

Les propos ont été prononcés lors du quatrième jour d’enregistrement de la saison actuelle de l’émission, dans laquelle des participants vivent ensemble dans une maison sous une surveillance constante, alors que leurs conversations sont diffusées aux spectateurs.

Jeudi, Kim Kamal, âgé de 21 ans, s’est plaint auprès d’une autre participante Isabel Pereira, âgée de 24 ans, sur son ancienne patronne. Il a ensuite déclaré « elle était Juive, donc je comprends ».

Kim Kamal, participant à l’émission Big Brother en Suède. (Capture d’écran : YouTube)

« Je déteste les Juifs », a alors réagi Isabel Pereira en rigolant.

On a demandé à Pereira de quitter le programme peu après avoir fait les commentaires, alors que l’on a demandé à Kamal de le faire le lendemain. Pereira s’est ensuite excusée pour ses commentaires dans une publication Instagram.

Dans le même temps, le site d’information suédois Nyheter 24 a rapporté que Sami Jakobsson, âgé de 25 ans, avait exprimé son soutien à des idées néo-nazi sur les réseaux sociaux, dont des photos de tatouages avec de l’imagerie nazie et la promotion de groupes musicaux suprémacistes blancs. Jacobsson, qui est devenu célèbre après avoir participé à un autre programme de télé-réalité suédois, a déclaré après la publication de l’article qu’il soutenait auparavant des vues d’extrême droite, mais que ce n’était plus le cas.

Le fait que trois des 13 participants du programme populaire de télé-réalité aient été impliqués dans des incidents antisémites a conduit un journaliste suédois de premier plan à se demander si attaquer les Juifs n’était pas devenu un moyen à la mode de « faire le buzz ».

Kristofer Ahlström, un auteur du Dagens Nyheter, l’un des plus importants journaux de Suède, a déclaré que dans les années 1990, des programmes suédois faisaient intervenir des personnes aux positions bien tranchées, comme « une grande gueule féministe » ou « un végan », afin de lancer des débats polémiques pour attirer l’attention des spectateurs.

Des militants de l’organisation néonazie Mouvement de résistance nordique lors d’une manifestation sur la place Kungsholmstorg à Stockholm, en Suède, le 25 août 2018. (Crédit : AFP/ TT News Agency / Fredrik Persson)

« Quand la même logique médiatique est appliquée aux normes en évolution de notre époque, l’extrémisme de droite est ainsi devenu le nouveau végan », a-t-il dit.

La communauté juive suédoise, composée d’environ 20 000 membres, a dû faire face à une série de défis ces dernières années – allant de la montée de l’antisémitisme, qui s’est parfois manifesté dans des incidents violents, jusqu’à des propositions politiques pour interdire l’abattage casher et la circoncision. Les membres de la communauté affirment que leur vie quotidienne est devenue difficile voire impossible.

Les communautés juives affirment que l’antisémitisme provient de divers pans de la société – des islamistes radicaux aux nationalistes d’extrême droite, mais aussi des militants de gauche dont la critique d’Israël vire parfois à la haine des Juifs.

Un récent rapport gouvernemental a révélé qu’il y avait eu 280 crimes antisémites dans le pays en 2018, le chiffre le plus important depuis au moins 2006, quand les données ont commencé à être collectées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...