Naftali Bennett : La police traquera les Israéliens en quarantaine
Rechercher

Naftali Bennett : La police traquera les Israéliens en quarantaine

Le Premier ministre demande la mise en place d’un système qui enverra des SMS à ceux qui sont en auto-isolement afin de contrôler leur géo-localisation

Des agents de la police des frontières donnent un masque à un homme dans la rue Jaffa dans le centre-ville de Jérusalem le 7 octobre 2020, lors du confinement national. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des agents de la police des frontières donnent un masque à un homme dans la rue Jaffa dans le centre-ville de Jérusalem le 7 octobre 2020, lors du confinement national. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré dimanche que des moyens technologiques seraient utilisés pour contrôler la géo-localisation des personnes censées être en quarantaine, demandant au procureur général et au ministre de la Sécurité publique d’examiner les implications juridiques d’une telle mesure.

Selon une déclaration du bureau du Premier ministre, celui-ci a transmis sa demande au procureur général Avichai Mandelblit et au ministre de la Sécurité publique Omer Bar-lev lors d’une réunion concernant l’application de la réglementation contre le coronavirus.

Le système permettrait à la police de suivre la localisation des individus en quarantaine en leur envoyant un SMS avec un lien sur leurs téléphones. Ainsi, lorsque la personne en isolement clique sur le lien, son emplacement physique sera immédiatement partagé avec les forces de l’ordre.

Il n’a pas été déterminé comment les contrôles seraient effectués pour ceux qui n’ont pas de téléphone, comme les jeunes enfants, ou ceux qui choisissent de ne pas en avoir sur eux quand ils quittent leur habitation, ou ceux en visite dans le pays.

Le recours à ce système a été annoncé par le gouvernement précédent plus tôt cette année, mais a jusqu’alors été peu utilisé.

Dans le système actuel, les personnes en quarantaine peuvent recevoir la visite de la police à tout moment, mais cela ne se produit que rarement dans la pratique.

Le Premier ministre Naftali Bennett tient une conférence de presse dans son bureau à Jérusalem, le 14 juillet 2021. (Crédit : Noam Revkin Fenton/FLASH90)

Selon le communiqué, les responsables présents à la réunion – parmi lesquels le chef de la police israélienne Kobi Shabtai et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz –, ont convenu que des actes d’accusation seraient déposés contre ceux qui violeraient sciemment les règles de quarantaine.

Il y aurait également un réaménagement du processus d’imposition des amendes, le délai entre l’imposition de l’amende et son paiement étant réduit.

En outre, les événements et célébrations – avec un accent particulier sur les mariages – seront une priorité absolue. Le communiqué a noté le potentiel d’infections généralisées à la suite de ces rassemblements.

Israël devrait connaître un renforcement important de l’application de la loi cette semaine, alors que les agents de police municipaux travaillent aux côtés de la police nationale pour infliger des amendes aux personnes qui ne portent pas de masque dans les endroits fermés.

Il y aura également des contrôles accrus sur les personnes contraintes de s’isoler.

L’application de la réglementation contre la pandémie se fera sous la supervision du ministère de la Sécurité publique.

Le marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 15 juillet 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Notre objectif est d’établir des directives sensées, ainsi qu’une application agressive et efficace contre ceux qui les violent », a déclaré Bennett dans un communiqué ce dimanche. « Quiconque enfreint les restrictions met en danger sa santé et celle de tous les citoyens israéliens. »

« La mise en œuvre des restrictions est un élément essentiel dans la gestion de l’épidémie afin de vaincre le variant [Delta] », a déclaré Bennett.

Les restaurateurs ont pour leur part exprimé leur opposition à l’intention du ministère de la Santé de rétablir le « laissez-passer vert », qui limite la fréquentation de divers lieux aux personnes vaccinées contre la COVID-19, qui en sont guéries ou qui ont subi un test de dépistage du coronavirus.

« Les entreprises ayant une petite capacité ne peuvent pas appliquer les restrictions du laissez-passer vert », a expliqué Shai Berman, directeur de l’Association israélienne des restaurants et des bars, à la Douzième Chaîne. Il a noté que malgré l’augmentation du nombre d’infections, les cas graves restent bien inférieurs aux niveaux des précédentes vagues.

« Dans la situation actuelle de morbidité et compte tenu du fait que de nombreux Israéliens restent ici cet été, il sera très difficile d’obtenir la coopération du public pour appliquer le laissez-passer vert qui tiendra les enfants à l’écart des lieux de divertissement », a fait valoir M. Berman.

Il a également affirmé que les tests rapides sont infaisables dans les restaurants.

La chaîne a également cité des sources anonymes du secteur de la restauration, qui ont affirmé qu’elles s’opposeront à la réintroduction du laissez-passer vert dans les petits commerces et qu’elles n’accepteront les tests rapides pour les repas en salle que dans les établissements accueillant plus de 100 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...