Rechercher

Naftali Bennett va rencontrer prochainement Vladimir Poutine à Sotchi

Les deux parties vont discuter de questions diplomatiques, sécuritaires et économiques ainsi que d'importantes affaires régionales, dont le programme nucléaire iranien

A droite : Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 5 octobre 2021. (Alex Kolomoisky/POOL) À gauche : le Président russe Vladimir Poutine participe à une session du 17e Forum de coopération interrégionale Russie-Kazakhstan par liaison vidéo à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, à l'extérieur de Moscou, en Russie, le 30 septembre 2021. (Evgeniy Paulin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
A droite : Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 5 octobre 2021. (Alex Kolomoisky/POOL) À gauche : le Président russe Vladimir Poutine participe à une session du 17e Forum de coopération interrégionale Russie-Kazakhstan par liaison vidéo à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, à l'extérieur de Moscou, en Russie, le 30 septembre 2021. (Evgeniy Paulin, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett est attendu la semaine prochaine à Sotchi, en Russie, où il doit rencontrer le président russe Vladimir Poutine afin de discuter « principalement du programme nucléaire iranien », a annoncé mardi son cabinet.

« Les deux parties vont discuter de questions diplomatiques, sécuritaires et économiques concernant les deux pays, ainsi que d’importantes affaires régionales, dont principalement le programme nucléaire iranien », a indiqué le cabinet de M. Bennett.

Fin septembre, Naftali Bennett a accusé, devant l’Assemblée générale de l’ONU, l’Iran d’avoir franchi « toutes les lignes rouges » et réaffirmé que l’Etat hébreu ne « permettrait pas » à Téhéran de se doter de l’arme atomique.

Moscou fait partie des signataires de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, aux côtés de l’Allemagne, de la Chine, des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne.

Les Etats-Unis, sous le présidence de Donald Trump, s’étaient retirés trois ans plus tard de cet accord censé encadrer le programme nucléaire de l’Iran, mais son successeur à la Maison Blanche, Joe Biden, a fait le souhait de revenir à la table des négociations.

Les pourparlers pour une relance de l’accord avaient ainsi repris en avril à Vienne, avant d’être suspendus depuis juin et l’élection du président ultraconservateur Ebrahim Raïssi.

Le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian, dont le pays assure que son programme nucléaire est destiné à des fins civiles, a effectué la semaine dernière une visite à Moscou, où son homologue russe Sergueï Lavrov a plaidé pour une reprise « aussi rapide que possible » des négociations à Vienne.

Il s’agit de la première visite officielle en Russie du Premier ministre israélien depuis son investiture en juin.

Vladimir Poutine avait félicité Naftali Bennett après sa victoire et souligné que la coopération russo-israélienne allait renforcer « la paix, la sécurité et la stabilité » au Proche-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...