Netanyahu à Abbas: inciter à la violence anti-Israël « ne vous aidera pas »
Rechercher

Netanyahu à Abbas: inciter à la violence anti-Israël « ne vous aidera pas »

Après une journée d'attaques, le Premier ministre a averti qu'Israël protégera ses frontières "avec ou sans vous" ; Erdan affirme qu'Abbas "exploite l'incitation"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (au centre) et le ministre du Renseignement et des Transports Yisrael Katz (à gauche) lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem en 2016, (Amit Shabi/POOL/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (au centre) et le ministre du Renseignement et des Transports Yisrael Katz (à gauche) lors d'une réunion du cabinet à Jérusalem en 2016, (Amit Shabi/POOL/Flash90)

Les dirigeants israéliens se sont attaqués jeudi à l’Autorité palestinienne et à son chef, Mahmoud Abbas, après une série d’attaques contre les troupes israéliennes à Jérusalem et en Cisjordanie, accusant Abbas d’encourager les attaques et « d’exploiter l’incitation » contre Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu dans un appel direct à Abbas : « Cela ne vous aidera pas. Ni les coups de couteau, ni les attaques à l’aveugle, ni les attaques par sniper, ni les incitations… Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour assurer notre sécurité, sécuriser nos frontières et garantir notre avenir. Nous le ferons avec ou sans vous ».

Netanyahu répondait apparemment à des commentaires antérieurs du bureau d’Abbas qui avait déclaré qu’une escalade majeure de la violence jeudi imputable au plan de paix du président américain Donald Trump pour le Moyen-Orient, qui a été publié la semaine dernière.

Le Premier ministre a fait cette déclaration aux médias lors d’une tournée sécuritaire alors qu’il se trouvait à un point de contrôle au sud de Jérusalem à Gush Etzion en Cisjordanie. Avant d’entamer sa tournée en Cisjordanie, il s’était rendu au centre médical Hadassah à Jérusalem pour rendre visite aux soldats blessés dans une attaque à la voiture-bélier.

Le ministre de la sécurité publique Gilad Erdan a accusé l’Autorité palestinienne d’exploiter les attaques terroristes contre Israël.

« Les organisations terroristes et le chef de l’Autorité palestinienne font de l’incitation sur les réseaux sociaux, que ce soit à cause du [plan Trump] ou d’une autre excuse », a dénoncé le ministre.

« Nous allons prendre des mesures déterminées pour préserver notre souveraineté et freiner toute tentative de déclenchement d’une vague de terrorisme », a mis en garde Erdan après un briefing sécuritaire. « D’après l’expérience passée, le point d’ignition le plus sensible est le mont du Temple. J’ai ordonné d’employer tous nos moyens pour empêcher les manifestations d’incitation et les attaques de copie. »

Les informations de la Douzième chaîne ont rapporté, entre-temps, que l’establishment israélien de la sécurité ne pense pas qu’Abbas soit responsable de l’exacerbation des tensions.

Les Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes dans la région de Bethléem alors que ces dernières recherchent un suspect recherché pour un attentat à la voiture-bélier plus tôt à Jérusalem qui a fait 12 blessés, dont un grave, le 6 février 2020. (Crédit : Musa Al SHAER / AFP)

Le ministre de la Défense Naftali Bennett a procédé à une évaluation de la sécurité au quartier général des forces de défense israéliennes à Tel-Aviv. Selon un communiqué de son bureau, l’armée renforcera sa préparation en Cisjordanie avant le week-end et répondra aux attaques en cours émanant de la bande de Gaza.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, était à Bethléem jeudi soir pour une évaluation de la sécurité.

« Nous n’avons pas l’intention de laisser le terrorisme l’emporter. La directive est très claire pour ceux qui sont sur le terrain… pour contrecarrer et empêcher toute activité [de terreur] », a fait savoir Kohavi. « Quand je dis terrorisme, je fais aussi référence aux pierres, aux bombes incendiaires, aux ballons incendiaires – tout cela relève du terrorisme. »

Le bureau de Mahmoud Abbas a déclaré jeudi que le soi-disant accord du siècle a « créé cette atmosphère d’escalade et de tension en essayant d’imposer de faux faits sur le terrain, contre lesquels nous avons mis en garde à plusieurs reprises ».

« Tout accord qui ne respecte pas les droits de notre peuple et ne vise pas à instaurer une paix juste et globale conduira inévitablement à cette escalade à laquelle nous assistons aujourd’hui », a expliqué Nabil Abu Rudeineh, porte-parole d’Abbas, dans une déclaration publiée sur le site officiel de l’AP, Wafa.

« Le peuple palestinien et ses dirigeants s’opposeront fermement à toutes ces conspirations et les déjoueront comme ils l’ont fait pour toutes les conspirations précédentes, quels que soient les sacrifices consentis », prévient encore le communiqué.

Le président de l’Autorité palestinienne en plein discours à Ramallah le 28 janvier 2020, à la suite de l’annonce du plan de paix de Donald Trump. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Abbas doit se rendre à l’ONU la semaine prochaine pour exprimer son opposition à la proposition et exiger qu’Israël ne fasse pas avancer les plans d’annexion de zones de Cisjordanie sous les contours de la proposition américaine.

Le président de l’Autorité palestinienne a laissé entendre lundi que les liens de sécurité avec Israël et les États-Unis étaient toujours intacts, bien qu’il ait annoncé plus tôt leur cessation en réponse à la publication du plan de paix.

Les assaillants à Jérusalem et en Cisjordanie ont ciblé les forces israéliennes lors de trois agressions jeudi, et des affrontements importants ont eu lieu à Jénine lors de la démolition de la maison d’un terroriste. La violence autour de Gaza a également continué à s’aggraver.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...