Netanyahu a nommé le ministre de Jérusalem
Rechercher

Netanyahu a nommé le ministre de Jérusalem

En donnant ce portefeuille à Zeev Elkin, le Premier ministre a agi selon « des considérations politiques étroites », a déclaré le maire de Jérusalem, Nir Barkat

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), et le maire de Jérusalem, Nir Barkat, visitant une arène sportive en cours de construction à Jérusalem, le jeudi 15 mai 2014. (Crédit : Haim Zach / GPO / flash 90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), et le maire de Jérusalem, Nir Barkat, visitant une arène sportive en cours de construction à Jérusalem, le jeudi 15 mai 2014. (Crédit : Haim Zach / GPO / flash 90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a attribué au ministre de l’Immigration et de l’intégration Zeev Elkin le poste supplémentaire de ministre des Affaires de Jérusalem tôt mardi matin – bien qu’il ait promis de ne pas confier le bureau à un membre du cabinet autre que lui. Cette décision lui a valu de vives critiques du maire de Jérusalem, Nir Barkat.

La nomination est perçue comme une tentative du Premier ministre d’apaiser Elkin, qui s’est vu retiré le ministère des Affaires stratégiques moins d’une semaine après qu’il l’a obtenu dans le cadre de l’accord entre Netanyahu et le député Gilad Erdan.

La nomination d’Erdan a été confirmée lundi au poste de ministre de la Sécurité publique et des Affaires stratégiques, après plus d’une semaine d’incertitude concernant le rôle qu’il aurait dans le nouveau cabinet de Netanyahu.

La semaine dernière, Netanyahu a scindé le ministère de la diaspora et des affaires de Jérusalem en deux, donnant au chef du HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, le poste de ministre de la Diaspora, et promettant de garder le ministère des Affaires de Jérusalem sous ses auspices personnels conformément à une promesse de campagne que Netanyahu avait faite à Barkat en février.

Netanyahu, cependant, a finalement accédé aux demandes d’Elkin en ce qui concernait le ministère, suscitant la critique immédiate de Barkat. « Jérusalem n’est pas un prix de consolation », s’est insurgé le maire de Jérusalem mardi après que l’information de la nomination d’Elkin fut révélée.

« Je suis troublé par le fait que des considérations politiques étroites mèneront à la fois à un gaspillage des fonds publics et [augmenteront] la bureaucratie inutile qui rendra le travail du gouvernement et de la municipalité dans le développement et l’avancement de Jérusalem plus difficile », s’est emporté Barkat dans un communiqué.

Il faisait apparemment référence aux difficultés qu’il a rencontrées avec Bennett, qui détenait le portefeuille des Affaires de Jérusalem dans le cabinet précédent de Netanyahu.

En décembre, les rumeurs indiquaient que Netanyahu pourrait donner le ministère à Barkat, afin d’empêcher le maire, qui était considéré comme un possible candidat au poste de Premier ministre, de soutenir le parti Koulanou.

« La décision de recréer le ministère des Affaires de Jérusalem a été faite contre mon jugement et à l’encontre des engagements pris par le Premier ministre », s’est insurgé Barkat.

Elkin a pour sa part précisé qu’il n’a pas pris les commentaires de Barkat personnellement. « Il y a eu des ministres des Affaires de Jérusalem car c’est une façon pour le gouvernement de souligner l’importance de la question, et cela s’accompagne également de l’investissement de ressources spéciales à Jérusalem », a-t-il déclaré sur Israel Radio mardi après-midi.

Elkin a expliqué que l’attention particulière portée à Jérusalem a entraîné la nécessité d’une plus grande collaboration entre le gouvernement et la municipalité que pour les autres villes. « Quelqu’un a besoin de coordonner les activités du gouvernement. Théoriquement, le directeur général du bureau du Premier ministre pourrait le faire, mais il a autres choses dans son esprit en plus de Jérusalem », a-t-il dit en plaisantant.

« Je comprends que [Barkat] voulait être le ministre des Affaires de Jérusalem lui-même mais ce n’a pas été ainsi. Mais je crois qu’en fin de compte, ce différend devrait se calmer et que nous allons travailler ensemble, main dans la main », a déclaré Elkin.

« Ce qui est important c’est Jérusalem », a-t-il conclu.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...