Netanyahu : Des « éléments extrémistes » tentent de relancer les violences avant Pessah
Rechercher

Netanyahu : Des « éléments extrémistes » tentent de relancer les violences avant Pessah

Le Premier ministre réaffirme son engagement quant au statu quo sur le mont du Temple ; Israël prendra des mesures pour contrecarrer les efforts visant à semer de nouveaux troubles

Benjamin Netanyahu lors d'une rencontre avec les maires du pays, le 14 avril 2016 (Crédit : Flash90)
Benjamin Netanyahu lors d'une rencontre avec les maires du pays, le 14 avril 2016 (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti jeudi que des « éléments extrémistes » ont essayé de semer le trouble à Jérusalem et dans d’autres régions, dans une tentative visant à relancer les violences entre Israéliens et Palestiniens à l’approche de la fête de Pessah, qui débute la semaine prochaine.

Le Premier ministre a déclaré que les forces de sécurité augmenteraient leur préparation pour contrer ces tentatives, au milieu de la vague d’attentats terroristes qui a commencé il y a plus de six mois et a récemment repris.

« Il y a, à l’heure actuelle, des tentatives pour raviver les troubles et la violence, en particulier à l’occasion de Pessah sur le mont du Temple, comme nous l’avons déjà vécu pendant les vacances de l’automne dernier », a déclaré Netanyahu lors d’un discours à Tel Aviv prononcé devant les autorités locales.

« A l’approche de la fête de la Pâque, toutes sortes d’éléments extrémistes font la promotion des mensonges au sujet de nos politiques sur le mont du Temple, dans le but de provoquer des émeutes et d’alimenter les tensions. Nous travaillons contre ces agitateurs et contre ces éléments, et nous allons augmenter nos forces dans les lieux de tension et également prendre des mesures défensives. Nous envoyons également des messages à la Jordanie, à l’Autorité palestinienne et à l’ensemble du monde arabe », a-t-il dit.

« Je vous invite aussi, les maires, les Juifs et les Arabes, a travailler avec les habitants de vos villes pour calmer ces tensions. Nous ne permettrons pas a une minorité radicale de changer le cours des choses », a-t-il ajouté.

Netanyahu a également réitéré l’engagement d’Israël quant au statu quo sur le mont du Temple, qui abrite aujourd’hui la mosquée d’Al-Aqsa et le dôme du Rocher, connu en arabe comme Haram al-Sharif, ou le Saint Sanctuaire.

« Je vous le dis avec certitude : il n’y a pas eu et il n’y aura aucun changement dans notre politique à l’égard du statut du mont du Temple-Haram al-Sharif. Ne croyez pas les mensonges qui sont avancés, malheureusement, par un certain nombre de membres de la Knesset », a déclaré M. Netanyahu.

« Nous sommes déterminés à maintenir la paix et la sécurité et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour assurer la sécurité des citoyens israéliens. »

Les musulmans considèrent le mont du Temple comme le troisième site saint de l’islam, après La Mecque et Médine. Pour le judaïsme, le mont du Temple, qui est l’emplacement des deux anciens temples juifs, est si saint que les Juifs se sont traditionnellement abstenus de s’y rendre en raison des règles de pureté rituelle. Ils se rassemblent au lieu de cela au mur Occidental adjacent, un mur de soutien de l’ancien temple qui est maintenant considéré comme le site de prière le plus vénéré du judaïsme.

En vertu d’un accord entre le gouvernement israélien et les autorités islamiques sur le site, atteint après la conquête par Israël de la Vieille Ville de Jérusalem durant la guerre des Six Jours en 1967, les Juifs sont autorisés à visiter mais non à prier sur le mont du Temple. Des visiteurs juifs soupçonnés de violer l’interdiction de prière sur le mont du Temple sont régulièrement arrêtés par la police israélienne.

Au cours de la fête de Pessah et d’autres jours saints du judaïsme, certains Juifs religieux cherchent à visiter le site.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...