Netanyahu et Poutine échangent leurs vœux pour le Nouvel An
Rechercher

Netanyahu et Poutine échangent leurs vœux pour le Nouvel An

Les deux dirigeants se sont parlé au téléphone des derniers développements au Moyen-Orient ; Poutine affirme attacher “beaucoup d'importance aux relations amicales avec Israël”

La cathédrale Saint-Basile, à droite, et la tour Spasskaya du Kremlin sont éclairées derrières les boules lumineuses installées pour la célébration du Nouvel An et de Noël dans le parc Zaryadye à Moscou, Russie, le 23 décembre 2020. (Crédit : Pavel Golovkin / AP)
La cathédrale Saint-Basile, à droite, et la tour Spasskaya du Kremlin sont éclairées derrières les boules lumineuses installées pour la célébration du Nouvel An et de Noël dans le parc Zaryadye à Moscou, Russie, le 23 décembre 2020. (Crédit : Pavel Golovkin / AP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu lundi soir avec le président russe Vladimir Poutine pour souhaiter une bonne année à lui et à son peuple, et discuter des derniers développements régionaux, a déclaré le cabinet du Premier ministre dans un communiqué.

Cet appel intervient quelques jours après une frappe aérienne attribuée à Israël contre la Syrie, un allié régional de la Russie ; la frappe aurait frappé les positions des milices soutenues par l’Iran, et tué certains membres.

Lors de leur conversation téléphonique, Netanyahu « a adressé [à Poutine] et aux citoyens de Russie ses meilleurs vœux pour les fêtes à l’occasion de Novy God, et lui a souhaité une bonne année civile », selon le cabinet du Premier ministre.

Les deux dirigeants ont discuté de la situation en Syrie ainsi que des développements régionaux et des moyens d’accroître la stabilité au Moyen-Orient, a-t-il déclaré.

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) avec un bouquet de fleurs et le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Kremlin, à Moscou le 30 janvier 2020. (Crédit : Maxim Shemetov / Pool / AFP)

Poutine a également envoyé une lettre officielle à Netanyahu pour marquer la nouvelle année civile.

« Veuillez accepter mes sincères félicitations pour la nouvelle année », a écrit Poutine, selon une traduction anglaise de son message fournie par le cabinet du Premier ministre. « Nous attachons une grande importance aux relations amicales avec Israël. Nous sommes impatients de continuer notre collaboration l’année à venir afin de renforcer l’ensemble des relations bilatérales, ainsi que notre coopération face aux questions régionales et mondiales urgentes à l’ordre du jour.

« Cela répondra sûrement aux intérêts fondamentaux de nos peuples et aux besoins de sécurité et de stabilité du Moyen-Orient », a écrit Poutine. « Je vous souhaite sincèrement, à vous et à vos proches, bonne santé, bien-être et plein de succès, tout comme la paix et la prospérité à tous les citoyens d’Israël. »

Plus tôt ce mois-ci, Israël a rappelé à l’ordre l’ambassadeur de Russie en Israël, lequel aurait déclaré que le conflit d’Israël avec les Palestinien et d’autres entités arabes, plutôt que l’Iran, serait la cause principale de l’instabilité au Moyen-Orient.

L’ambassade a affirmé que les commentaires de l’Ambassadeur Anatoly Viktorov avaient été sortis de leur contexte et déformés par le Jerusalem Post. L’ambassade a déclaré avoir envoyé une lettre de réclamation au rédacteur en chef du Post, et avoir eu un dialogue constructif avec des responsables israéliens sur la question.

Vendredi, l’agence de presse officielle syrienne SANA a signalé une attaque aérienne près de la ville de Masyaf, affirmant que des avions avaient tiré des missiles depuis le territoire libanais.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme, une organisation d’opposition pro-syrienne, a affirmé que les frappes avaient touché des positions de milices soutenues par l’Iran et tué au moins six paramilitaires étrangers. L’affirmation n’a pas pu être vérifiée. Le groupe a été régulièrement accusé par les analystes de la guerre en Syrie de gonfler le nombre de victimes, voire même de les inventer.

Images satellites censées montrer des dommages infligés à une installation d’armes à l’extérieur de Masyaf, en Syrie, le 25 décembre 2020, par des frappes aériennes attribuées à Israël, publiées par ImageSat International. (Autorisation : ImageSat International)

L’armée israélienne n’a fait aucun commentaire, selon son habitude de maintenir une certaine ambiguïté sur ses activités contre l’Iran et ses alliés en Syrie, refusant d’endosser publiquement la responsabilité de certaines actions.

Les dernières frappes israéliennes signalées en Syrie ont eu lieu il y a un mois, dans le sud du pays, près de la frontière entre Israël et la Syrie sur le plateau du Golan, et auraient visé des sites associés à l’Iran et ses alliés.

Tsahal a lancé des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011, contre les initiatives de l’Iran visant à établir une présence militaire permanente dans le pays et contre ses efforts pour fournir des armes avancées et qui transformeraient le rapport de force de la région à des groupes terroristes, notamment le Hezbollah.

La Russie et l’Iran soutiennent les efforts du régime syrien pour mettre fin à une guerre civile qui dure depuis 2011.

La Russie a maintenu une ligne directe de désescalade du conflit avec Israël, permettant à l’État juif de mener librement ses attaques à la condition que Moscou en soit informé à l’avance.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...