Netanyahu : « Les Israéliens me soutiennent malgré les accusations de corruption »
Rechercher

Netanyahu : « Les Israéliens me soutiennent malgré les accusations de corruption »

Le Premier ministre dit à un animateur conservateur et provocateur américain que la plupart des Israéliens ont compris ses contributions à l'état

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son épouse Sara s'adressent à la presse après la visite d'une exposition intitulée "3000 ans d'histoire : Les Juifs à Jérusalem" aux Nations unies, le 8 mars 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son épouse Sara s'adressent à la presse après la visite d'une exposition intitulée "3000 ans d'histoire : Les Juifs à Jérusalem" aux Nations unies, le 8 mars 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / TIMOTHY A. CLARY

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré cette semaine à une radio américaine que, malgré les enquêtes de corruption en cours à son encontre, la majorité des Israéliens savent qu’il est le plus apte à protéger le pays et qu’ils témoignent d’une « réelle confiance dans l’avenir ».

Au cours d’une interview accordée à l’animateur de radio controversé Mark Levin, dont un extrait a été publié sur YouTube avant sa diffusion, dimanche, dans l’émission « Life, Liberty and Levin » de Fox News, l’animateur connu pour ses provocations a abordé le sujet des enquêtes criminelles qui impliquent actuellement le Premier ministre.

« Je suis un peu confus et je pense que les Américains sont également confus », a dit Levin, se moquant d’une récente controverse suscitée par des échanges de textos entre une magistrate et un enquêteur avant une audience liée à Netanyahu et à un accord par lequel d’anciens proches de Netanyahu ont accepté de devenir témoins de l’accusation contre lui.

Une pub pour l’émission de Fox News ‘Life Liberty and Levin’ avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Fox News)

« Je m’interroge plutôt sur le fait de savoir si j’ai envie de commenter cela mais je dois dire que vous êtes très perspicace », a répondu un Netanyahu hésitant, avant de se lancer dans une défense de ses accomplissements depuis qu’il est Premier ministre.

« Le soutien que j’ai reçu maintes et maintes fois – j’ai été élu Premier ministre à quatre occasions – ce n’est pas un fait indéniable ? », a demandé Netanyahu.

« On constate aujourd’hui que je n’ai jamais été aussi fort dans l’opinion publique. Pourquoi cela ? Parce que je pense que les citoyens comprennent que nous oeuvrons à garantir, que j’oeuvre à garantir, que le pays est en sûreté. C’est mon premier travail, protéger l’Etat d’Israël. Et deuxièmement, le pays est prospère et nous avons transformé Israël en un formidable et énorme lieu d’innovation, avec une économie de libre-échange dans la technologie et Israël est aussi un pays leader mondial dans de nombreux domaines, et les gens le reconnaissent », a dit Netanyahu.

Il a souligné les notes élevées enregistrées par l’Etat juif dans l’Indice de bonheur mondial comme preuve que les Israéliens, et en particulier les jeunes, ont conscience des contributions qu’il a apportées au pays.

« Et les gens disent, ‘Eh bien, comment c’est possible ? Ca doit être un coup de hasard extraordinaire’, et pourtant ce mouvement continue et ils disent : ‘Comment c’est possible ? C’est un pays avec un voisinage horrible, vous avez le terrorisme, vous avez l’islam radical, vous avez les défis’, et pourtant Israël arrive devant la majorité des pays dans le monde », a-t-il continué.

« On dit ‘Oui, mais ce sont les vieux, leurs vies sont déjà faites, ça va bien, mais les jeunes ?’ Vous savez à quelle place figurent les jeunes dans le classement ? A la cinquième place ! Ce qui signifie qu’ils ont une réelle confiance dans l’avenir et ceci parce je pense qu’ils apprécient et… Je sais que c’est ce qui me fait avancer et ce qui m’anime : Comment garantir que l’Etat juif aura un avenir permanent de sécurité et de prospérité… et de paix si nous pouvons l’obtenir. Le peuple d’Israël, je pense, identifie cela très bien ».

« Alors la réponse est, je pense, qu’ils comprennent cela. Tous ? Non. La majorité d’entre eux, oui ».

Ces dernières semaines, Levin avait déclaré que les « gauchistes radicaux en Israël sont à la tête du mouvement visant à faire sortir » le Premier ministre.

Netanyahu s’est trouvé aux Etats-Unis pour la plus grande partie de la semaine, rencontrant le président américain Donald Trump et prenant la parole à la conférence politique du lobby pro-israélien de l’AIPAC.

S’adressant à la presse israélienne avant de repartir en Israël dans la journée de jeudi, Netanyahu a déploré que lui et son épouse Sara soient « attaqués tout le temps », continuant sa guerre menée ouvertement contre la police et les médias israéliens dans le cadre des enquêtes pour corruption l’impliquant qui ne cessent de prendre de l’ampleur et face au recrutement de plusieurs témoins de l’accusation qui témoigneront contre lui.

« Nous sommes attaqués en permanence – chaque heure, chaque minute », a indiqué le Premier ministre à un journaliste de la chaîne Hadashot alors qu’il se trouvait aux côtés de son épouse à New York après une réunion aux Nations unies.

« Je vais également dire une vérité qui est peut-être désagréable à entendre pour certains, celle du soutien – pour moi, pour mon épouse, pour ma famille – un soutien apporté à un niveau que je ne peux même pas évaluer », a dit Netanyahu. « Les citoyens israéliens m’offrent, à moi et à mon épouse, un soutien en masse – pas tous, mais en masse. Ils veulent la justice », a-t-il ajouté.

Au début de la semaine, un ancien conseiller en communication de la famille Netanyahu, Nir Hefetz, est devenu le troisième proche du Premier ministre à accepter de coopérer avec la police.

Dans le cadre de l’accord de témoin de l’accusation qu’il a signé, Hefetz, soupçonné de pots-de-vin dans le dossier, a été assuré qu’il ne serait pas condamné à de la prison ou à payer une amende pour ses actions.

Il a promis de fournir à la police des textos compromettants et des enregistrements de Netanyahu et de son épouse dans plusieurs dossiers criminels, notamment dans l’enquête Bezeq, connue sous le nom d’Affaire 4000, et dans l’Affaire 1000, qui porte sur des soupçons de cadeaux reçus par le Premier ministre de la part d’hommes d’affaires en échange de faveurs accordées à ces derniers.

L’Affaire 4000 concerne des soupçons à l’égard de Shaul Elovitch, le propriétaire de Bezeq, qui aurait accordé à Netanyahu et à sa famille une couverture positive sur son site d’information Walla en échange de la promotion de politiques au profit du géant des télécommunications.

Dans l’Affaire 1000, Netanyahu et son épouse Sara sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, notamment des cigares et du champagne pour un montant de plusieurs centaines de milliers de shekels de la part du producteur de Hollywood Arnon Milchan, né en Israël, et de James Packer, un Australien ayant fait fortune dans l’industrie du loisir

L’Affaire 2000 implique un accord de compromis présumé passé entre Netanyahu et le directeur de la publication du journal Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, qui aurait vu le Premier ministre affaiblir un quotidien rival, Israel Hayom, propriété de Sheldon Adelson, en échange d’une couverture de ses actions plus favorable.

Netanyahu a nié toute malversation dans les deux dossiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...