Netanyahu : l’Iran contrôle le gouvernement libanais
Rechercher

Netanyahu : l’Iran contrôle le gouvernement libanais

Le Premier ministre appelle 40 ambassadeurs des Nations unies à "voter la vérité" lors d'une inspection de tunnels d'attaque du Hezbollah

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parle aux ambassadeurs des Nations unies en visite devant sa résidence de Jérusalem, le 3 février 2019 (Haim Tzach/GPO).
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parle aux ambassadeurs des Nations unies en visite devant sa résidence de Jérusalem, le 3 février 2019 (Haim Tzach/GPO).

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que l’Iran contrôlait le nouveau gouvernement libanais à travers son allié du Hezbollah. Il s’agissait de son premier commentaire public sur le gouvernement formé à Beyrouth la semaine dernière.

« L’Iran a des alliés. Le Hezbollah est l’un d’eux. Le Hezbollah vient juste de rejoindre le gouvernement du Liban. Ce n’est pas la façon exacte de dire les choses : en réalité, ils contrôlent le gouvernement du Liban. Cela signifie que l’Iran contrôle le gouvernement du Liban », a-t-il dit à un groupe des 40 ambassadeurs des Nations unies.

Netanyahu a fait un briefing pour la délégation, avec à sa tête l’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon, juste avant de prendre la direction de la frontière nord d’Israël pour inspecter l’un des tunnels d’attaque transfrontaliers creusés par le Hezbollah.

« Il est important d’envoyer ce message très fort alors que nous empêchons les tunnels d’attaques terroristes de venir en Israël : nous arrêterons toute attaque, du Liban ou de Syrie ou de l’Iran lui-même », a déclaré Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu briefe une délégation d’ambassadeurs des Nations unies à l’héliport de la Knesset à Jérusalem, le 3 février 2019. (Photo par RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

« Nous sommes déterminés à empêcher cette agression, et en le faisant, non seulement nous protégeons Israël, mais nous protégeons aussi nos voisins et la paix du monde ».

Jeudi, les factions politiques du Liban ont mis un terme à une situation d’impasse qui durait depuis neuf mois en validant un nouveau gouvernement, au sein duquel le groupe terroriste chiite sort renforcé.

Le Hezbollah est maintenant en charge de deux ministères et d’un ministère d’état, dont pour la première fois le ministère de la Santé, qui dispose de l’un des plus importants budgets du pays. Le ministère des Finances reste entre les mains d’un allié du Hezbollah, Ali Hassan Khalil.

S’adressant aux ambassadeurs devant sa résidence de Jérusalem, Netanyahu a fustigé le préjugé anti-Israël ressenti aux Nations unies. Il a invité les diplomates à travailler pour faire évoluer les habitudes de vote de leurs États respectifs sur Israël.

« Le fait que vous soyez ici montre l’impartialité et l’intégrité de votre démarche. Je voudrais que cela soit le cas aux Nations unies, a-t-il dit. En 2018, l’Assemblée générale des Nations unies a passé 20 résolutions contre Israël et seulement six contre le reste du monde.

« C’est évidemment absurde, a-t-il déclaré. Il n’est pas seulement important de voir la vérité, comme vous allez le faire pendant cette visite, mais aussi de dire la vérité et, si je puis dire, de voter la vérité ».

Netanyahu a accepté d’accueillir les ambassadeurs parce qu’il a un « objectif non caché », a-t-il ajouté.

« Nous voulons vous voir changer vos votes. Merci à ceux qui l’ont déjà fait. Merci par avance à ceux qui vont le faire », a-t-il dit.

Le président Reuven Rivlin reçoit les ambassadeurs des Nations unies en visite en Israël dans sa résidence de Jérusalem, le 3 février 2019. (Mark Neiman/GPO)

Plus tôt dimanche, le président Reuven Rivlin a rappelé à la délégation l’importance qu’Israël attache aux Nations unies, mais a aussi regretté les « décisions injustes » prises par certaines de ses agences.

« Les Nations unies sont l’organisation mondiale la plus importante pour nous et pour le monde, a-t-il déclaré. Certaines agences des Nations unies prennent des décisions injustes contre Israël. Les doubles standards et la discrimination ne doivent pas nous détourner du travail important effectué par les Nations unies ».

La responsabilité de changer la donne de l’attitude des Nations unies envers Israël se trouve entre les mains des ambassadeurs, a ajouté le président. « S’il vous plaît, assurez-vous que nos bonnes relations bilatérales se ressentent aussi dans votre traitement d’Israël aux Nations unies ».

Les ambassadeurs venaient de tous les continents, y compris de pays comme le Panama, l’Ukraine, la Hongrie, la République Tchèque, le Libéria et la Mongolie.

Dimanche également, Danon a organisé pour les ambassadeurs une visite de Jérusalem, y compris un arrêt au mur Occidental.

Il est important de faire venir des ambassadeurs des Nations unies en Israël, « parce que certains d’entre eux évoluent dans leurs carrières et deviennent des dirigeants », a déclaré Danon au Times of Israël.

L’année dernière, par exemple, Danon a fait venir en Israël l’ambassadeur de Sierra Leone auprès Nations unies, Adikalie Foday Sumah. La visite a fait une telle impression sur le diplomate qu’après son mandat, il est rentré dans son pays et a créé une organisation d’amitié en Sierre Leone qui vise à faire changer les habitudes de vote de la nation d’Afrique de l’Ouest aux Nations unies et renforcer les relations bilatérales.

« L’initiative de Sumah est un autre exemple de l’énorme contribution des Délégations d’ambassadeurs à l’Etat d’Israël », a déclaré Danon.

« Ces ambassadeurs retournent à leurs postes aux Nations unies et dans leurs pays avec une attitude positive envers Israël. Cela se reflète dans les choix de vote envers Israël, dans la coopération continue et, comme nous le voyons en Sierra Leone, dans la création d’organisations locales pro-Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...