Netanyahu plaide pour une reconnaissance mutuelle
Rechercher

Netanyahu plaide pour une reconnaissance mutuelle

Le Premier ministre israélien a affirmé son soutien à la solutation à deux États à la conférence d'Herzliya 2015

Benjamin Netanyahu à la conférence d'Herzylia, le 9 juin 2015 (Crédit : IDC/YouTube, Capture d’écran)
Benjamin Netanyahu à la conférence d'Herzylia, le 9 juin 2015 (Crédit : IDC/YouTube, Capture d’écran)

L’agitation au Moyen-Orient représente une opportunité pour de nouvelles alliances qui pourraient aider à trouver une solution à deux États au conflit avec les Palestiniens, a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant son intervention d’une heure qui clôturait la Conférence Herzliya 2015.

« Je me suis engagé pour deux Etats à Bar-ilan, a-t-il déclaré. La solution que je vois est un État palestinien démilitarisé qui reconnaît Israël comme un État juif », a dit Netanyahu.

« Les Palestiniens attendent que nous reconnaissions un État palestinien. Mais ils ne veulent pas reconnaître un État juif pour le peuple juif. C’est ce que nous voulons. La reconnaissance mutuelle », a-t-il ajouté.

Netanyahu a déclaré que la crise impliquant une bonne partie du monde arabe représente une opportunité pour Israël de trouver de nouvelles alliances. L’ambassadeur israélien à l’ONU, Ron Prosor, a fait la même remarque plus tôt dans la journée à cette même conférence.

« L’inquiétude des États sunnites sur l’Iran d’un côté, et l’ISIS de l’autre, créé une potentiel de coopération », a-t-il déclaré.

« Peut-être que cela pourrait aider à résoudre le problème que nous voulons régler avec les Palestiniens. Je ne veux pas d’une solution à un seul Etat », a-t-il déclaré.

Il a également évoqué le danger d’une possible course aux armements des pays arabes en réponse à un Iran nucléaire. Certains Etats chercheront à obtenir des armes nucléaires, a-t-il déclaré, et ils augmenteront tous sensiblement leurs réserves d’armes conventionnelles.

« Cela ne rendra pas Israël plus sûr, a-t-il déclaré au sujet d’un accord à venir sur le nucléaire Iran. A propos de ses échanges avec des dirigeants arabes, il a affirmé : « personne ne croit que cet accord ne bloquera le chemin de l’Iran vers la bombe, ou vers de nombreuses bombes ».

Netanyahu a également souligné que l’Iran a été impliqué dans des « cyberattaques contre l’Arabie Saoudite, et même contre les Etats-Unis ».

Netanyahu a également mis en avant un programme de développement économique avec l’objectif de faire augmenter le taux de croissance d’Israël de 5 %.

Le programme est basé sur le développement de nouveaux marchés dans des pays comme la Chine ou l’Inde, le développement de nouveaux produits dans le domaine de la sécurité informatique, l’amélioration des télécommunication et des transports pour une meilleure connectivité en ligne et entre les régions d’Israël, le développement des ressources naturelles d’Israël.

« Il n’y a pas de sécurité sans une économie forte, a-t-il dit. Et il n’y a pas de prospérité sans croissance. »
Avant Netanyahu, l’ancien Premier ministre et ancien ministre de la Défense Ehud Barak a discuté la question de la légitimité internationale d’Israël et du défi que représente le mouvement BDS.

Barak a rappelé que l’unique but du mouvement BDS est de s’opposer à Israël pour ce qu’il est, et pas pour ec qu’il fait.

« Nous devons créer une barrière entre les millions de personnes du monde libre et le noyau dur du BDS. Un gouvernement qui opère fermement pour séparer les Palestiniens déplace l’attention vers les Palestiniens. »

 » Si Israël avait accepté de concentrer les bâtiments dans des blocs d’implantation et d’arrêter la construction à l’extérieur, la situation d’Israël aurait changé fondamentalement. Le manque de distinction entre les blocs d’implantations et l’extérieur d’eux est très dangereux. Le bâtiment en dehors de ces blocs d’implantations met en danger les implantations elles-mêmes. »

Barak a aussi appelé à un accord régional, incluant les pays arabes modérés, les Palestiniens et Israël. « Avec les Palestiniens, Israël peut principalement donner. Face au monde arabe dans sa globalié, Israël peut recevoir beaucoup. C’est une source de grandes opportunités pour une solution régionale. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...