Rechercher

Netanyahu pris à partie par un père endeuillé lors de l’inauguration d’un mémorial

Le Premier ministre explique que ce nouveau mémorial “enseigne le sacrifice pour la terre d'Israël”, avant les cérémonies annuelles du souvenir

Des Israéliens en deuil près des tombes des soldats qui ont perdu la vie lors des combats au cimetière militaire du mont Hertzl de Jérusalem pour Yom HaZikaron, le 11 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens en deuil près des tombes des soldats qui ont perdu la vie lors des combats au cimetière militaire du mont Hertzl de Jérusalem pour Yom HaZikaron, le 11 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été pris à partie dimanche par un père en deuil pendant la cérémonie d’inauguration d’une nouvelle salle consacrée à la mémoire des soldats tombés sur le front, avant Yom HaZikaron, qui commence dimanche soir.

Peu après avoir commencé son discours au cimetière national du mont Herzl à Jérusalem, le Premier ministre a été interrompu par un homme qui a crié : « Demandez pardon ! Je ne vous pardonne pas. »

« Je n’oublierai pas les larmes versées par Leah Goldin, » a-t-il ajouté.

Le perturbateur, qui n’a pas été immédiatement identifié, s’est rassis un peu plus tard, permettant au Premier ministre de continuer.

Il se référait très probablement à un incident survenu il y a deux semaines durant une audience animée d’une commission de la Knesset, où deux députés du Likud s’en étaient pris à des familles en deuil qui avaient critiqué le Premier ministre, également présent lors de la réunion, pour sa conduite au cours de la guerre de Gaza en 2014.

Une joute verbale avait opposé durant la réunion le député Miki Zohar et Goldin. Le corps de son fils, Hadar, est toujours entre les mains du Hamas a Gaza.

David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s'en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s’en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l’Etat sur le rapport établi sur l’opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un groupe de parents dont les fils ont perdu la vie lors d’opérations avaient envoyé une lettre acerbe à Netanyahu la semaine dernière, condamnant ce qu’ils avaient qualifié d’excuses « trop faibles et trop tardives » de la part du Premier ministre sur l’incident.

Lors de son seul commentaire public sur cette altercation, qui avait suscité un torrent de condamnations de la part de tout l’échiquier politique, Netanyahu avait exprimé ses « regrets » pour le comportement des membres de la Knesset mais n’avait pas présenté d’excuses complètes.

Après l’interruption, Netanyahu a continué son discours en rendant hommage aux soldats disparus au front, disant que ce nouveau site du souvenir deviendra « l’un des symboles de l’état d’Israël ».

« Cette structure nous parle du sacrifice effectué au nom de la Terre et du peuple d’Israël. Ses murs ont été construits par le courage, la force et le sacrifice. Et c’est le souvenir qui leur permet de s’assembler », a-t-il déclaré.

Ce site a été érigé pour commémorer chacun des plus de 23 000 soldats tués depuis avant même la création de l’état.

La construction du mémorial a commencé en janvier 2015. Le bâtiment a coûté 75 millions de shekels, et 14 millions de shekels ont ensuite été investis dans le multimédia. Le site accueillera les familles des soldats décédés lundi.

Les Israéliens entrent dans la nouvelle salle du mémorial national à l'entrée du cimetière militaire sur le mont Herzl au cours de la cérémonie d'ouverture officielle de Jérusalem, le 30 avril 2017 (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Les Israéliens entrent dans la nouvelle salle du mémorial national à l’entrée du cimetière militaire sur le mont Herzl au cours de la cérémonie d’ouverture officielle de Jérusalem, le 30 avril 2017 (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Yom HaZikaron, dédié à la mémoire des soldats décédés et des victimes du terrorisme, commencera officiellement au coucher du soleil dimanche, quand le pays s’arrêtera pour rendre un hommage annuel, marqué par l’allumage de bougies et des services de commémoration.

Depuis 1860, année où le premier quartier juif a été créé aux abords des murs de la Vieille Ville de Jérusalem, 23 544 hommes et femmes sont morts en défendant Israël et la communauté juive pré-étatique, selon les chiffres officiels.

L’année dernière, 97 Juifs de plus ont vu leur nom inscrit sur la liste des défunts, 37 d’entre eux étant des vétérans ayant succombé à leurs blessures.

Selon les statistiques du ministère de la Défense, il y a actuellement 9 157 parents en deuil de soldats de l’armée israéliennes et des forces de sécurité qui vivent en Israël, 4 881 veuves, 1 843 orphelins âgés de moins de 30 ans et des milliers de plus de fratries et d’orphelins de plus de 30 ans.

Alors que des sirènes résonnent pendant deux minutes dans tout Israël, les passants respectent un moment de silence en hommage aux soldats tombés, pour Yom HaZikaron, à Jérusalem, le 11 mai 2016. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Alors que des sirènes résonnent pendant deux minutes dans tout Israël, les passants respectent un moment de silence en hommage aux soldats tombés, pour Yom HaZikaron, à Jérusalem, le 11 mai 2016. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

3 117 civils ont été tués dans des attentats terroristes depuis l’établissement d’Israël en 1948, selon l’Institut national d’assurance.

Deux sirènes résonneront pour commémorer la journée, chacune d’entre elle couplée à un moment de silence en mémoire des défunts. La première, à 20h00, indiquera le début de la journée commémorative, avec une cérémonie publique officielle d’allumage de bougies au mur Occidental de Jérusalem qui aura lieu immédiatement après, à laquelle participeront le président Reuven Rivlin et le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot.

A 11h00 du matin, une sirène résonnera pendant deux minutes, marquant le début des cérémonies officielles à travers tout le pays, auxquelles devraient assister environ 1,5 millions d’Israéliens.

Une heure auparavant, Rivlin inaugurera officiellement la nouvelle salle du souvenir du mont Herzl pour les soldats décédés en présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Avigdor Liberman.

La cérémonie officielle en l’honneur des victimes du terrorisme commencera à 13h00.

Soldats israéliens pendant la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental, le site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Soldats israéliens pendant la cérémonie de Yom HaZikaron, le Jour du Souvenir, au mur Occidental, le site le plus saint du judaïsme, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 mai 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Cette journée de commémoration, établie en 1951 par le Premier ministre et ministre de la Défense David Ben Gurion, a été fixée à la date du 4 du mois d’Iyar, journée précèdent Yom HaAtsmaout, qui commencera immédiatement après Yom HaZikaron lundi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...