Netanyahu/raid en Syrie : « nous n’accepterons aucune agression contre nous »
Rechercher

Netanyahu/raid en Syrie : « nous n’accepterons aucune agression contre nous »

L'armée indique avoir riposté à un tir de missile effectué contre un de ses avions "dans le nord d'Israël", précisant avoir "attaqué le lanceur de missile d'où provenait le tir"

Une carte fournie par Tsahal montre les localisations approximatives de cellules actives du Hezbollah le long de la frontière syrienne avec Israël, publiée le 13 mars 2019. (Crédit : Tsahal)
Une carte fournie par Tsahal montre les localisations approximatives de cellules actives du Hezbollah le long de la frontière syrienne avec Israël, publiée le 13 mars 2019. (Crédit : Tsahal)

« Il y a peu de temps, l’armée syrienne a tenté de frapper un avion israélien; elle n’a pas réussi. En réponse, l’armée de l’air a détruit le lanceur qui a tiré sur l’avion. Notre politique est claire: nous ne tolérerons aucune agression contre nous, et nous répondra avec force, » lit-on dans un communiqué du Premier ministre Benjamin Netanyahu, diffusé lundi soir.

L’armée israélienne a confirmé avoir mené un raid aérien contre une cible en Syrie voisine, pour riposter à un tir de missile effectué depuis la région visée contre un de ses avions « dans le nord d’Israël » et précisant avoir « attaqué le lanceur de missile d’où provenait le tir ».

Le missile tiré à partir du territoire syrien « est tombé en Syrie et la mission de l’avion de chasse israélien a été accomplie », a précisé l’armée dans un communiqué.

« L’armée voit toute menace contre ses avions avec une grande gravité et réagira pour les défendre », a-t-elle prévenu.

Un missile israélien s’est abattu lundi soir dans le sud-ouest de la Syrie sur la province de Qouneitra, tuant un soldat syrien, a indiqué de son côté l’agence officielle Sana.

« A 21H10 (18H10 GMT), l’ennemi israélien a visé l’une de nos positions militaires à l’est de Khan Arnaba, dans la banlieue de (la ville de) Qouneitra, tuant un soldat et blessant un autre », a indiqué Sana, citant une source militaire.

L’agence avait indiqué plus tôt qu' »un missile israélien avait visé (la colline de) Tell al-Chaar à Qouneitra » faisant état d’un « véhicule militaire visé et de blessés ».

La province de Qouneitra comprend la partie syrienne du plateau du Golan.

Plus tôt dans la journée, l’armée israélienne avait indiqué avoir été confronté à une quinzaine de Libanais le long de la frontière nord, en leur lançant des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes, après que deux hommes eurent escaladé la barrière et tenté de l’endommager.

Selon les médias libanais, une émeute a éclaté après l’installation par Israël de caméras de sécurité le long de la Ligne bleue, la ligne de démarcation internationalement reconnue entre Israël et le Liban.

L’armée a déclaré que la manifestation s’était dispersée peu après que les soldats eurent tiré sur eux avec une arme moins meurtrière.

Depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie, Israël a procédé à de nombreuses frappes contre notamment des positions de l’armée syrienne ainsi que des cibles iraniennes et du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah sur le territoire syrien. En général, l’armée israélienne ne commente pas les informations venues de Syrie à propos de ses frappes.

Le 17 mai, la défense anti-aérienne syrienne avait intercepté des « objectifs hostiles » en provenance d’Israël, avait indiqué l’agence de presse officielle syrienne Sana, évoquant une « forte explosion » dans les environs de Damas.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), il s’agissait de frappes israéliennes ciblant la région de Kesswa où se trouvent des entrepôts d’armes appartenant à l’Iran et au Hezbollah.

Le 13 avril, des raids israéliens avaient pris pour cible une position militaire à Misyaf, dans la province de Hama (centre), faisant trois blessés, avait alors rapporté Sana.

Les récentes frappes interviennent dans un contexte de montée de tension entre l’Iran, ennemi juré d’Israël et implanté militairement en Syrie, et les Etats-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...