Netanyahu se prépare à un marathon de négociations pour sortir de la crise
Rechercher

Netanyahu se prépare à un marathon de négociations pour sortir de la crise

Alors que le Premier ministre rentre de Chine, l’instabilité politique due au lancement du nouveau radiodiffuseur menace le gouvernement

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion ministérielle hebdomadaire à son bureau à Jérusalem, le 16 mars 2017 (Crédit : Marc Israël Sellem / POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de la réunion ministérielle hebdomadaire à son bureau à Jérusalem, le 16 mars 2017 (Crédit : Marc Israël Sellem / POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est rentré de Chine jeudi pour faire face à une crise politique qui s’intensifie due au lancement d’une nouvelle société de radiodiffusion publique le mois prochain. Ce lancement menace de faire tomber son gouvernement.

Netanyahu aurait de son côté menacé d’organiser des élections anticipées si sa coalition refusait de supprimer les réformes avancées par son propre parti, le Likud, qui entraineraient la fin de l’autorité israélienne de Radiodiffusion et lanceraient le radiodiffuseur de remplacement appelé ‘Kan’ au 30 avril.

Le Premier ministre doit organiser de nombreuses réunions jeudi avec Kahlon et d’autres ministres dans le but de résoudre les tensions. Mais selon un article publié jeudi dans le quotidien Haaretz, Netanyahu n’a pas encore planifié de réunions et n’a pas tenu à jour ses partenaires dans les négociations, le ministre des Communications, Tzachi Hanegbi, et le ministre du Tourisme, Yariv Levin.

Une crise, qui menaçait d’éclater depuis longtemps, s’est aggravée samedi soir lorsque Netanyahu est revenu sur l’un de ses engagements qu’il avait pris avec le ministre des finances Moshe Kahlon pour lancer la nouvelle société de radiodiffusion publique – mise en place par une loi adoptée par son gouvernement précédent en 2014 et qui doit remplacer l’ancienne Autorité israélienne de radiodiffusion. Si Kahlon refuse de revenir sur le nouveau radiodiffuseur, « nous allons aller aux élections », aurait déclaré Netanyahu à des ministres du Likud, lors d’une rencontre dans sa résidence.

La menace de Netanyahu a provoqué une agitation dans la coalition, y compris auprès des ministres de son propre parti qui se sont ouvertement opposés à de nouvelles élections.

Plus tôt cette semaine, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a déclaré qu’organiser des élections à cause de la question du radiodiffuseur serait « impardonnable » et que Netanyahu et les dirigeants de la coalition œuvreraient pour désamorcer la crise de la coalition lorsque le Premier ministre rentrerait de Chine.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon au ministère des Finances, à Jérusalem, le 20 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon au ministère des Finances, à Jérusalem, le 20 juillet 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministre du Shas a déclaré sur la Deuxième chaîne qu’il avait parlé avec les chefs de parti de la coalition, y compris le ministre de la Défense Avigdor Liberman (Yisraël Beytenu) et Naftali Bennett (HaBayit HaYehudi), dimanche. Il a ajouté jeudi que les dirigeants de la coalition se réuniraient et qu’ils « ne quitteront pas la salle jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée ».

Lundi, des sources proches de Netanyahu et Kahlon ont déclaré qu’un compromis était en train d’être mis en place pour que la direction actuelle du nouveau radiodiffuseur – longtemps critiquée par Netanyahu car il la considérait comme étant « de gauche » – soit remplacée.

Mais dans la matinée de mardi, les responsables négociant au nom de Netanyahu, y compris Levin et le président de la coalition, le député David Bitan, ont appris que le Premier ministre s’opposait à tous les compromis qui légitimeraient la nouvelle société.

Kahlon a rejeté la controverse qu’il a décrite comme étant « juste du blabla ». Il a ajouté à une conférence mardi qu’il n’avait pas parlé avec le Premier ministre depuis vendredi.

Les médias israéliens ont également rapporté lundi que la décision de la société d’engager l’ancien journaliste Geula Evan avait renforcé la détermination de Netanyahu à s’opposer à cette nouvelle autorité. Evan est même mariée à Gideon Saar, un ancien ministre de l’Intérieur et de l’Éducation et une étoile montante au sein du Likud qui avait démissionné de la vie politique en 2014. Saar devrait revenir à la Knesset dans un futur proche pour se présenter contre Netanyahu pour le poste de Premier ministre.

Les responsables du Likud ont mis en garde ces derniers jours que le parti au pouvoir avait de bonnes chances de perdre une nouvelle élection et que la crise actuelle pouvait leur faire perdre le soutien du parti de Kahlon lors de futures négociations pour former une coalition alors que Yesh Atid réussirait à former une coalition avec les partis de droite et de gauche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...