Neuvième interrogatoire pour Aryeh Deri dans une enquête pour corruption
Rechercher

Neuvième interrogatoire pour Aryeh Deri dans une enquête pour corruption

Accusé d'avoir donné des fonds d'Etat à des ONG dirigées par des proches, le ministre de l'Intérieur dit avoir répondu à toutes les questions posées par les enquêteurs

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'une réunion de la Commission des affaires intérieures consacrée à l'expulsion des demandeurs d'asile africains à la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit :Alster/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri lors d'une réunion de la Commission des affaires intérieures consacrée à l'expulsion des demandeurs d'asile africains à la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit :Alster/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a été interrogé pour la neuvième fois mardi dans les bureaux de l’unité anti-corruption de la police israélienne Lahav 433, lors d’une enquête continue sur des soupçons de corruption nourris à son encontre.

Après la fin de l’interrogatoire, Deri a déclaré sur Twitter que « comme lors des fois précédentes, j’ai répondu à toutes les questions qui m’ont été posées ».

« Tout va bien et, si Dieu le veut, les choses iront mieux encore », a-t-il ajouté.

« Je suis dorénavant libre de me consacrer à tenter de résoudre la crise sur la loi de conscription militaire et au maintien de la coalition », a-t-il ajouté.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a menacé de renverser le gouvernement si le budget de l’Etat 2019 n’était pas adopté ces prochaines semaines, entraînant une crise gouvernementale avec le parti ultra-orthodoxe YaHadout HaTorah, qui a conditionné son soutien au budget à l’approbation d’une loi exemptant les étudiants en yeshiva du service militaire obligatoire au sein de l’armée israélienne – un texte auquel sont opposés la formation du Likud au pouvoir et son partenaire de coalition, Yisrael Beytenu.

Deri, leader du parti ultra-orthodoxe Shas, est soupçonné d’avoir détourné des centaines de milliers de shekels de fonds publics vers des ONG présidées par des membres de sa famille immédiate, ainsi que d’une fraude fiscale présumée liée à la vente d’appartements à son frère.

Aryeh Deri, ministre de l’Intérieur, et son épouse Yaffa, devant leur domicile de Jérusalem, le 29 mai 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors des précédents interrogatoires qui ont eu lieu aux mois de juillet, août et septembre derniers, les enquêteurs ont posé des questions à Deri et à son épouse Yaffa – à la tête de deux des organisations qui auraient bénéficié de ces fonds publics.

Ils pourraient être inculpés de vol, de fraude et d’évasion fiscale.

Yaffa Deri est soupçonnée d’avoir utilisé de l’argent donné à ses organisations à but non-lucratif pour acheter des biens immobiliers. Elle a rejoint son époux lors de deux précédents interrogatoires.

Le couple avait été interrogé après lecture de ses droits.

Aryeh Deri avait nié toute malversation et a de même dégagé toute responsabilité de sa femme dans le dossier, indiquant que le couple « donnerait des réponses à toutes les questions » et coopérerait pleinement à l’enquête.

Deri a déjà fait 22 mois de prison de 2000 à 2002 après avoir été reconnu coupable de pots-de-vin lorsqu’il était ministre de l’Intérieur dans les années 1990.

Il a repris la tête de son parti Shas peu avant les élections de 2015 à la Knesset, remplaçant Eli Yishai. Il a récupéré son poste au ministère de l’Intérieur l’année dernière après qu’un tribunal a estimé que sa précédente condamnation ne le disqualifiait pas pour la fonction.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...