Nucléaire: Des différences subsistent mais l’accord est possible- Responsable US
Rechercher

Nucléaire: Des différences subsistent mais l’accord est possible- Responsable US

Un responsable du département d'État américian a démenti avoir retardé la reprise des pourparlers de Vienne pour consulter le nouveau gouvernement israélien

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le gouverneur de l'Agence d'énergie atomique internationale iranienne Kazem Gharib Abadi, le vice-ministre à la politique du ministère des Affaires étrangères de l'Iran, Abbas Araghchi, et le secrétaire-général adjoint et directeur politique du service d'action extérieure européen (EEAS), Enrique Mora devant le Grand hôtel de Vienne où des pourparlers à huis-clos sur le nucléaire ont eu lieu, en Autriche, le 2 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner)
Le gouverneur de l'Agence d'énergie atomique internationale iranienne Kazem Gharib Abadi, le vice-ministre à la politique du ministère des Affaires étrangères de l'Iran, Abbas Araghchi, et le secrétaire-général adjoint et directeur politique du service d'action extérieure européen (EEAS), Enrique Mora devant le Grand hôtel de Vienne où des pourparlers à huis-clos sur le nucléaire ont eu lieu, en Autriche, le 2 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner)

NEW YORK – Un haut diplomate américain a démenti une information selon laquelle Washington cherchait à retarder un septième cycle de négociations sur le rétablissement de l’accord nucléaire iranien afin de consulter Israël, mais a déclaré que les principaux désaccords avec Téhéran continuaient de faire obstacle à un accord.

Le responsable du département d’État a également déclaré que Washington pense que les pourparlers visant à rétablir le Plan d’action global conjoint de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales ne seront pas déraillés par l’élection d’Ebrahim Raissi, un partisan de la ligne dure sanctionné, à la présidence.

« Nous avons toujours de sérieuses différences qui n’ont pas été comblées », a déclaré le responsable lors d’une réunion téléphonique avec des journalistes sous couvert d’anonymat.

Le responsable a déclaré que les parties demeuraient en désaccord sur des questions centrales, notamment les mesures que Téhéran doit prendre pour se conformer à nouveau à l’accord de 2015, dont l’ancien président américain Donald Trump s’est retiré il y a trois ans, ce qui a conduit l’Iran à augmenter son enrichissement à des niveaux jamais atteints.

Les discussions portent également sur l’allégement des sanctions que Washington offrirait à l’Iran et sur la séquence précise des mesures à prendre si un accord était conclu.

« Rien n’est convenu tant que tout n’est pas convenu », a déclaré le fonctionnaire.

Ebrahim Raissi, vainqueur des élections présidentielles iraniennes, après avoir voté dans un bureau de vote de Téhéran, en Iran, le 18 juin 2021. (Crédit : Ebrahim Noroozi/AP)

« Mais nous ne reviendrions pas pour un septième cycle si nous ne pensions pas qu’un accord était possible », a-t-il ajouté. Il a ajouté qu’aucune date n’avait encore été fixée pour le septième tour.

S’adressant au Times of Israël plus tôt dans la journée, le fonctionnaire a rejeté une information selon laquelle les États-Unis voulaient plus de temps avant le prochain cycle de négociations afin de coordonner plus étroitement leur position avec Israël.

« Nous sommes toujours heureux de consulter les Israéliens, et nous travaillons avec le nouveau gouvernement pour trouver des occasions mutuellement convenables de le faire, mais il est faux de dire que nous essayons de reporter le prochain cycle de négociations pour cette raison ou toute autre. Nous serons heureux de retourner à Vienne lorsque les Iraniens auront terminé leurs consultations internes », a déclaré le haut fonctionnaire au Times of Israël.

Le nouveau gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre Naftali Bennett et le précédent gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu s’opposent tous deux à un retour des États-Unis dans l’accord nucléaire. Toutefois, contrairement à la politique précédente qui exigeait que les responsables israéliens n’envisagent même pas de discuter de l’accord, Bennett a autorisé cette semaine le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, à discuter de la question avec ses homologues américains lors d’une visite cette semaine.

Le haut fonctionnaire a ensuite fait état de désaccords avec Jérusalem, mais a déclaré : « Nous nous attendons à avoir des discussions extrêmement positives et productives avec le nouveau gouvernement israélien et nous espérons une coordination aussi étroite que possible. »

Le responsable a également émis l’hypothèse que le dossier nucléaire iranien serait évoqué lors de la rencontre du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, dimanche à Rome.

Le président américain Joe Biden s’est engagé à revenir dans l’accord après avoir succédé à Trump en janvier, et Washington estime que l’Iran le souhaite également.

Les négociations ont repris en avril à Vienne avec la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l’Allemagne et la Russie, qui faisaient également partie du pacte initial.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le ministre des Affaires étrangères israélien Yair Lapid. (Crédit : AP/Montage)

Le négociateur de l’UE Enrique Mora a déclaré dimanche que les participants aux discussions étaient « plus proches » de sauver l’accord sur le nucléaire iranien, mais que des points de friction subsistaient.

L’élection de Raissi la semaine dernière a toutefois soulevé des questions quant à l’évolution de la position de Téhéran.

Raissi, qui succédera en août au modéré Hassan Rouhani, a apporté un soutien mitigé aux pourparlers lundi, mais a également exclu toute discussion sur le programme de missiles iranien ou le soutien aux milices mandataires à l’étranger, y compris les groupes terroristes comme le Hezbollah. Israël et d’autres pays avaient critiqué l’accord initial pour ne pas avoir abordé la question du développement des missiles balistiques et du soutien au terrorisme.

L’élection de Raissi « n’affecte pas notre détermination à essayer de conclure un accord », a déclaré le responsable américain.

« Les Iraniens ont fait preuve de sérieux dans les pourparlers jusqu’à présent. »

Le responsable a indiqué que les missiles, le soutien au terrorisme et les droits de l’homme pourraient être discutés en dehors du cadre des négociations nucléaires.

« Certains d’entre eux seront négociés de manière formelle, d’autres seront traités par d’autres moyens », a-t-il déclaré.

Le fonctionnaire a souligné que, bien qu’il n’y ait pas de date limite, les États-Unis ne pensent pas que les pourparlers puissent se poursuivre indéfiniment, d’autant plus que l’Iran continue d’avancer dans son programme nucléaire.

« Il est certain que le temps n’est pas un facteur positif. Ce processus ne sera pas ouvert indéfiniment », a déclaré le responsable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...