Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

NY: Manifestation antisioniste contre l’AIPAC et les élus pro-israéliens ; 20 arrestations

Un habitant de Brooklyn accusé de résistance à l'arrestation, d'entrave et de conduite désordonnée et 19 manifestants convoqués pour une manifestation devant les bureaux de Schumer

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Manifestants pro-palestiniens et anti-Israël, à proximité de l'Université de Columbia, à Manhattan, le 2 février 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)
Manifestants pro-palestiniens et anti-Israël, à proximité de l'Université de Columbia, à Manhattan, le 2 février 2024. (Crédit : Luke Tress via JTA)

Vingt manifestants propalestiniens et anti-Israël dirigés par un groupe juif antisioniste ont été interpellés, jeudi, lors de manifestations contre des législateurs pro-israéliens et l’AIPAC, principal lobby pro-israélien.

Les manifestants de l’organisation antisioniste Jewish Voice for Peace portaient des chemises noires sur lesquelles on pouvait lire « Pas en notre nom » et des châles de prière devant les bureaux du sénateur juif Chuck Schumer, chef de la majorité au Sénat, et de la sénatrice Kristen Gillibrand. Tous deux démocrates, ils soutiennent Israël et ont voté ce mois-ci en faveur d’un programme d’aide d’urgence de 14,1 milliards de dollars qui doit encore être approuvé par la Chambre.

Les manifestants, qui formaient une chaine humaine devant le bureau de Schumer, étaient venus accompagnés de banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Les Juifs demandent à Schumer d’arrêter de financer le génocide ».

La police new-yorkaise a fait savoir au New York Jewish Week que 20 personnes avaient été arrêtées lors de ces manifestations. Un habitant de Brooklyn a été inculpé de résistance à l’arrestation, d’obstruction à l’administration gouvernementale et de conduite désordonnée, et 19 manifestants ont été convoqués pour conduite désordonnée.

Des manifestants se sont également rassemblés sur la place Dag Hammarskjöld, à Midtown, non loin des bureaux de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) et des Nations Unies, avec une banderole sur laquelle on pouvait lire « L’AIPAC finance le génocide » et des pancartes disant « Finissons-en avec l’AIPAC » au son de tambours accompagnant le slogan « Libérez la Palestine ».

Selon Jewish Voice for Peace, des milliers de personnes auraient pris part à la manifestation.

La Cour internationale de Justice a récemment entendu une affaire dans laquelle Israël est accusé de génocide à Gaza, accusation courante de la part des manifestants propalestiniens. Israël rejette fermement cette accusation, affirmant que l’armée israélienne agit contre le Hamas et en état de légitime défense, suite aux massacres du 7 octobre, en faisant le maximum pour éviter les victimes civiles malgré un Hamas qui met les non-combattants en danger.

Sur les réseaux sociaux, Jewish Voice for Peace a publié des photos de graffitis, sur un bâtiment de la 3e Avenue, condamnant l’AIPAC pour soutien au génocide et disant « Tous les yeux sont tournés vers Rafah », ville du sud de Gaza qu’Israël souhaite investir dans le cadre de sa lutte contre le Hamas dans toute l’enclave côtière.

Israël se trouve face à des alliés – États-Unis en tête – qui le pressent de ne pas mener d’offensive dans cette ville sans plan pour protéger le million de civils qui s’y sont réfugiés.

« Nous exigeons de notre gouvernement qu’il écoute la volonté du peuple et rejette l’AIPAC comme le belliciste extrémiste qu’il a toujours été », a déclaré Jewish Voice for Peace par voie de communiqué.

Un petit groupe de contre-manifestants pro-israéliens s’est déplacé sur les lieux avec des drapeaux israéliens et américains.

Un sondage réalisé le mois dernier par le Siena College a révélé que la plupart des Juifs new-yorkais soutenaient le principe de l’aide à Israël, alors que les New-Yorkais dans leur ensemble sont plutôt divisés sur la question.

Presque chaque jour depuis l’attaque du Hamas, le 7 octobre, contre le sud d’Israël, au cours de laquelle 1 200 personnes, essentiellement des civils, ont été massacrées et 253 otages enlevés à Gaza, et la guerre qui s’en est suivie, des manifestations anti-israéliennes ont eu lieu dans les rues de New York. La pression est de plus en plus forte depuis la contre-offensive israélienne à Gaza, qui aurait tué plus de 29 000 personnes selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Ce chiffre, qui ne peut pas être vérifié de manière indépendante, ne fait pas le distinguo entre civils et hommes armés. Israël revendique pour sa part la mort de 12 000 combattants du Hamas.

La plupart des manifestations de rue sont menées par le groupe propalestinien et anti-israélien Within Our Lifetime, qui a approuvé le principe de l’attaque du 7 octobre et dont les dirigeants soutiennent le Hamas. Within Our Lifetime a organisé jeudi une manifestation au Comedy Cellar de Greenwich Village pour s’opposer à un événement avec des soldats israéliens.

Ces manifestations paralysent la circulation et perturbent la tenue d’ événements publics, ce qui durcit l’action de la police et des législateurs de la ville.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.