Obama ne fera pas pression pour parvenir à un accord-cadre
Rechercher

Obama ne fera pas pression pour parvenir à un accord-cadre

Les rencontres avec Netanyahu et Abbas serviront à faire le point sur les pourparlers de paix, selon le porte-parole de la Maison Blanche

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama l'année dernière à la Maison Blanche (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/FLASH90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama l'année dernière à la Maison Blanche (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/FLASH90)

La Maison Blanche a démenti jeudi l’information selon laquelle le président Barack Obama ferait pression sur les dirigeants israéliens et palestiniens pour faire progresser les pourparlers, lors des semaines à venir.

Selon Washington, les prochaines réunions avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas serviront uniquement à « faire le point » sur les négociations.

« La visite du Premier ministre, tout comme celle du président Abbas le 17 mars, seront d’importantes opportunités pour le président de faire le point sur la situation et d’examiner les détails [des négociations] », a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

Netanyahu doit rencontrer Obama lundi, tandis qu’Abbas se rendra à la Maison Blanche le 17 mars.

Mercredi soir, le New York Times révélait que le président américain se préparait à jouer un rôle plus actif dans les pourparlers de paix israélo-palestiniens. Selon l’article, Obama avait prévu de faire pression sur les deux dirigeants pour qu’ils acceptent l’accord-cadre du secrétaire d’État John Kerry.

Des responsables américains ont cependant confié à la télévision israélienne, sous couvert d’anonymat, qu’Obama ne prendrait de décision sur sa plus grande implication qu’après les réunions de mars.

Les négociations doivent s’achever en avril. Mercredi, Kerry a estimé qu’elles auraient probablement besoin d’être prolongées.

Un accord-cadre doit bientôt être présenté aux deux camps. Il doit servir de base aux négociations futures, même si tous les sujets n’y sont pas abordés.

« L’accord-cadre est une étape importante », a annoncé Carney. « Nous verrons si les prochaines semaines permettent de progresser. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...