Israël en guerre - Jour 229

Rechercher
Opinion

« Oppenheimer » : Un avertissement opportun sur les dangers de la crise climatique

Même si le risque qu'une bombe A détruise la Terre était "quasi-nul", nous savons maintenant que le dérèglement climatique pourrait anéantir l'humanité, mais nous continuons ...

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Un feu de forêt brûlant dans la nuit. (Crédit : Cathy Withers-Clarke, iStock/Getty Images)
Un feu de forêt brûlant dans la nuit. (Crédit : Cathy Withers-Clarke, iStock/Getty Images)

Dans Oppenheimer, le nouveau biopic de Christopher Nolan sur la fabrication de la première bombe atomique américaine, une scène montre le feu glissant comme de la lave incandescente sur la planète Terre, vue depuis l’espace.

Il ne m’aura pas fallu longtemps pour imaginer que j’étais en train de voir des parties du monde en feu – c’est au tour du Canada et de la Californie en ce moment – alors que le dérèglement climatique déchaîne la fureur de la nature.

Ce n’était pas le seul parallèle (alerte spoiler) entre certains aspects du film et la destruction que l’humanité continue d’infliger à la Terre aujourd’hui.

La question de savoir si le largage de la bombe atomique sur le Japon était nécessaire ou moral n’est pas en cause ici, pas plus que l’exactitude historique des événements ou des personnages décrits dans le film.

Mais la destruction du monde merveilleux dont nous, et toutes les formes de vie, dépendons est un thème qui lie le passé et le présent.

Dans le film, les scientifiques impliqués dans le projet secret Manhattan comprennent qu’il y a une probabilité « proche de zéro » que la bombe qui sera larguée sur Hiroshima et Nagasaki enflamme l’atmosphère et détruise le monde. Presque, mais pas nulle.

En revanche, aujourd’hui, nous savons avec certitude qu’en continuant à brûler des combustibles fossiles qui libèrent des gaz dans l’atmosphère, nous provoquons le chaos dans les systèmes terrestres à un niveau qui, pour le moins, pourrait un jour anéantir l’espèce humaine.

Et nous continuons à le faire comme si nous avions tout notre temps, alors que nos dirigeants politiques et nos chefs d’entreprise se rendent à de brillantes conférences sur le climat pour signer des déclarations que beaucoup d’entre eux ne tiendront jamais.

Dans le monde réel, nous savons aujourd’hui que l’industrie pétrolière connaît les risques du dérèglement climatique depuis les années 1950 et que les scientifiques de la société Exxon avaient prédit ce qui se passe aujourd’hui avec une précision étonnante dès les années 1970. Malgré cela, et pour maintenir ses profits, l’industrie a investi des sommes inimaginables pour réfuter les conclusions de milliers de scientifiques montrant que les vagues de chaleur, les sécheresses, les tempêtes, les inondations et autres phénomènes sans précédent que nous voyons aujourd’hui quotidiennement sur nos écrans de télévision sont dus à l’homme.

Une enseigne de station-service Exxon, à Philadelphie, le 28 avril 2021. (Crédit : Matt Rourke/AP Photo/Dossier)

Selon les Nations unies, le charbon, le pétrole et le gaz représentent plus de 75 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui forment une gigantesque couverture autour de la Terre, créant des conditions semblables à celles d’une véritable serre. Les scientifiques affirment que ces émissions sont à l’origine de changements qui entraînent aujourd’hui l’humanité en « terre inconnue ».

Malgré les données scientifiques, le déni climatique est toujours d’actualité, comme je le constate, ainsi que mes collègues des médias et du monde universitaire, dans les réponses à nos articles et à nos messages.

Oppenheimer est si stupéfiant en raison de son portrait toujours actuel de la nature humaine : des « leaders » essentiellement médiocres qui sont poussés à discréditer ceux qui sont plus brillants ou qui ont plus de succès qu’eux, avec qui ils ne sont pas d’accord ou par qui ils se sentent lésés. Nous voyons l’arrogance, la suffisance, la soif de pouvoir et de prestige, les intérêts étroits, le cynisme, la lâcheté et, dans le meilleur des cas, l’incapacité à comprendre les conséquences de leurs actes – et, dans le pire des cas, un mépris total pour ces conséquences. Des décisions d’une importance inouïe sont prises avec une incroyable légèreté.

Regardez maintenant comment une coalition de pays, dirigée par les Saoudiens, a bloqué le mois dernier un accord conclu par les pays du G20 en vue de réduire les émissions de combustibles fossiles. Ceux qui tirent profit du pétrole, du charbon et du gaz – et qui jouissent du luxe d’appartements climatisés alors que les populations des pays en développement en subissent les conséquences – veulent que l’on passe de la réduction des émissions à leur élimination rétroactive de l’atmosphère.

On peut s’attendre à entendre beaucoup parler de la technologie d’élimination du carbone de l’avenir lors de la prochaine conférence des Nations unies sur le climat, la COP28, qui se tiendra à Dubaï du 30 novembre au 12 décembre.

Le président des Émirats arabes unis, le sultan Ahmed al-Jaber, assiste à une conférence de presse conjointe lors de la deuxième journée du dialogue climatique de Petersberg, à Berlin, en Allemagne, le 3 mai 2023. (Crédit : John MacDougall/Pool Photo via AP/Dossier)

Cette conférence est présidée par l’homme qui dirige la compagnie pétrolière nationale d’Abou Dhabi, ce qui n’a pas échappé aux groupes de défense de l’environnement, dont beaucoup boycotteront la conférence.

Parmi les nombreux exemples d’inactions climatiques aux États-Unis (présentés comme une obligation fiduciaire de placer le profit au-dessus de tout), on trouve l’investissement massif par les grandes banques des pensions et des comptes d’épargne des citoyens moyens dans les combustibles fossiles.

Au Royaume-Uni, sur les conseils des ténors du parti conservateur, le Premier ministre Rishi Sunak et son gouvernement ont commencé à diluer les engagements climatiques et à en faire une question partisane.

Cette victoire a été remportée par des électeurs de banlieue mécontents du plan du maire de Londres (Labor) visant à assainir l’air en étendant la zone à très faibles émissions de la capitale et en faisant payer davantage les automobilistes qui utilisent des voitures polluantes.

Des voitures entrant dans la zone à très faibles émissions qui est entrée en vigueur pour la première fois à Londres le 8 avril 2019. (Crédit : Frank Augstein/AP Photo/Dossier)

En Israël, le climat n’est même pas à l’ordre du jour sous le gouvernement actuel, obsédé qu’il est par le remaniement judiciaire. Il ne peut même pas adopter une loi sur le climat parce que les ministères des Finances et de l’Énergie refusent d’être liés à des objectifs de réduction des émissions.

« Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes », déclare l’Oppenheimer de Cillian Murphy à la fin du film.

Dirigeants, prenez note.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.