Oren condamne la décision d’Abbas de geler les liens avec Israël
Rechercher

Oren condamne la décision d’Abbas de geler les liens avec Israël

Le ministre-député a déclaré que le mouvement du chef de l'AP "coupe le membre sur lequel il siège", tout en accusant l'AP et le Hamas d'exploiter les tensions du mont du Temple

Michael Oren lors d'un débat politique à l'Université Hébraïque de Jérusalem, en mars 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Michael Oren lors d'un débat politique à l'Université Hébraïque de Jérusalem, en mars 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Nombre de législateurs ont appelé samedi au calme et à la prévention de nouvelles violences, suite aux tensions entourant de nouvelles mesures de sécurité adoptées par Israël au mont du Temple, à la suite d’une attaque terroriste sur le site sacré.

Un nouveau dispositif qui a provoqué une nouvelle journée de violentes manifestations vendredi.

Des Palestiniens ont été tués, et une attaque mortelle a été perpétrée vendredi soir par un terroriste palestinien, tuant trois membres d’une même famille pendant un dîner de shabbat, dans une colonie de Cisjordanie.

Le vice-ministre de la diplomatie Michael Oren (Kulanu) a exhorté les dirigeants palestiniens à travailler à l’apaisement et a déclaré que l’AP, l’organisation terroriste du Hamas et d’autres groupes exploitaient les tensions entourant le mont du Temple, pour inciter à la violence.

Il aurait déclaré notamment « qu’ils (les Palestiniens) prétendaient qu’Israël modifiait les accords fragiles concernant le site, sacré pour les Musulmans comme pour les Juifs, et que ces allégations étaient « complètement fausses ».

Une réponse à la déclaration faite par le président Mahmoud Abbas et l’Autorité palestinienne, vendredi dernier, appelant à geler les liens avec Israël jusqu’à ce que les détecteurs de métaux nouvellement installés aient été enlevés, Oren a déclaré que l’annonce d’Abbas pouvait répondre à un besoin politique, mais qu’il « coupait le membre sur lequel il était assis ».

La déclaration dramatique du président de l’AP a été prononcée après une journée d’émeutes autour de la Vieille Ville et de la région de Jérusalem. Trois Palestiniens ont été tués et quelque 200 autres ont été blessés, faisant de cette journée la plus sanglante et la plus violente depuis le début des manifestations contre les détecteurs de métaux, mis en place après que trois Israéliens arabes aient abattus deux policiers au mont du Temple, avec des armes qu’ils avaient introduits en contrebande dans la mosquée d’Al-Aqsa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...