Ouverture des bureaux de vote au Liban pour les législatives
Rechercher

Ouverture des bureaux de vote au Liban pour les législatives

77 listes sont en lice, pour des législatives organisées selon un mode de scrutin proportionnel ; la répartition des sièges respecte une parité islamo-chrétienne

Des électeurs libanais arrivent pour voter lors des premières élections législatives en neuf ans, à Byblos, dans le nord du pays, le 6 mai 2018 (Crédit :  / AFP PHOTO / Joseph EID
Des électeurs libanais arrivent pour voter lors des premières élections législatives en neuf ans, à Byblos, dans le nord du pays, le 6 mai 2018 (Crédit : / AFP PHOTO / Joseph EID

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche matin au Liban pour les premières élections législatives organisées en neuf ans, ont rapporté des correspondants de l’AFP.

Les bureaux de vote ont ouvert à 7 heures pour accueillir les quelque 3,7 millions d’électeurs du pays, sous haute sécurité. La fermeture est prévue à 19 heures et les résultats dans les 15 circonscriptions pourraient être annoncés lundi.

Le Parlement (128 députés) devrait être dominé par les partis traditionnels, parmi lesquels figure le puissant Hezbollah chiite, allié de la Syrie et de l’Iran.

Ces dernières années, le pays a connu des crises politiques à répétition, évitant, souvent de justesse, l’engrenage de la violence malgré une situation géographique sensible, entre la Syrie en guerre et Israël.

Au Liban, malgré les profondes divergences et parfois même l’animosité, les décisions politiques majeures sont souvent prises par consensus entre les forces politiques rivales.

Et c’est ce qu’a rappelé samedi soir le président de la République Michel Aoun, dans un entretien avec la chaîne arabe de la BBC.

« La manière dont nous travaillons, c’est la prise de décision par consensus », a déclaré le président. « Si nous gagnons, nous gagnons tous ensemble. Et si nous perdons, nous perdons tous ensemble », a-t-il insisté.

Les dernières législatives au Liban remontent à 2009. Le Parlement avait prorogé à trois reprises son mandat, invoquant notamment des risques sécuritaires liés au débordement de la guerre en Syrie.

Quelque 597 candidats répartis en 77 listes sont en lice, pour des législatives organisées pour la première fois selon un mode de scrutin proportionnel.

Mais la répartition des sièges est aussi régie par un subtil partage confessionnel entre les différentes communautés religieuses, et respecte une parité islamo-chrétienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...