Paniqués, les Parisiens se sont tournés vers une fonction Facebook, créée par Israël
Rechercher

Paniqués, les Parisiens se sont tournés vers une fonction Facebook, créée par Israël

La fonction Safety Check, que les Parisiens ont utilisé pendant les attaques, est l'un des projets de Facebook Israël

David Shamah édite notre section « Start-Up Israel ». Spécialiste depuis plus de dix ans en technologies et en informatique, il est un expert reconnu des start-up israéliennes, de la high-tech, des biotechnologies et des solutions environnementales.

Capture d'écran de la fonction de Facebook Safety check
Capture d'écran de la fonction de Facebook Safety check

Pendant les attaques de Paris, la technologie israélienne a fait sa part pour rassurer les citadins paniqués de Paris que leurs proches étaient en sécurité.

« Pendant les 24 heures après l’attaque terroriste, 4,1 millions de personnes ont signalé leur emplacement à leurs amis et leurs parents en utilisant le Safety Check de Facebook, une technologie développée par le département de la recherche et du développement de Facebook Israël », a déclaré un porte-parole de Facebook Israël.

« Un total de 360 ​​millions de personnes ont reçu des messages pour que leurs proches sachent qu’ils étaient en sécurité ».

La fonction Safety Check est une fonction que Facebook a activé plusieurs fois dans le passé, généralement pendant les catastrophes naturelles.

Les attentats de Paris étaient la première fois qu’elle a été utilisée pour permettre aux gens de « check-in » permettant ainsi aux autres de savoir qu’ils sont en sécurité dans un scénario d’attaque terroriste.

Facebook a fait cette annonce en réponse à de nombreuses critiques dans la blogosphère sur la façon dont le service n’a pas été utilisé lors de précédents incidents terroristes dans des endroits comme Bagdad, Beyrouth ou Kaboul.

Selon Alex Schultz, le vice-président du développement de Facebook, « nous avons choisi d’activer le Safety Check à Paris car nous avons observé beaucoup d’activité sur Facebook pendant que les événements se déroulaient. En plein milieu d’une situation complexe et incertaine qui affectait beaucoup de gens, Facebook est devenu un lieu où les gens ont partagé des informations et ont cherché à connaître l’état de leurs proches… Cette activation va changer notre politique autour du Safety Check et pour quand nous l’activerons pour d’autres graves incidents tragiques à l’avenir. Nous voulons que cet outil soit disponible quand et là où il peut aider ».

Pour les responsables de Facebook Israël, Adi-Sofer Teeni et Roi Tiger – les chefs des affaires commerciales sur le marché israélien et de recherche et de développement, respectivement – le Safety Check fait partie de l’engagement de l’entreprise pour l’utilisation d’Internet pour le bien.

« C’est un concept que Mark (Zuckerberg, le PDG de Facebook) a évoqué. Pour nous, c’est une grande chose d’être en mesure de se lever le matin et pas seulement faire un travail difficile mais de savoir que nous aidons les gens dans le monde entier » a déclaré Tiger.

« Facebook est devenu comme une place publique, utilisé par plus d’un milliard de personnes, afin de tirer parti de la plate-forme pour permettre aux gens de recevoir l’assurance que leurs proches sont en sécurité est quelque chose dont nous sommes très fiers de faire partie ».

Lors d’une récente conférence de presse à Tel Aviv le centre de recherche et développement de Facebook, Sofer-Teeni et Tiger ont discuté du Safety Check et d’autres projets sur lesquels le centre de Recherche et de Développement avait travaillé.

Une première version du Safety Check avait été utilisée au Japon dans le sillage de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.

Une version améliorée a ensuite été développée en Israël, et l’application a été officiellement publiée dans sa forme actuelle en octobre 2014. Depuis lors, elle a été activée lors de plusieurs catastrophes naturelles, notamment les tremblements de terre en mai 2015 au Népal et un tremblement de terre en Afghanistan en octobre.

C’est un projet positif qui nous rend fiers de venir travailler chaque jour », a déclaré Tiger. « Pour nous, l’idée de prendre de la technologie et en lui donner un aspect moral est important ».

Parmi les projets pour « faire le bien », Facebook Israël se concentre sur le projet Internet.org de Facebook, qui permet d’accéder à des services de base d’Internet gratuitement dans le monde en développement.

« Nous avons mis au point des applications pour la plate-forme, et elles sont maintenant en cours de déploiement par les gens dans les Philippines, l’Inde, le Ghana, et de nombreux autres endroits », a déclaré Tiger.

Le projet est conçu pour permettre à des milliards de personnes sans accès à Internet et puiser dans le Web en utilisant leurs téléphones cellulaires, a déclaré Tiger.

Beaucoup de gens dans des endroits comme l’Inde et l’Afrique disposent de téléphones portables, mais ce ne sont certainement pas des iPhones our des Galaxy Samsung que la plupart des Occidentaux utilisent.

Au lieu de cela, ce sont des dispositifs simples qui peuvent offrir un accès en ligne mais à un coût élevé, en raison de la mauvaise connectivité dans de nombreux domaines. Avec les applications développées par Facebook, les utilisateurs seront en mesure de participer plus activement sur l’Internet, tout en réduisant les coûts.

Un moyen important pour réduire les coûts est de garder la connexion à un prix bas, ce qui est exactement ce que Onavo faisait quand Facebook a acheté la société en 2013.

L’application Extend d’Onavo permet aux utilisateurs d’obtenir cinq fois le temps de navigation Web, sur les réseaux sociaux, et du temps pour regarder des vidéos avec la bande passante limitée à laquelle était soumise la plupart des utilisateurs en 2011, lorsque l’application a été publiée.

Depuis, les prix ont baissé suffisamment dans les pays occidentaux pour permettre à plusieurs utilisateurs d’acheter des plans de données illimitées, donc faisant baisser les données à intégrer dans les misérables un ou deux gigas de connectivité que les fournisseurs de services de téléphonie cellulaire, qui n’étaient plus nécessaires.

Mais dans le monde en développement, le genre de sauvegarde des données développée par Onavo – maintenant Facebook Israël – sera très utile, a expliqué Tiger.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...