Paris acquiert pour le Majh un autoportrait de Marcel Slodki
Rechercher

Paris acquiert pour le Majh un autoportrait de Marcel Slodki

Lors d'une vente à Drouot au mois de décembre, le Musée d'art et d'histoire du judaïsme a fait l'acquisition d'une oeuvre supplémentaire d'un artiste de "l'école de Paris"

L'Hôtel de Saint Aignan qui abrite le Musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris. (Crédit : Wikimedia Commons/MBZT)
L'Hôtel de Saint Aignan qui abrite le Musée d'art et d'histoire du judaïsme à Paris. (Crédit : Wikimedia Commons/MBZT)

« Cette acquisition comble une lacune importante dans les collections du mahJ, qui conserve de nombreuses œuvres d’artistes juifs de l’École de Paris mais ne possédait jusqu’ici aucune œuvre de Marcel Slodki, » explique-t-on sur le site du musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ).

« Le mahJ s’est attaché depuis son ouverture en 1998 à l’acquisition de portraits de ces artistes venus d’Europe centrale et orientale pour trouver à Paris un environnement artistique et économique leur permettant d’exercer leur art. En effet, en redonnant un visage à ces artistes, ces portraits permettent d’incarner le phénomène sociologique et culturel que représenta l’ ‘École de Paris’. »

Lors d’une vente à l’hôtel Drouot, et grâce au droit de préemption de l’Etat, le Majh a acquis une œuvre de Marcel Slodki (1892-1943), Autoportrait de l’artiste dans son atelier.

Slodki a quitté Lodz à 18 ans pour étudier les Beaux arts à Munich. Passé par la France en 1913 puis par la Suisse, il participe aux débuts du mouvement Dada à Zurich.

L’auto-portrait acquis par le MahJ date de l’époque française de Slodki. On l’y voit « en train d’entoiler un châssis, dans une attitude besogneuse et concentrée, tel un ouvrier devant son établi. Le dénuement de l’atelier dénote des conditions de vie modestes de l’artiste, mais la chaleur des coloris crée une atmosphère douce ».

Réfugié avec sa femme dans le sud de la France, il sera dénoncé, mais prévenu à temps, pourra s’enfuir. Le 14 décembre, ils sont arrêtés par la Gestapo et déportés à Auschwitz où ils seront assassinés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...