Israël en guerre - Jour 232

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Paul Vincent Castelvi, 42 ans, soignant philippin qui n’aura pas vu naître son fils

Assassiné au kibboutz Beeri, le 7 octobre 2023

Paul Vincent Castelvi. (Autorisation)
Paul Vincent Castelvi. (Autorisation)

Paul Vincent Castelvi, 42 ans, aide-soignant philippin vivant et travaillant au kibboutz Beeri, a été assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre.

Il s’occupait d’Eviatar Kipnis, gravement blessé dans un accident de vélo il y a huit ans et atteint d’une maladie auto-immune le contraignant à être cloué à un fauteuil roulant. Eviatar a été retrouvé mort le 17 octobre, et son épouse, Lilach, a été retrouvée morte le 23 octobre.

Paul a été déclaré mort une semaine avant ses employeurs, après que son corps a été retrouvé dans la forêt voisine de Beeri.

Il laisse derrière lui ses parents, qui vivent aux Philippines, et son épouse, Jovelle « Bell » Santiago, qui vivait en Israël et qui a donné naissance à leur premier enfant moins d’un mois après son assassinat. Le bébé a été prénommé Paul.

« La douleur en valait la peine (…). L’attente en valait la peine », a-t-elle écrit sur Facebook, à côté de photos d’elle berçant leur nouveau bébé à l’hôpital, le 4 novembre. « Merci d’être entré dans notre vie (…) Tatay nous sourit sûrement d’en haut. »

Quelques semaines plus tôt, elle écrivait : « Je ne sais pas comment faire ni où je suis maintenant que tu n’es plus là – c’est si dur. J’ai l’impression d’avoir perdu la moitié de ma vie. Guide-nous toujours, notre petit garçon et moi. »

Le père de Paul, Lourdines, a déclaré à un site d’information local que son fils prévoyait de faire une surprise à sa mère pour Noël, avec sa femme et leur nouveau-né, après que la famille Kipnis lui avait acheté un billet d’avion pour rentrer chez lui.

Sa mère, Lilina, se lamente. « Je ne peux plus le serrer dans mes bras, je ne peux plus l’embrasser. S’il revient à la maison en cendres, comment pourrais-je le serrer dans mes bras ? Il n’est plus là. »

« Comment ont-ils pu lui faire ça ? C’était un garçon très gentil, si gentil, il n’y avait personne comme lui. »

Paul était le principal soutien de la famille, selon ses parents, et il envoyait une grande partie de ses revenus aux Philippines pour subvenir à leurs besoins, à ceux de ses frères et sœurs ainsi qu’à ceux de ses nièces et neveux.

Yotam Kipnis, le fils d’Eviatar et de Lilach, a écrit sur Facebook que la mort de Paul était une perte pour sa famille.

« Paul était un homme incroyable, et je n’ai toujours pas accepté sa mort », a-t-il écrit. « C’est inimaginable, et je ne peux pas croire que je ne le verrai plus jamais (…) Repose en paix, Paul Vincent Castelvi. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.