Rechercher

Pékin défie le leadership américain

Les Etats-Unis ont longtemps appelé Pékin à endosser ses responsabilités dans le monde, tout en désignant le géant asiatique comme une menace pour la sécurité mondiale

Le président chinois Xi Jinping prononce un discours lors de la 8e réunion ministérielle du Forum de coopération Chine-États arabes au Grand Hall du peuple à Pékin le 10 juillet 2018. (AFP PHOTO / WANG ZHAO)
Le président chinois Xi Jinping prononce un discours lors de la 8e réunion ministérielle du Forum de coopération Chine-États arabes au Grand Hall du peuple à Pékin le 10 juillet 2018. (AFP PHOTO / WANG ZHAO)

Du Moyen-Orient à l’Asie et l’Ukraine, la Chine avance ses pions et se pose de plus en plus en contrepoids des Etats-Unis, défiant Washington pour le leadership mondial.

Mais peu d’experts s’attendent à un bouleversement à court terme et se disent même sceptiques sur la capacité de Pékin à établir un nouvel ordre mondial.

L’encre était encore fraîche sur l’accord inédit conclu le 10 mars à Pékin entre les puissances rivales Iran chiite et Arabie saoudite sunnite, et voilà que la diplomatie chinoise se met à jouer les médiateurs autour de la guerre en Ukraine.

La visite cette semaine à Moscou du président chinois Xi Jinping, au cours de laquelle Russes et Chinois ont salué l’entrée dans une « nouvelle ère » de leur « relation spéciale », témoigne de l’offensive de Pékin visant à contrer la superpuissance américaine.

Le président russe Vladimir Poutine écoute le gouverneur de la région de Volgograd Andrei Bocharov lors de leur rencontre à Moscou, en Russie, le mercredi 28 septembre 2022. (Crédit : Gavriil Grigorov/Sputnik/Kremlin/AP)

Dans une déclaration commune, le dirigeant chinois et le président russe Vladimir Poutine ont d’ailleurs vivement attaqué l’Occident, accusant les Etats-Unis de « saper » la sécurité internationale pour conserver leur « avantage militaire », et exprimé leur « préoccupation » face à la présence croissante de l’Otan en Asie.

A Washington, des responsables américains affichent clairement leur scepticisme quant aux propositions de paix chinoises pour l’Ukraine qui permettraient, selon eux, aux forces russes de se consolider après avoir subi de nombreux revers sur le terrain face à la défense acharnée des Ukrainiens.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a appelé lundi à ce que « le monde ne (soit) pas dupe face à toute décision tactique de la Russie, soutenue par la Chine ou tout autre pays, de geler le conflit selon ses propres conditions ».

M. Blinken n’a pas manqué aussi de souligner que M. Xi s’est rendu en Russie trois jours à peine après l’émission du mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale visant le président russe ce qui, selon lui, suggère que la Chine n’éprouve pas le besoin « de le tenir responsable des atrocités infligées à l’Ukraine ».

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’exprime lors d’une conférence de presse avec le ministre britannique des Affaires étrangères James Cleverly, dans la salle Benjamin Franklin du département d’État, le 17 janvier 2023, à Washington. (Crédit : Manuel Balce Ceneta/AP)

Mais d’aucuns soulignent qu’il ne s’agit pas tant pour le président Xi de mettre fin à la guerre en Ukraine que de relayer un message.

Il « veut être vu et pris au sérieux comme un artisan de la paix », relève Robert Daly, qui dirige le programme Chine au Wilson Center, un centre de réflexion basé à Washington.

« C’est cela qui l’intéresse, plutôt que de réellement prendre des mesures pour obtenir la paix en Ukraine. Il s’agit surtout ici de s’afficher », dit-il.

Reste que les Etats-Unis sont sur le qui-vive et assurent « surveiller attentivement » les différentes avancées de la Chine sur le terrain diplomatique, dans l’attente d’un entretien téléphonique que le président Joe Biden a promis de solliciter auprès de son homologue chinois.

Le président américain Joe Biden quitte la Maison Blanche à Washington, le 27 janvier 2023. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Les Etats-Unis s’inquiètent notamment que la Chine puisse fournir des armes à la Russie, ce qui serait une ligne rouge pour Washington. Ils se sont cependant refusé jusqu’à présent à dévoiler les éléments étayant leurs craintes.

Les relations entre les Etats-Unis et la Chine, qui se livrent une compétition féroce de l’Amérique latine à l’Afrique, sont émaillées de tensions : Taïwan, les Philippines, la Corée du Nord, ou encore l’incident du ballon chinois au-dessus des Etats-Unis, que l’armée américaine s’est finalement résolue à abattre début février..

Après l’annonce du rapprochement entre l’Iran et l’Arabie saoudite, les Etats-Unis ont fait bonne figure, le secrétaire d’Etat américain estimant que « tout ce qui peut contribuer à réduire les tensions (…) est une bonne chose ».

Des responsables américains se sont cependant efforcés de minimiser le rôle joué par la Chine, faisant valoir que Pékin était encore loin de damer le pion à Washington dans un Moyen-Orient qui reste largement sous la protection du parapluie sécuritaire américain.

Pour James Ryan, du Foreign Policy Research Institute à Philadelphie, « l’entrée de la Chine dans le jeu est purement économique (…). La Chine n’a pas l’intention de fournir des garanties de sécurité à l’accord ». Pékin y importe quantité de pétrole.

Yun Sun, chercheuse au Stimson Center de Washington, relève elle que l’accord irano-saoudien a « rendu pas mal de gens mal à l’aide aux Etats-Unis ».

« Les Chinois étaient juste là au bon moment et au bon endroit avec les bonnes relations », dit-elle, alors que les Etats-Unis n’entretiennent plus de relations diplomatiques avec Téhéran.

« Ils ont saisi l’occasion de se poser en médiateur. Mais, en fait, ils ne seront pas médiateurs. Ils n’ont rien à offrir ».

« Si la question est de savoir si les Chinois sont à même d’offrir une alternative à l’ordre mondial actuel, je n’y crois pas », ajoute l’experte.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.