Peretz et Smotrich qui se disputent le même ministère finissent par s’entendre
Rechercher

Peretz et Smotrich qui se disputent le même ministère finissent par s’entendre

Après une discorde au sein de l'Union des partis de droite pour le ministère de l'Éducation, les co-dirigeants du parti condamnent ceux qui veulent "diviser" le sionisme religieux

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Rafi Peretz (à droite), président de l'Union des partis de droite, et Bezalel Smotrich, président de la faction Union Nationale, lors du lancement de la campagne électorale du parti en 2019, le 11 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Rafi Peretz (à droite), président de l'Union des partis de droite, et Bezalel Smotrich, président de la faction Union Nationale, lors du lancement de la campagne électorale du parti en 2019, le 11 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

La haute direction de l’Union des partis de droite s’est querellée mercredi soir sur la question de savoir qui méritait le plus d’occuper un poste de haut rang au cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu après la nomination par le Premier ministre d’un loyaliste du Likud au poste de ministre de la Justice, dont le parti sioniste religieux avait souhaité la réserver au ministre de la Justice, occupant l’un des deux postes que le parti sioniste religieux espérait se voir réserver.

Mais les deux dirigeants de l’Union des partis de droite, jeudi, se sont mis d’accord sur la question de savoir qui devrait être nommé ministre de l’Education, s’engageant en faveur de l’unité et dénonçant les « tentatives de division » du sionisme religieux avant les prochaines élections à la Knesset.

Des remarques contradictoires attribuées aux représentants des partis HaBayit HaYehudi et Union Nationale [Ihoud Leoumi] – deux des trois partis qui composent le regroupement de l’Union des partis de droite – se sont querellés pour savoir qui était le mieux placé pour le poste de ministre de l’Éducation : Rafi Peretz ou Bezalel Smotrich, chef de l’Union nationale.

« Le rabbin Peretz recevra le portefeuille de l’Education comme il l’avait demandé tout au long des négociations de la coalition. Nous ne comprenons pas pourquoi Smotrich attaque Netanyahu au lieu d’en tirer des conclusions », dit un communiqué, attribué à un « responsable de HaBayit HaYehudi ».

La déclaration faisait allusion aux critiques de Smotrich à l’encontre de Netanyahu après que ce dernier a nommé le député Likud Amir Ohana au poste de ministre de la Justice, mercredi soir.

En réponse, des commentaires attribués à un « responsable du parti Union Nationale » ont souligné que, selon l’accord entre HaBayit HaYehudi et l’Union Nationale, Peretz a été nommé président de l’Union des partis de droite tandis que Smotrich s’est vu assurer le premier choix du poste ministériel. Cela laissait entendre que M. Peretz devait se retirer et permettre que le ministre Smotrich, plus dur, soit nommé ministre de l’Éducation.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le député Likud Amir Ohana (au centre) rencontrent les médias à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 1er avril 2019, au sujet d’une prétendue campagne médiatique truquée. A gauche se trouve Giora Ezra, qui dirige le compte Twitter « Capitaine George ». Le slogan sur l’écran au-dessus d’eux se lit comme suit : « Nous ne les laisserons pas faire tomber la droite ». (Hadas Parush/Flash90)

Mais jeudi matin, Peretz a tweeté quelque chose de différent : « Ces derniers mois, Bezalel et moi avons marché côte à côte malgré les tentatives de division du camp ».

« Je rejette tous les messages diffusés hier [mercredi] soir. Nous continuerons d’être des partenaires et entrerons au gouvernement ensemble, comme nous l’avons fait pendant tout ce temps », a-t-il dit.

Smotrich a répondu en écho à Peretz et a accentué le message d’unité renouvelé en appelant apparemment à l’éviction du parti des dignitaires anonymes qui avaient fait les déclarations du mercredi soir.

« Merci, Rabbin Rafi », a-t-il tweeté. « Personne, et je dis bien personne, ne parviendra à nous diviser et à ouvrir une brèche dans le vaisseau amiral du sionisme religieux. L’unité est plus importante que tout.

« Celui qui essaie de le faire doit se retrouver aujourd’hui en dehors [du parti] ! Sinon, ça ne s’arrêtera pas. C’est notre devoir et nous le devons au public et au peuple israélien », a-t-il ajouté.

La querelle a commencé après que Smotrich a réagi à la nomination d’Ohana en tweetant que « Netanyahu ne traiterait aucun de ses autres partenaires comme il se permet de traiter les sionistes religieux » et a ajouté que l’Union des partis de droite « tirerait les conclusions [qui s’imposent] » au sujet du mépris du Premier ministre.

Au cours des négociations de coalition du mois dernier qui n’ont pas abouti à la formation d’un gouvernement, l’Union des partis de droite a exercé des pressions virulentes pour obtenir les ministères de la Justice et de l’Education, disant que la formation juridique de Smotrich en faisait le candidat idéal pour ce poste, alors que Peretz a travaillé dans ce domaine depuis des décennies, le rendant apte au poste en question.

M. Netanyahu a révoqué dimanche le ministre de l’Éducation et des Affaires de la diaspora, Naftali Bennett, et la ministre de la Justice, Ayelet Shaked, dans un remaniement de son gouvernement intérimaire avant les élections de septembre. Cette mesure a été largement perçue comme visant à empêcher les ministres de droite autrefois populaires d’utiliser leur position pour relancer leur campagne en vue du vote de l’automne.

En nommant Ohana mercredi – et en affirmant qu’il ne s’agirait pas d’un poste intérimaire – Netanyahu semblait indiquer à l’Union des partis de droite que seul l’un des deux portefeuilles que le parti avait demandé serait disponible après les prochaines élections, si le Likud gagne.

Dans un premier temps, le Cabinet du Premier ministre a déclaré que Netanyahu assumerait temporairement les fonctions de ministre de l’Éducation et de la Justice, mais cela a provoqué un tollé, en raison des multiples enquêtes judiciaires menées à son encontre. Son bureau a ensuite fait marche arrière et annoncé que des ministres intérimaires seraient nommés dans les 48 heures.

Lundi, Smotrich a demandé à Netanyahu de le nommer comme remplaçant de Shaked, disant plus tard qu’il voulait imposer la loi religieuse juive dans le pays. En réponse, des sources du Likud auraient déclaré qu’il n’y avait aucune chance que Smotrich obtienne ce poste après ses commentaires, que Netanyahu a également critiqués dans un message sur Facebook.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...