Peut-on « inverser » le processus de vieillissement des cellules sanguines ?
Rechercher

Peut-on « inverser » le processus de vieillissement des cellules sanguines ?

Un scientifique israélien l'affirme : "le vieillissement peut être envisagé maintenant comme une maladie réversible" ; un éminent gériatre doute et s'inquiète

Une patiente porte un masque dans un caisson hyperbare pour une thérapie à l'oxygène. (Crédit : iStock)
Une patiente porte un masque dans un caisson hyperbare pour une thérapie à l'oxygène. (Crédit : iStock)

Un médecin israélien dit avoir réussi à entraîner des changements dans les cellules sanguines de l’être humain, des changements qui entraînent un « renversement » de leur vieillissement au moyen de l’oxygénothérapie.

Shai Efrati a fait savoir, dans un article publié le 18 novembre dans une revue scientifique, que la thérapie de 60 jours mise au point par son équipe de recherche avait rallongé les télomères – les structures qui se trouvent à l’extrémité des chromosomes – de plus d’un cinquième en moyenne.

Il affirme dans l’article que cette réussite représente le « saint Graal » dans la bataille contre le vieillissement. Toutefois, d’autres médecins ont exprimé des réserves, s’inquiétant de l’ouverture d’une boîte de Pandore susceptible d’entraîner, en fin de compte, des problèmes de santé.

« Nous tentons de nous attaquer au vieillissement grâce à des exercices physiques et grâce à des changements de régime, mais le ralentissement du vieillissement qui en résulte est lent », dit Efrati au Times of Israel. « Nous montrons aujourd’hui qu’il est possible de retarder l’horloge biologique et d’améliorer la qualité des cellules sanguines, ce qui signifie que nous pouvons dorénavant commencer à envisager le vieillissement comme une maladie réversible ».

Le professeur associé à l’université de Tel Aviv explique que dans un avenir proche, de nombreuses personnes pourront suivre la thérapie qu’il a testée sur des volontaires : des sessions en chambre de décompression – ou caisson hyperbare – inhalant de l’oxygène pur pendant la majorité du temps.

Un caisson hyperbare qui utilise le protocole antivieillissement de Shai Efrati (Autorisation : Centre Sagol de médecine hyperbare)

Le Centre Sagol de médecine hyperbare et de recherche qui se trouve au sein du centre médical Shamir, aux abords de Rishon Lezion, dont il est à la tête, propose son nouveau protocole en dehors d’Israël. Il est actuellement disponible à la clinique Aviv dans un village de retraités en Floride qui le vend comme une réponse au vieillissement. Efrati est conseiller médical de la clinique.

Photo d’illustration : Des télomères. (Crédit : FancyTapis via iStock by Getty Images)

Certains médecins appellent toutefois à la prudence.

« Je suis sceptique sur le fait qu’une manipulation puisse entraîner un renversement du vieillissement, qui est un processus compliqué avec de nombreux facteurs », commente l’éminent gériatre Yoram Maaravi auprès du Times of Israel. Lui-même n’a pas été impliqué dans l’étude.

Il explique que les télomères ne seraient que l’un des plusieurs facteurs ayant un impact sur le vieillissement – il n’y en a pas un seul – et que n’en changer qu’un ne devrait pas suffire à inverser le temps. Il affirme qu’il est trop tôt, dans les études consacrées aux télomères, pour dire tout de go que parvenir à les prolonger sera une victoire contre le vieillissement, les connaissances actuelles consistant en interférences sur les êtres humains déterminées à partir des expérimentations sur les souris.

Maaravi, médecin en chef au sein du service de gériatrie du centre médical Hadassah et chef du département de rééducation à domicile à la caisse médicale Clalit, explique également si la thérapie par oxygène allonge les télomères pour le moment, cet impact pourrait avoir un effet boomerang au vu du peu de connaissances acquises sur le sujet. « On peut voir des télomères rallongés dans des cas de cancer », note-t-il. « Les cellules cancéreuses possèdent un enzyme qui peut les rallonger, et il faut faire extrêmement attention avec la manipulation de la nature ».

Efrati a fait savoir qu’en plus d’avoir allongé les télomères, sa thérapie avait permis de diminuer les cellules sénescentes, qui sont souvent mises en cause dans l’apparition de maladies variées.

Pour Maaravi, l’impact de la baisse du nombre de ces cellules n’est pas encore suffisamment connu pour être considéré comme à la base du processus de lutte contre le vieillissement. « Est-ce que supprimer les cellules sénescentes va réduire le vieillissement ? », interroge-t-il. « Nous n’en savons rien pour le moment ».

Le professeur Shai Efrati du centre Sagol de médecine hyperbare et de recherche au sein du Centre médical Shamir. (Autorisation : Centre Shagol)

La nouvelle étude d’Efrati a été écrite après le recrutement de 35 volontaires âgés de 65 ans et plus, à qui ont prélevé des échantillons sanguins. Il a ensuite soumis certains d’entre eux à un traitement de 60 jours, pendant lequel ils ont passé du temps dans un caisson hyperbare, respirant de l’oxygène pur pendant un certain temps.

Dans une étude précédente publiée au mois de juillet, il avait affirmé que la thérapie améliorait les fonctions cognitives. Dans la dernière, il s’est intéressé aux télomères, qui sont comme un bouchon de protection placé à l’extrémité des chromosomes. Ils s’allongent avec l’âge et certaines études indiquent que cette longueur peut affecter le rythme du vieillissement physique et l’arrivée des maladies liées à l’âge.

Il a exclu les résultats de neuf de ses participants dans l’analyse des télomères, cinq parce qu’ils ne répondaient pas aux exigences de base et quatre en raison de la mauvaise qualité de leurs échantillons sanguins. Dans l’analyse des cellules sénescentes, il a exclu 15 volontaires – cinq parce qu’elles ne répondaient pas aux critères établis et 10 en raison de la qualité médiocre de leur sang.

Parmi les autres participants de l’étude, une augmentation de la longueur des télomères a été constatée – d’une moyenne de plus de 20 % – ainsi qu’une réduction des cellules sénescentes avec une moyenne similaire, selon le chercheur.

« Les chercheurs du monde entier tentent de développer des interventions pharmacologiques et environnementales qui permettent l’élongation des télomères », commente Efrai. « Notre protocole d’oxygénothérapie en caisson hyperbare est parvenu à le faire, prouvant que le processus du vieillissement peut, en définitive, être inversé au niveau cellulaire-moléculaire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...