Plus de 500 Israéliens sont morts des suites de la COVID-19 depuis juillet
Rechercher

Plus de 500 Israéliens sont morts des suites de la COVID-19 depuis juillet

Le ministère de la Santé confirme 2 212 nouveaux cas ce week-end, le nombre de décès s'élevant à 825 ; 408 personnes se trouvent dans un état grave

Un malade est transporté au sein de l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 3 août 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Un malade est transporté au sein de l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 3 août 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Plus de 500 Israéliens sont morts de la COVID-19 depuis le 1er juillet, selon les données du ministère de la Santé, le nombre de décès depuis le début de la pandémie s’élevant à 825 dimanche.

Le ministère de la Santé a confirmé 2 212 nouveaux cas de coronavirus tout au long du week-end, vendredi et samedi. Après avoir franchi la barre des 100 000 cas vendredi, le bilan officiel est de 102 150 cas à partir de dimanche matin, avec 22 022 cas actifs.

Parmi eux, 408 étaient dans un état grave, dont 112 sous respirateur. 186 autres étaient dans un état modéré, et les autres présentaient des symptômes légers ou n’en présentaient pas.

Le ministère a déclaré que 26 372 résultats de tests de coronavirus sont revenus vendredi, dont 5,7 % étaient positifs, et 10 260 samedi, avec 7 % de résultats positifs. Les niveaux de tests baissent normalement considérablement pendant les week-ends.

Le nombre de décès a augmenté de six depuis samedi soir, pour atteindre 825.

Un décompte ministériel indique que plus de 500 Israéliens sont morts en juillet et août, contre 320 de mars à juin.

Le ministère a indiqué que 9 367 nouveaux cas ont été confirmés la semaine dernière, dont 1 374 à Jérusalem, 494 à Bnei Brak, 372 à Modiin Illit, 342 à Ashdod et 267 à Tel Aviv. Aucune infection n’a été constatée dans quelques villes et communautés seulement.

Un plan dévoilé ces derniers jours par Ronni Gamzu, le plus haut responsable du gouvernement chargé de la lutte contre les coronavirus, a défini les restrictions à imposer pendant la période des fêtes de fin d’année qui commence le mois prochain.

Le plan ne prévoit des restrictions que pour les villes ayant un taux de mortalité élevé, si le taux d’infection n’est pas ralenti d’ici le 10 septembre. Les restrictions prendront effet à partir de Rosh HaShana, le 18 septembre, jusqu’au 11 octobre, après les vacances de Souccot.

Toutefois, M. Gamzu a déclaré à la Douzième chaîne qu’il pensait que le taux de mortalité diminuerait à temps pour éviter les restrictions pendant Rosh HaShana.

« Il n’y aura pas nécessairement de confinement. Je pense que nous pouvons faire baisser les infections ; nous avons quatre semaines d’ici là. Je veux m’éloigner du confinement. Je sais que je l’ai présenté comme une option, parce que je m’inquiète, mais nous devons tous créer l’option de l’éviter », a-t-il souligné.

Ronni Gamzu lors d’une réunion de la commission des Finances à la Knesset, le 23 avril 2014 (Crédit : Flash90)

M. Gamzu a également réfuté les allégations selon lesquelles le cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait perdu confiance en lui après que des ministres ont refusé la semaine dernière de voter son plan.

Jeudi, les ministres ont refusé pour la troisième fois d’approuver le plan de « feux de circulation » de Ronni Gamzu, apparemment en raison de l’opposition des ministres ultra-orthodoxes, qui rejettent les restrictions qui pourraient obliger la fermeture des synagogues dans les zones à forte infection.

La Douzième chaîne a indiqué que les réglementations proposées comprennent, dans les zones « rouges » où le taux d’infection est élevé, une limitation des déplacements à plus de 500 mètres du domicile, la limitation des rassemblements aux membres de la famille immédiate, la fermeture du système éducatif, sauf pour l’éducation spécialisée, et l’arrêt de la plupart des transports publics.

« Ce n’est pas un manque de confiance en moi. Les ministres ont l’habitude de restreindre l’ensemble du pays, mais cela n’a aucun sens. Ils doivent donner beaucoup plus de pouvoir aux autorités locales », a-t-il indiqué.

Il a prédit que les ministres approuveraient rapidement le plan lorsqu’ils se réuniraient sur la question lundi.

Netanyahu et le chef du Conseil national de sécurité, Meir Ben-Shabbat, ont tous deux fait pression pour un confinement complet du pays dans les semaines à venir, a rapporté jeudi le site d’information Walla, citant des ministres et des hauts fonctionnaires.

Ronni Gamzu a également refusé de revenir sur sa décision d’interdire aux pèlerins juifs israéliens de se rendre dans la ville ukrainienne d’Ouman pour Rosh HaShana, déclarant que le fait d’autoriser ces voyages rapprocherait Israël d’un confinement.

Il s’est heurté au ministre du Logement Yaakov Litzman, chef du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, à ce sujet. Vendredi, il a écrit une lettre au président ukrainien Volodymyr Zelensky lui demandant d’interdire aux Israéliens de visiter la ville où le rabbin Nahman de Bratslav est enterré. Les pèlerinages attirent généralement des dizaines de milliers d’Israéliens et d’autres Juifs à chaque Rosh Hashanah.

Cependant, le numéro un de la lutte contre l’épidémie soutient la réouverture des écoles le 1er septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...